Frederick Philip Grove

Frederick Philip Grove, né Felix Paul Berthold Friedrich Greve, auteur, professeur et traducteur (Randomno, All., 2 févr. 1879 -- Simcoe, Ont., 19 août 1948). Il grandit à Hambourg et fréquente les universités de Bonn et de Munich, mais abandonne ses études pour devenir poète.
Frederick Philip Grove, né Felix Paul Berthold Friedrich Greve, auteur, professeur et traducteur (Randomno, All., 2 févr. 1879 -- Simcoe, Ont., 19 août 1948). Il grandit à Hambourg et fréquente les universités de Bonn et de Munich, mais abandonne ses études pour devenir poète.


Frederick Philip Grove, né Felix Paul Berthold Friedrich Greve, auteur, professeur et traducteur (Randomno, All., 2 févr. 1879 -- Simcoe, Ont., 19 août 1948). Il grandit à Hambourg et fréquente les universités de Bonn et de Munich, mais abandonne ses études pour devenir poète. Il s'associe pendant un bref moment à Stefan George et aux néo-impressionnistes. Son premier ouvrage, Wanderungen (1902), est un recueil de poésie. Son travail est précaire : il traduit les textes d'auteurs anglais et français en allemand, s'endette et fait un court séjour en prison. Il quitte l'Allemagne en 1909 et, sous son nouveau nom, commence en 1913 une nouvelle vie au Manitoba comme enseignant au primaire.

Une vie consacrée à l'écriture

Encouragé par la publication de Over Prairie Trails (1922) et de Turn of the Year (1923), il abandonne l'enseignement après 1923 et se consacre à l'écriture. Il publie un volume d'essais, une satire, sept romans, une autobiographie romancée, In Search of Myself (1946), qui lui vaut le Prix du Gouverneur général, et un recueil de nouvelles (à titre posthume). Settlers of the Marsh (1925), histoire à la fois dure et romanesque d'un colon dont l'ambition est trahie par la sexualité, passe pour avoir introduit le réalisme dans le roman canadien. Dans Our Daily Bread (1928), The Yoke of Life (1930) et Fruits of the Earth (1933), il raconte les ambitions élevées, les échecs personnels et la connaissance de soi tardive d'un protagoniste froid et profondément indépendant. Quelque peu dandy dans sa jeunesse, c'est un Grove austère que l'on découvre par le biais de ces personnages de pionniers intransigeants.

A Search for America (1927) est son ouvrage qui a eu le plus de succès. Ses trois derniers livres, The Master of the Mill (1944), In Search of Myself (1947) et Consider Her Ways (1947), traitent à la fois de l'échec et d'une forme de triomphe. The Master of the Mill est le premier roman canadien à examiner les conséquences sociales du capitalisme de monopole. Son protagoniste, tout comme le narrateur de l'autobiographie, tente de justifier pourquoi il n'est pas parvenu à se réaliser et d'expliquer l'échec de l'humanité.

Ignoré de son vivant, Grove a néanmoins fait l'objet de six ouvrages et d'un grand nombre d'articles et de thèses. Le premier de ces ouvrages, Frederick Philip Grove (1945), est rédigé par Desmond Pacey qui a cependant commis l'erreur de prendre l'autobiographie de Grove au pied de la lettre. Dans FPG : The European Years (1973), D.O. Spettigue étudie l'ensemble de la carrière de Grove, tant en Allemagne qu'au Canada. Enfin, dans son livre intitulé Frederick Philip Grove (1972), Margaret Stobie examine sa vie et sa carrière au Canada. Les principales oeuvres de Grove, rédigées en allemand, commencent à être traduites. Des romans, des essais et des poèmes inédits, faisant partie pour la plupart de la collection Grove de l'U. du Manitoba sont en cours de publication. Desmond Pacey a publié Letters en 1976.


En savoir plus // Frederick Philip Grove

//