Gabora, Gaelyne

Gaelyne Gabora (née Craig). Gabora (née Craig), Gaelyne. Soprano, enseignante (Regina, 1931, décès le 1er février 2001 à White Rock, en Colombie-Britannique).

Gabora, Gaelyne

Gaelyne Gabora (née Craig). Gabora (née Craig), Gaelyne. Soprano, enseignante (Regina, 1931, décès le 1er février 2001 à White Rock, en Colombie-Britannique). Elle acquit sa formation à l'Académie Notre-Dame, à Charlottetown, à la GSM, en Angleterre, (1953-1956) et obtint un diplôme avec distinction de l'Académie de Vienne (1956-1959). Au nombre de ses professeurs figurent Audrey Farnell, Erik Werba, Paula Koehler, Helen Issep, Bernard Diamant (1961-1968) et Pierre Bernac (1971-1973).

En 1966, elle fit ses débuts à l'opéra à la Mozartsaal, à Vienne. Elle s'est beaucoup produite au Canada, notamment avec l'OSM, l'OCNA, le TS, le Groupe baroque et Musica Camerata (tous deux de Montréal), au Festival international de Victoria et à celui du Centre d'arts Orford, ainsi qu'à la radio et la télévision de la SRC. Elle s'est aussi produite aux États-Unis et en Europe, notamment avec l'Orchestre symphonique de San Francisco, le National Symphony Orchestra et l'Orchestre symphonique de la Radio de Milan, au Festival international de Barcelone, aux Moscow Winter Nights et au Festival Ravel, en France. Elle a créé, à la radio de la SRC (1965), Songs of Innocence, œuvre écrite à son intention par Kelsey Jones. Elle a aussi donné la première exécution canadienne (1972) de la Suite vocale et instrumentale de Chostakovitch. Avec son mari, le violoniste Taras Gabora, et le pianiste John Newmark, elle a gravé des œuvres de Villa Lobos, Hovhaness, Joseph Marx, Murray Adaskin et Brahms (1974, SM-277). On peut aussi l'entendre dans Songs of Contemplation d'Alexander Brott avec l'Orchestre de chambre McGill (1967, CBC SM-6), et dans « Crudel tiranno amor » de Haendel et The Plaint extrait de The Fairy Queen, de Purcell, avec le Groupe baroque de Montréal (v. 1977, RCI 449). Elle a également enregistré chez Melodia à Moscou. En 1996, elle a enregistré deux disques de lieds avec le pianiste italien Mario delli Ponti (LoveLieder G168-1 et G168-2).

Établie aux É.-U. avec son mari en 1980, elle a continué de se produire comme soliste et chambriste et d'effectuer des enregistrements et des tournées, se spécialisant dans le lied et la musique contemporaine. Elle s'est fait entendre avec les quatuors à cordes Borodine et Aeolian, avec de nombreux ensembles mixtes de musique de chambre et avec le Trio Tre Musici. Elle a enseigné au Conservatoire de Saint Louis, à laJohannesen International School of the Arts et à l'Incontri Nazionale di Musica en Italie. Gabora a aussi donné des cours de maître en Amérique du Nord et en Europe, ainsi qu'à Tokyo et Beijing. Elle a enseigné au festival d'été de Oberlin-at-Casalmaggiore, en Italie, et donné des cours privés à Oberlin, en Ohio. Elle a poursuivi ses activités au Canada. À titre d'exemple, les Gabora lui ont commandé Epithalamion pour soprano et violon, par Sylvia Rickard (également Canadienne). La pièce a été jouée en première à Winnipeg. En 1996, Gaelyne Gabora a été membre du juré du concours du CMC.

Elle fut lauréate du Prix international Schubert, en 1979 (Moscou), et du Prix international Living Images of Chamber Music, en 1989 (Université de Milan).ý Reconnaissant son calibre dans le domaine du lied, l'Université McGill offre la bourse commémorative Gaelyne Gabora pour interprètes excellant dans l'art de la mélodie.

Bibliographie

Article nécrologique : Globe and Mail (Toronto); 2 fév. 2001.


Lecture supplémentaire

  • Obituary. Toronto Globe and Mail, 2 Feb 2001