Charpentier, Gabriel

Gabriel (Moïse) Charpentier. Compositeur, poète, conseiller artistique, professeur (Richmond, près Sherbrooke, Québec, 13 septembre 1925). Il apprit d'abord le piano avec Estelle Letarte à Richmond, J.

Charpentier, Gabriel

Gabriel (Moïse) Charpentier. Compositeur, poète, conseiller artistique, professeur (Richmond, près Sherbrooke, Québec, 13 septembre 1925). Il apprit d'abord le piano avec Estelle Letarte à Richmond, J.-Antonio Thompson à Trois-Rivières puis (1940-45) avec Hervé Cloutier et Fernand Graton au collège Jean-de-Brébeuf à Montréal et parallèlement avec Jean Papineau-Couture. C'est à l'époque de ses études classiques qu'il découvrit la musique de Berg, Debussy, Schoenberg, Stravinsky et Webern. Chez les Bénédictins de Saint-Benoît-du-Lac où il séjourna (1945-47), il étudia le chant grégorien avec dom Bergeron. Il travailla ensuite à Paris (1947-53) sous la direction d'Andrée Bonneville, Nadia Boulanger, Annette Dieudonné et Norbert Dufour. Il fut au service de la SRC comme organisateur de programmes et conseiller artistique pour les émissions musicales télévisées (1954-80). Cette double fonction l'amena à collaborer, avec Françoys Bernier, Pierre Mercure, Pierre Morin et autres réalisateurs, à l'élaboration et à la production de plusieurs séries dont « Concerts pour la jeunesse », « L'Heure du concert », « Musiques folles des années sages » et « Les Beaux dimanches ». À cette dernière série figurèrent des oeuvres comme ... chant d'amours de Serge Garant et le ballet de Brian Macdonald, musique de Harry Freedman, The Shining People of Leonard Cohen, inclus dans l'émission « Loves ». Celle-ci obtint une mention spéciale au Prix Italia 1975. Durant deux étés (1955, 1956), Charpentier donna des cours d'histoire de la musique à l'Université McGill, puis enseigna cette matière ainsi que le rythme à l'École nationale de théâtre (1961-64). Il fut dir. artistique de la Société Pro Musica (1980-81). En 1983, le CAC lui accorda la bourse Victor M. Lynch-Staunton.

Sa musique vocale et instrumentale témoigne de ses qualités de contrapuntiste et de son profond attachement aux mélismes grégoriens, héritage reçu des moines de Saint-Benoît-du-Lac. Il précise lui-même : « Ceci [le chant grégorien] est mon folklore; c'est la base de tout mon oeuvre. Le chant pour moi est une ligne. Si un acteur ou un chanteur peut tracer une ligne qui est vivante et significative, c'est peut-être la plus belle chose qui puisse arriver à un homme » (Montreal Star, 18 janvier 1969). Chez Charpentier, tous les arts d'interprétation se retrouvent. Il partage sa production musicale en trois blocs : musique vocale et instrumentale, musique-théâtre et musique pour le théâtre. Également attiré par la poésie, il a écrit entre autres les poèmes de Cantate pour une joie et Dissidence de Pierre Mercure et Trois Poèmes de Jocelyne Binet. Son recueil de poèmes Aire remporta le Prix de la poésie moderne (Paris 1948). Il a aussi traduit les opéras Loving (Toi) et Beauty and the Beast de R. Murray Schafer.

Ses opéras miniatures, An English Lesson or Clara-Teacher (créé à Stratford en 1968) , A Tea Symphony or The Perils of Clara (Banff 1972) , Clara et les philosophes (Québec 1976) , Clarabelle-Clarimage (Toronto 1979)et Claracello ou Répertoire (Kindersley, Sask. 1985), reflètent bien son imagination créatrice, son sens de l'humour et du détail, sa maîtrise de l'écriture musicale, et mettent en lumière son amour passionné pour le théâtre. Ces oeuvres font partie d'une série projetée de 10 courts opéras, dont il a écrit plusieurs des livrets, sous le titre Clara 91 (voir COMPOSITIONS). Déjà dans Orphée I, commandé pour l'inauguration du CNA (1969) et Orpheus II, commandé par le Festival de Stratford, Ont. (1972), il unissait voix et instruments à 12 comédiens. Charpentier connaît bien les comédiens : autrefois membre de la troupe de théâtre Les Compagnons de Saint-Laurent, il se définit aujourd'hui comme un « musicien de théâtre ». Plus de 60 réalisations, en particulier au Théâtre du Nouveau-Monde où il fut dir. de la musique (1959-72) et au Festival de Stratford, ont développé chez lui une conception personnelle du rôle de la musique au théâtre : celle-ci doit être parfaitement intégrée à la production théâtrale. Souvent, les comédiens sont amenés à chanter, battre des rythmes, jouer des instruments. Dans Electra d'Euripide, Pericles de Shakespeare ou Le Malade imaginaire de Molière, par exemple, il a demandé aux comédiens d'exécuter des contrepoints rythmiques fort complexes qui créèrent une ambiance favorisant une meilleure compréhension du sens profond de ces oeuvres. Le 14 février 1965, au théâtre Orpheum de Montréal, le Théâtre du Nouveau-Monde créait Klondyke, « action dramatique » de Jacques Languirand, régie de Jean Gascon, musique de Charpentier. L'oeuvre fut présentée la même année au Old Vic Theatre de Londres dans le cadre du Festival des arts du Commonwealth. Francean Campbell écrivait au sujet de Charpentier : « Il n'a jamais donné dans la musique sérielle ou quelque autre système rigoureux, mais il fait bon accueil aux sons nouveaux et aux techniques nouvelles, d'origine naturelle ou électronique » (Le Compositeur canadien, novembre 1970). En 1979, les NMC présentèrent trois de ses oeuvres à Toronto.

Charpentier a été membre des conseils d'administration de la CCA (1965-75), du Comus Music Theatre à Toronto (1975-88) et de MUDRA (1975-78), centre de perfectionnement et de recherche des interprètes du spectacle, dirigé par Maurice Béjart à Bruxelles. Il est compositeur agréé du Centre de musique canadienne et membre de la LCComp.

COMPOSITIONS (Sélection)

Théatre et film

Klondyke (J. Languirand) : 1965; 21 comédiens-chanteurs, 4 danseurs-chanteurs, 2 tén, bar, basse, ens instr, bande; ms.

Orphée I / Orpheus II (Charpentier, trad. M. Bawtree) : 1969, 1972; 12 comédiens, solos, ch, ch de foule, 7 ex, bande; ms.

Clara 91, série projetée de 10 opéras miniatures :

1. Clara on the Bridge (M. Bosco) : en préparation; 2 sop, contralto, comédienne, 2 clavn; ms.

2. Claracello ou Répertoire (Charpentier) : 1985; p, cl, vc; ms.

3. Clara et les philosophes« un opéra cocktail » (B. Char) : 1976; 2 sop, contralto, bar, basse, fl, cl, p; ms.

4. An English Lesson or Clara-Teacher« an opera-happening » (Charpentier) : 1968; réc, comédienne, 2 tén, bar, basse, ens instr; ms.

5. Clara, la nuit (M.-C. Blais, Charpentier) : en préparation; contralto, vc; ms.

6. A Tea Symphony or The Perils of Clara« a kitsch opera in nine drinks » (Charpentier) : 1972; sop, fl, p; ms.

7. Clara, un masque (Charpentier) : en préparation; mezzo, fl, cl, vn, vc, p, perc; ms.

8. Clarabelle-Clarimage« une opération » (B. Char, trad. N. Côté) : 1979; 2 sop, bar, 2 fl, cl, 2 p; ms.

9. Clara-Committee« un charivari » (M. Tremblay) : en préparation; 2 sop, mezzo, contralto, 2 tén, bar, basse, comédienne, ens instr, bande; ms.

10. Ballade du fils de l'homme (Charpentier) : en préparation; 2 sop, mezzo, contralto, bar, comédienne, vc, org, perc électronique, bande; ms.

Musique pour une soixantaine de productions théâtrales, dont Venise sauvée de Lebesque, Les Choéphores d'Eschyle, Richard II, The Comedy of Errors, The Merchant of Venice, Cymbeline, The Taming of the Shrew, Pericles, Titus Andronicus et Coriolanus de Shakespeare, Kagekiyo de Motokiyo, Tartuffe de Molière (enregistré sur Caedmon TRS-332), The Duchess of Malfi de Webster, Galileo Galilei de Brecht, Electra d'Euripide, Le Malade imaginaire de Molière, Damnée Manon, sacrée Sandra de Tremblay, Phèdre de Racine.

Musique des films Lumières (1953), La Chute de la maison Usher (1955), Histoires extraordinaires (1961-62) et La Courte échelle (1964).

Choeur ou voix

Messe I : 1952; 3 vx égales; ms; (Gloria et Credo) RCI 189 (Chorale Bach de Mtl), Poly 2917009 (Festival Singers), Centredisques CMC-2285 (Tor Children's Chorus), CBC Musica Viva MVCD-1039 (Ens vocal Tudor de Mtl).

Sept Chansons d'enfants (M. Jacob, R. Radiguet et autres) : 1952; 4 vx égales; ms.

Trois Poèmes de saint Jean de la Croix (trad. A. Godoy) : 1954; contralto, vn, vc; Québec-Musique 1981.

Debout Joseph! (A. Césaire) : 1955; v, guit; ms.

« L'Avenir » (H. Michaux) : 1962; ch parlants; ms.

Permutation 1 2 3 4 : 1962; 1 2 3 ou 4 ch; ms.

« Jamais » (Charpentier) : 1963; 3 vx; Alliance des chorales du Québec 1980.

Trois Oraisons : 1971; sop, clavn, p, hp, vib; ms.

« Veni Creator Spiritus » : 1973; 2 vx; ms.

Processionnal (Charpentier) : 1974; réc, ch parlant, ch d'hommes, cuivres, clavn, hp, gl, cloches, org; ms.

Artère (Charpentier) : 1976; bar; ms.

Messe du 17e dimanche après la Pentecôte : 1982; tén, bar, SATB, ch de foule, cloches, hp, 2 org; ms.

Clavecin

Suite d'après la musique pour « Le Bourgeois gentilhomme » : 1964; ms.

Grande chaconne d'après la musique pour « Galileo Galilei » : 1971; ms.

Suite d'après la musique pour « Le Malade imaginaire » : 1974; ms.

Aussi Trois Ricercars pour ht et clavn (1966, ms).


Lecture supplémentaire

  • Doré, Fernand. 'La musique n'est qu'un élément du grand tout,' Maclean, Aug 1968

    'Un petit opéra from Stratford,' CBC Times, 3-9 Aug 1968

    McLean, Eric. 'Gabriel Charpentier - man of music and man of the theatre,' Montreal Star, 18 Jan 1969

    Desjardins, P.W. 'Orphée,' Vie des arts, 57, Winter 1969-70

    Littler, William. 'Cymbeline music man invents new sound,' Toronto Daily Star, 8 Jul 1970

    Kraglund, John. 'Gabriel Charpentier: master of incidental music for theatre,' Toronto Globe and Mail, 23 Oct 1971

    Littler, William. 'Composer explains why his opera is not opera,' Toronto Star, 8 Jul 1972

    Laplante, Louise. 'Gabriel Charpentier,' Mcan, 35, Apr 1978

    Contemporary Canadian Composers/Compositeurs canadiens contemporains

    ' An English Lesson,' EMC 1981