Gagnon, (Charles Édouard Gustave) Henri

(Charles Édouard Gustave) Henri Gagnon. Organiste, professeur, compositeur (Québec, 6 mars 1887 - 17 mai 1961). Il étudia d'abord le solfège et le piano (1895-1900) avec son père, Gustave, puis (1900-03) le solfège et l'harmonie avec Joseph Vézina et l'orgue avec William Reed.

Gagnon, (Charles Édouard Gustave) Henri

(Charles Édouard Gustave) Henri Gagnon. Organiste, professeur, compositeur (Québec, 6 mars 1887 - 17 mai 1961). Il étudia d'abord le solfège et le piano (1895-1900) avec son père, Gustave, puis (1900-03) le solfège et l'harmonie avec Joseph Vézina et l'orgue avec William Reed. Dès 1901, il remporta un vif succès lors d'un concert, devant un vaste auditoire, au Temple de la musique de l'Exposition panamér. de Buffalo, le Buffalo Courrier (2 septembre 1901) le qualifiant de « véritable prodige ». Il donna peu après d'autres récitals à Québec et à Cliff Haven, près de Plattsburgh, N.Y. De 1903 à 1907, il poursuivit sa formation à Montréal avec Arthur Letondal (piano), Romain-Octave et Romain Pelletier (orgue), Guillaume Couture (harmonie et contrepoint) et Charles-Hugues Lefebvre (musique d'église), tout en étant l'organiste des élèves aux collèges du Gesù (1903-06) et Loyola (1906-07). Il reçut un certificat du Collège de musique Dominion (1906) et, en 1907, il partit pour Paris où il travailla sous la direction d'Amédée Gastoué (plain-chant), Eugène Gigout (orgue, plain-chant, improvisation, harmonie), Isidor Philipp (piano) et Charles-Marie Widor (orgue). Il figura comme soliste aux Concerts Touche (1908, 1909) et, à l'occasion, remplaça Gigout à l'orgue de l'église Saint-Augustin. Il retourna plus tard à Paris (étés 1911, 1912, 1914, 1924) se perfectionner avec Joseph Bonnet et Widor.

De retour au pays, il devint organiste auxiliaire (1910-15) puis titulaire (1915-61) à la basilique de Québec, préférant la carrière de musicien d'église à celle de virtuose. Tout en inaugurant bon nombre d'orgues au Québec et en Ontario, il se consacra avant tout à la tribune de la basilique qui acquit alors, par la religieuse attirance qu'elle exerçait, le prestige des tribunes célèbres d'Europe. Parallèlement, il enseigna à l'École normale Laval (1917-33) et au Petit séminaire de Québec. À partir de 1923, il fut prof. de piano et d'orgue à l'Université Laval et, dès la fondation du CMQ, il y fut professeur puis dir. (1946-61). Jean-Marie Beaudet, Marius Cayouette, Léon Destroismaisons, Lucille Dompierre (Prix d'Europe 1919), Alice Duchesnay, Claude Lagacé et Joseph Turgeon furent parmi ses élèves. Ces derniers reconnaissaient en lui les qualités qui font le vrai pédagogue : la probité, la recherche du fini, l'amour de son métier. Gagnon fut aussi prés. de l'AMQ (1929-32).

Parmi ses compositions, l'une des plus populaires fut son « Rondel de Thibaut de Champagne », qu'Edward Johnson et Rodolphe Plamondon inscrivirent à leur répertoire. Sa Mazurka (1907) et ses Deux antiennes, orchestrées respectivement par Maurice Blackburn et J.-J. Gagnier, ont été enregistrées par l'orchestre de la SRC à Montréal sous la direction de J.-M. Beaudet. Un micr. Hommage à Henri Gagnon (Alpec A-75008) a été réalisé en 1974 par les organistes québécois Antoine Bouchard, Sylvain Doyon, Claude Lagacé et Antoine Reboulot qui interprète ses propres Variations sur le nom d'Henri Gagnon. Un documentaire de 30 minutes, Henri Gagnon, organiste, fut réalisé en 1958 par l'ONF. À l'occasion du 100e anniversaire de sa naissance en 1987, une collection de sept pièces pour orgue de six compositeurs, amis ou fervents disciples de Gagnon, a été publiée chez Ostiguy sous le titre Le Tombeau de Henri Gagnon.

Son fils Denys (Québec, 27 septembre 1922 - Montréal, 27 septembre 1991) étudia sous sa direction le piano et les matières théoriques (1927-42). Il a été réalisateur d'émissions dramatiques et musicales à la SRC de Montréal, notamment de « Divertissement » (télévision) et « Jeux d'orgues » (radio).

Voir aussi Ernest Gagnon, son oncle.

COMPOSITIONS (Sélection)

Piano

Deux pièces de genre, Lavigueur & Hutchison 1904, PMC VI : a) Chanson d'été« barcarolle » : 1903; b) Badinage : 1904.

Airs canadiens : 1904; p-4 mains.

Mazurka : 1907.

Mazurka : 1909; p-4 mains.

Petite mazurka.

Orgue

Élégie : 1901?; PMC IVa, Ostiguy 1987 (Tombeau de Henri Gagnon); Interdisc S-100527 (S. Doyon).

Deux antiennes : P-T, févr. 1945, Ostiguy 1987 (Tombeau de Henri Gagnon); (no 2) Alpec A-75008 (S. Doyon).

Prélude à l'Introït du IXe dimanche après la Pentecôte : Revue Saint-Grégoire 1950, Ostiguy 1987 (Tombeau de Henri Gagnon); Alpec A-75008 (A. Bouchard).

Prélude sur l'Alléluia de la fête de saint Michel : Revue Saint-Grégoire 1950, Ostiguy 1987 (Tombeau de Henri Gagnon).

Interludes, Antiennes d'orgue no 1, Musique d'orgue, Quelques principes d'accompagnement du chant grégorien (4 fascicules mss).

Voix

« Cantique au Sacré-Coeur », « Ave Maria » : org; Manuel de morceaux religieux de l'abbé Rancourt.

« Rondel de Thibaut de Champagne » : 1916.

Oeuvres d'instrumentation inconnue : Mazurka, Sur le pont d'Avignon.


Lecture supplémentaire

  • 'M. Henri Gagnon,' La Musique, vol 1, Nov 1919

    Morin, Léo-Pol. 'Henri Gagnon,' Papiers de musique (Montreal 1930)

    A.D. 'Henri Gagnon,' La Lyre, 79, Mar 1931

    Magnan, Odile. 'La musique à Québec d'hier à aujourd'hui. Les organistes: Henri Gagnon,' Sonances, vol 1, Jul 1982