Galaxie

Au XIXe siècle, on tente sérieusement d'estimer la taille de la galaxie. Les premiers chercheurs ne sont pas parvenus à en établir la véritable dimension, en partie parce qu'ils ne se rendaient pas compte de l'existence de poussières et de gaz entre les ÉTOILES.

Galaxie M-100
Une galaxie spirale dans l'amas Virgo telle que capturée par le télescope Hubble. L'encart supérieur montre l'image du noyau de la galaxie enregistrée \u00e0 la résolution maximale. L'image de gauche est une mosa\u00efque construite \u00e0 partir de trois vues différentes.

Galaxie

Les étoiles ne sont pas distribuées uniformément dans l'univers, mais s'agglutinent généralement en masses gigantesques qu'on appelle « galaxies ». On classe celles-ci, selon leur forme, en galaxies spirales, elliptiques ou irrégulières. La galaxie qui abrite la Terre est une grande galaxie probablement spirale. Sa composante la plus évidente est un immense système stellaire plat et animé d'un mouvement de rotation, dont le diamètre est d'environ 100 000 années-lumière (quelque 1018 km).

Au XIXe siècle, on tente sérieusement d'estimer la taille de la galaxie. Les premiers chercheurs ne sont pas parvenus à en établir la véritable dimension, en partie parce qu'ils ne se rendaient pas compte de l'existence de poussières et de gaz entre les ÉTOILES. Ceux-ci absorbent la lumière stellaire avant qu'elle ne nous parvienne, ce qui nous empêche de voir les points les plus reculés de notre galaxie. L'application des procédés photographiques au domaine de l'ASTRONOMIE a permis d'accélérer la cueillette de données sur les changements apparents de la position relative des étoiles, c'est-à-dire sur leur mouvement propre. La SPECTROSCOPIE a quant à elle permis aux astronomes d'étudier la vélocité des étoiles dans la direction d'observation (vitesse radiale). En conséquence, il est devenu possible d'étudier non seulement la structure de la galaxie, mais également sa dynamique. J.S. PLASKETT et J.A. Pearce ont fait une étude classique de ce type à l'Observatoire fédéral d'astrophysique, à Victoria. Les résultats, publiés en 1935, donnent l'idée la plus avancée de la dimension, de la structure et de la rotation de notre galaxie avant l'avènement de la radioastronomie après la Deuxième Guerre mondiale (voirOBSERVATOIRE). L'explosion de connaissances en astronomie au cours des deux dernières décennies a inévitablement conduit à des remises en question. Cette étude a aussi aidé l'astronome C.S. BEALS à mieux comprendre la nature de la matière interstellaire.

On estime qu'il existe environ 100 millions de galaxies dans l'univers visible. Beaucoup émettent de puissantes ondes radio et l'étude de leurs émissions nous a permis de mieux connaître l'univers. Les émetteurs les plus puissants et les plus mystérieux restent les quasars. On pense maintenant que les quasars sont des objets extragalactiques très éloignés et on n'en comprend pas encore la nature réelle. Voir aussiTROU NOIR.


Liens externes