Doyle, Gerald S

Gerald S. (Stanley) Doyle. Homme d'affaires, collecteur de chansons folkloriques (King's Cove, Bonavista Bay, T.-N., 26 septembre 1892 - Saint-Jean, T.-N., 12 jullet 1956).

Doyle, Gerald S

Gerald S. (Stanley) Doyle. Homme d'affaires, collecteur de chansons folkloriques (King's Cove, Bonavista Bay, T.-N., 26 septembre 1892 - Saint-Jean, T.-N., 12 jullet 1956). Fabricant et distributeur de remèdes et médicaments brevetés, Doyle mit ses gains personnels au service de la sauvegarde et de la promotion de l'héritage culturel de Terre-Neuve. Jouissant de l'estime et de l'amitié de ses concitoyens de l'île, il se fit particulièrement connaître par l'appui financier que sa compagnie accorda à la diffusion, sur les ondes radiophoniques de VONF (plus tard CBN), de bulletins de nouvelles (1932-66) incluant des messages à caractère personnel transmis aux habitants de villages de pêcheurs isolés. En 1943, Doyle finança les premiers enregistrements de chansons terre-neuviennes, d'abord des compositions de son contemporain Arthur Scammell puis (1948) des chansons traditionnelles interprétées par le Commodore's Quartet. Ces enregistrements étaient diffusés à Terre-Neuve et dans les Maritimes au cours d'une émission commanditée par Doyle. La publication et la distribution gratuite que Doyle fit du recueil Old-Time Songs and Poetry of Newfoundland constitue peut-être sa contribution la plus significative à la survie de la culture terre-neuvienne. Paru en cinq éditions - la première, sans musique, en 1927, et les autres en 1940, 1955, 1966 et 1978 - ce livre réunit un matériel recueilli par Doyle au cours de ses voyages en yacht aux villages de la côte. Doyle s'est limité à la publication de chansons originales de Terre-Neuve, ce qui a fait dire à Kenneth Peacock, dans l'introduction de Songs of the Newfoundland Outports (Ottawa 1965) : « Bien que la valeur de cette collection ne puisse être surestimée, sa large diffusion sur le territoire canadien a donné l'impression que les chansons folkloriques terre-neuviennes sont toutes de composition locale. » Peacock accorde néanmoins à Doyle d'avoir été « responsable, plus que tout autre, de l'éveil du grand public à l'existence des chansons terre-neuviennes ». Doyle oeuvra au sein de nombreuses autres entreprises communautaires et, en 1944, fut décoré de l'O.B.E. Voir aussi Musique folklorique canadienne-anglaise 1 : Terre-Neuve.