Goulet, Robert

Robert (Gérard) Goulet. Baryton, comédien (Lawrence, au Massachusetts, le 26 novembre 1933, né de parents canadiens-français; décès à Los Angeles le 30 octobre 2007); membre honoraire (Conservatoire royal de musique) 1993.

Goulet, Robert

Robert (Gérard) Goulet. Baryton, comédien (Lawrence, au Massachusetts, le 26 novembre 1933, né de parents canadiens-français; décès à Los Angeles le 30 octobre 2007); membre honoraire (Conservatoire royal de musique) 1993. Au début de son adolescence, il s'établit à Edmonton avec sa mère et y étudie le chant avec Herbert G. Turner et Jean Létourneau. En 1950, il devient annonceur à la station radiophonique CKUA. Après sa première apparition professionnelle à 16 ans avec l'Orchestre symphonique d'Edmonton lors d'un concert estival de musique pop, il poursuit sa formation vocale au Conservatoire royal de musique, grâce à une bourse de celui-ci, avec George Lambert et Ernesto Vinci (1952-1954). Participant à la demi-finale de « Pick the Stars » à la télévision de la SRC (1952), Goulet est aussi concurrent à « Opportunity Knocks » et « Singing Stars of Tomorrow » à la radio de la SRC. Tout en acceptant des rôles de soutien avec La Compagnie d'opéra canadienne(1954) et en faisant partie du chœur de « Melody Fair », série de comédies musicales de Broadway à Toronto, il fait ses débuts à la télévision comme figurant dans une production de la SRC de The Consul. On le voit ensuite, à la télévision de la SRC, dans Sunshine Town (1954), The Lady and the Logger et Take to the Woods (1955). En 1956, il joue dans Spring Thaw et chante au Theatre Under the Stars dans Gentlemen Prefer Blondes, Finian's Rainbow et South Pacific. Il est ensuite covedette à « Showtime » à la télévision de la SRC (1957-1959), chante Macheath dans The Beggar's Opera au Festival de Stratford (1958) et se produit l'été dans des comédies musicales en Ohio (1958).

Goulet est particulièrement acclamé pour sa création du rôle de sir Lancelot dans Camelot de Lerner et Loewe, aux côtés de Julie Andrews et Richard Burton, lors des premières à l'O'Keefe Centre (1er octobre 1960) et à New York (1er décembre 1960). Par la suite, il fait carrière aux États-Unis, remportant des succès notables à Broadway, dans des productions d'été, à la télévision, au cinéma et au cabaret. Sa popularité repose sur « son charme viril, son sens étonnant de la scène et sa voix remarquablement riche, dons qui, lorsqu'ils sont réunis, produisent sur les auditoires un effet comparable seulement à celui que créent les 'idoles des matinées' des années 1920 » (Song Hits, été 1967). En 1962, il reçoit un Grammy Award (États-Unis) à titre de meilleur nouvel artiste de l'année, et en 1970, un Tony Award pour son interprétation de Jacques dans The Happy Time, production de Broadway. Avec Judy Garland, il prête sa voix au film d'animation Gay Purr-ee (1962). Il joue aussi dans des films tels I'd Rather Be Rich (1964), Honeymoon Hotel (1966) et Naked Gun 2 ½ (v.f. L'agent fait la farce 2 ½) (1991), dans la série d'aventures télévisée « Blue Light » (1966), et dans les productions télévisées de Carousel (1967), Kiss Me Kate (1968) et Brigadoon, ce dernier ayant remporté un Emmy Award (1966). Goulet joue son propre rôle dans le long métrage Atlantic City (1981).

Enregistrements

Les enregistrements de Goulet incluent les succès What Kind of Fool Am I? (1962) et My Love Forgive Me (1964) pour Columbia ainsi que plus de 75 albums pour Columbia, Harmony, RCA, MGM et, au milieu des années 1980, pour sa propre étiquette Rove. Citons, entre autres, Robert Goulet's Greatest Hits (CBS 9815); Camelot (Col. KOL-5620) et de The Happy Time (RCA LS0-1144) avec les distributions originales; la trame sonore de Gay Purr-ee (Warner B-1479); et divers albums thématiques dont les chansons portent sur Noël, Hollywood et Broadway.

Performances de 1970 à 2007

Plus tard, sa carrière le conduit à Las Vegas, dans des cabarets ailleurs aux États-Unis et au Canada, et dans des reprises de diverses comédies musicales - il accède notamment au rôle du roi Arthur dans une production de Camelot à Los Angeles (1975) et chante le rôle de Becque dans une production de tournée de South Pacific présentée à l'O'Keefe Centre, au Centre national des Arts et à la Place des Arts (1986).

L'inimitable charme de baryton sans gêne de Goulet lui assure une popularité constante dans les comédies musicales sur scène. Il reprend le rôle du roi Arthur de 1992 à 1994, et de nouveau en 1998, et de Don Quixote dans Man of la Mancha, production qui fit une tournée dans 50 villes de 1996 à 1997. Il tient le premier rôle, en tant que remplaçant, dans Moon Over Buffalo (1996) et dans La Cage aux Folles (2005). Goulet reçoit un Emmy Award pour avoir chanté à la télévision dans une série de messages publicitaires comiques pour un réseau de sports américain (1996). Ses représentations solo, moins fréquentes en 2004, incluent des spectacles à Las Vegas et un spectacle solo portant son nom. En concert, sa chanson thème était If Ever I Would Leave You.

Les passages ultérieurs de Goulet sur scène canadienne incluent un concert retour à la maison en 1985 avec l'Orchestre symphonique d'Edmonton et, en 2000, une série de concerts avec l'Orchestre du Centre national des Arts à Ottawa. Après 1991, il joue et chante des rôles dans des films comme, entre autres, Mr. Wrong (v.f. Drôle de numéro), Toy Story 2 (v.f. Histoire de jouets 2) et The Last Producer et il apparaît souvent à la télévision.

Prix et œuvres de charité

Robert Goulet a sa propre étoile sur l'Allée des célébrités canadiennes et sur la Promenade des célébrités de Hollywood et fait partie du Canadian Who's Who. Le chanteur devient membre du conseil consultatif de la Music Educators National Conference des États-Unis en 1996 et a été porte-parole de l'American Cancer Society. L'enregistrement de Camelot fait en 1960 a été intronisé au Grammy Hall of Fame (Temple de la renommée des Grammy). La University of Nevada, à Las Vegas, offre une bourse d'études en son nom.

Bibliographie

Jeannine LOCKE, « Canada's first matinee idol », Châtelaine (déc. 1956).

Jock CARROLL, « He's ready for the big break », Weekend Magazine (26 juill. 1958).

Jack GALE, « From Timber Tom to Sir Lancelot », Star Weekly (20 févr. 1960).

June CALLWOOD, « Bob Goulet goes to Broadway », Châtelaine (oct. 1960).

Judith KRANTZ, « Life and times of a hot property », Maclean's (27 janv. 1962).

Kaspars DZEGUZE, « Beginnings : Robert Goulet », Today (22 mai 1982).

« Camelot! », Playboard (janv. 1993).

Cheryl RUDAITIS, « Robert Goulet : They think he's got it », Music Educators Journal (mai 1998).

« Double take », Maclean's (18 mai 1998).

Tony LOFARO, « Goulet brings pampered cords to NAC », Ottawa Citizen (18 mai 2000).

Jonathon GATEHOUSE, « Mr. G's Wild Ride », Maclean's (27 juin 2005).