Grand-Maître, Jean Bernard

Œuvre créée à l'origine en 1993 pour un atelier de chorégraphie du BALLET NATIONAL DU CANADA, Frames of Mind vaut à Grand-Maître la première grande percée de sa carrière. La troupe la reprend l'année suivante et reçoit les éloges de la critique, ainsi qu'une nomination pour le prix Dora Mavor Moore.


Grand-Maître, Jean Bernard

  Jean Bernard Grand-Maître. Danseur, professeur, chorégraphe (Hull, Qc, 6 avril 1963). Jean Grand-Maître est l'un des plus grands chorégraphes de ballet canadiens de sa génération. Après une année au programme de danse à York University, à Toronto, il poursuit sa formation à l'École supérieure de danse du Québec, à Montréal (de 1983 à 1986) où il présente ses premières œuvres chorégraphiques. Il danse pour le THÉÂTRE-BALLET CANADIEN (1987-1989), le Ballet de Montréal Eddy TOUSSAINT (1990) et BALLETS DE LA COLOMBIE-BRITANNIQUE (1991), en continuant de participer aux œuvres de diverses troupes de danse. De 1990 à 1994, il crée quatre œuvres pour le BALLET JÖRGEN.

Œuvre créée à l'origine en 1993 pour un atelier de chorégraphie du BALLET NATIONAL DU CANADA, Frames of Mind vaut à Grand-Maître la première grande percée de sa carrière. La troupe la reprend l'année suivante et reçoit les éloges de la critique, ainsi qu'une nomination pour le prix Dora Mavor Moore. Plus tard, le BNC présente Frames of Mind lors d'une tournée européenne. Grâce à son succès, il se taille une place dans le Carlisle Project en 1994, un prestigieux programme américain de conception chorégraphique du Pennsylvania Ballet.

En conséquence de ce succès, Grand-Maître reçoit des commandes de grandes troupes étrangères, dont les plus importantes sont les œuvres de soirée: La Veglia degli Angeli (Teatro alla Scala, Milan, 1995), Exilium (Stuttgart Ballet, 1997), Eja Mater (Ballet de l'Opéra de Paris, 1997), Ecclesia et Emma B (Bavarian State Ballet, Munich, 1998 et 1999) et Liaisons dangereuses (Ballet national de Norvège, Oslo, 2000).

Aux États-Unis, Hartford Ballet remet en scène Frames of Mind (1995) et commande Ancient Airs et Uroboros (1996 et 1999). Dance Connecticut présente la version intégrale de Romeo and Juliet de Grand-Maître en 2000, qui remporte un retentissant succès. Au Canada, ses principales commandes sont The Winter Room, Boy Wonder et Tema Celesta (Ballet BC, 1995, 1996, 2000) et La Mémoire de l'eau (LES GRANDS BALLETS CANADIENS, 1997). Au Québec, il signe plusieurs galas, opérettes et productions télévisuelles. En 2001, le Conseil des arts et des lettres du Québec lui accorde un congé sabbatique de six mois pour enrichir sa créativité à Rome. Il revient à Montréal pour diriger une version musicale de théâtre itinérant de Roméo et Juliette.

Les ballets de Grand-Maître sont reconnus pour leur côté théâtral. Il travaille en étroite collaboration avec compositeurs, éclairagistes, costumiers et décorateurs pour créer des environnements scéniques qui soulignent et enrichissent le contenu poétique et affectif de ses chorégraphies. Bien qu'il considère la chorégraphie comme l'élément central, il a, à bien des égards, une vision intégrée de l'expérience théâtrale.

Après de nombreuses années à travailler à titre de chorégraphe itinérant, Grand-Maître se fixe comme objectif de diriger une compagnie de ballet et en 2002, il est embauché par l'Alberta Ballet, où il met en scène de nouveau plusieurs de ses œuvres précédentes et crée des versions populaires de Carmen de Bizet et de Cendrillon de Prokofiev. Une nouvelle production de Romeo and Juliet de Prokofiev est prévue en octobre 2005. Grand-Maître développe l'Alberta Ballet de sorte qu'il compte 26 danseurs, faisant de la compagnie la troisième compagnie de ballet en importance au Canada; il l'amène à faire deux tournées en Chine ainsi qu'une tournée nationale à grande échelle. Il a donné à l'Alberta Ballet une personnalité artistique distincte et devancé les efforts de ses prédécesseurs pour établir son profil à l'échelle nationale et internationale. Son contrat initial avec l'Alberta Ballet a été prolongé jusqu'en 2010.

Grand-Maître, notablement articulé et polylingue, est également devenu un ardent défenseur du rôle des arts en Alberta et au pays.


Lecture supplémentaire

  • Michael Crabb, "Growing Pains," Dance International, Fall/Winter 2002:12-15.