Max Gros-Louis

Magella « Max » Gros-Louis (ou Oné Onti dans la langue huronne-wendat, qui signifie « pagayeur »), politicien et homme d’affaires (né le 6 août 1931 à Wendake, au Québec ; décédé le 14 novembre 2020 à Québec, au Québec). En tant que chef des Hurons-Wendats pendant 33 ans, Max Gros-Louis a défendu plusieurs causes autochtones, notamment la lutte pour la reconnaissance des territoires autochtones et l’égalité générale des peuples autochtones au Canada.

Magella « Max » Gros-Louis (ou Oné Onti dans la langue huronne-wendat, qui signifie « pagayeur »), politicien et homme d’affaires (né le 6 août 1931 à Wendake, au Québec ; décédé le 14 novembre 2020 à Québec, au Québec). En tant que chef des Hurons-Wendats pendant 33 ans, Max Gros-Louis a défendu plusieurs causes autochtones, notamment la lutte pour la reconnaissance des territoires autochtones et l’égalité générale des peuples autochtones au Canada.


Max Gros-Louis

Max Gros-Louis a été le chef des Hurons-Wendats de Wendake pendant plus de 30 ans. (avec la permission de Marc-Lautenbacher/Wikimedia)

Premières années

Né et élevé à Wendake, au Québec, Max Gros-Louis grandit en chassant sur les territoires hurons-wendats.

Il travaille ensuite comme guide d’expédition, ouvrier arpenteur, vendeur ambulant et directeur d’une troupe de danse huronne-wendat. Dans les années 1950, il devient producteur d’artisanat pan-indien.  

Carrière politique

Max Gros-Louis est élu chef des Hurons-Wendats de Wendake (anciennement Huron de Lorette) pour la première fois en 1964. Il défend trois mandats au total : 1964-1984, 1987-1996 et 2004-2008.

Pendant son mandat, il participe à la construction du pavillon des Indiens du Canada à l’Expo 67. Il est également secrétaire et porte-parole lors de la fondation de l’Association des Indiens du Québec, en activité de 1966 à 1973. En 1970, en tant que représentant du Québec, Max Gros-Louis devient membre fondateur de la Fraternité nationale des Indiens (devenue plus tard l’Assemblée des Premières Nations).

Max Gros-Louis s’implique également dans des organisations autochtones internationales, notamment en tant que vice-chef de l’Assemblée des Premières Nations d’Amérique du Nord et de l’Assemblée mondiale des Premières Nations.

Son autobiographie, First Among the Hurons, est publiée en 1973.

Honneurs et récompenses

Max Gros-Louis reçoit l’Ordre national du Québec en 2011 et devient Officier de l’Ordre du Canada en 2015.

Au niveau international, en France, Max Gros-Louis a été reconnu par l’Académie diplomatique de la paix, par la Légion d’honneur et par l’Ordre national du mérite.


Collection des peuples autochtones

Guide pédagogique perspectives autochtones