Groupe Nouvelle Aire, Le

Le Groupe Nouvelle Aire (« GNA ») est une compagnie de danse contemporaine fondée à Montréal en 1968. Ce sont deux professeures d'origine française du département d'éducation physique de l'Université de Montréal, Rose-Marie Lèbe et Martine Époque qui sont à l'origine du projet.

Groupe Nouvelle Aire, Le

Le Groupe Nouvelle Aire (« GNA ») est une compagnie de danse contemporaine fondée à Montréal en 1968. Ce sont deux professeures d'origine française du département d'éducation physique de l'Université de Montréal, Rose-Marie Lèbe et Martine Époque qui sont à l'origine du projet. Parmi les collaborateurs qui se joignent à la nouvelle compagnie se trouve un solide groupe d'étudiants ayant participé à une activité para-universitaire de danse mise sur pied par ces dernières.

Martine Époque devient rapidement la figure de proue de la troupe dont le mandat est la création d'un vocabulaire de danse innovateur et fondamentalement québécois, ainsi que sur sa pédagogie. A la compagnie GNA se greffera bientôt une école offrant un programme de formation de boursiers et d'apprentis pour alimenter la troupe ainsi que des classes ouvertes de styles variés et des stages qui sont appréciés par un grand nombre d'étudiants montréalais. A ses débuts, peu des danseurs de la troupe sont de niveau professionnel, seulement quelques exceptions sont formées en ballet classique, et les interprètes proviennent de divers milieux : plusieurs ont un diplôme universitaire en éducation physique, d'autres en littérature et en théâtre, ce qui est assez inusité à cette époque. Cette diversité exceptionnelle stimule le questionnement sur le processus de création et au cours des années, Nouvelle Aire devient le lieu d'inspiration d'une nouvelle génération de danseurs et chorégraphes québécois, notamment Paul André FORTIER, Michèle Febvre, Edouard LOCK, Louise LECAVALIER, Ginette LAURIN, Manon Levac et Daniel Léveillé, pour n'en nommer que quelques uns.

Dans la première période, la majorité des chorégraphies sont signées par Martine Époque dont le style est basé sur sa technique personnelle qui exige un excellent contrôle du corps et dont une grande partie du travail se déroule au sol. De plus, on ne peut passer sous silence sa très grande sensibilité rythmique et musicale. Puis Paul Lapointe, danseur au sein du groupe, créera aussi des œuvres mémorables pour le GNA en 1972 et 1973. Outre les spectacles, les collaborations avec des compositeurs et des artistes québécois et les émissions de télévision dans lesquelles il se produit, le GNA est bien présent dans la communauté, entre autre grâce aux « Choréchanges », qui sont des démonstrations présentées en studios et suivies de discussions avec le public, et des tournées dans le milieu scolaire.

Les membres du Le Groupe Nouvelle Aire poursuivent assidûment leurs activités créatrices et pédagogiques. Martine Époque s'absente pour prendre un congé sabbatique aux Etats-Unis en 1975 et, à son retour, un changement esthétique apparaît, inspiré d'une part sans doute par les recherches créatrices initiées par les danseurs et de l'autre, au séjour de la directrice artistique à l'extérieur du pays. Les nouvelles chorégraphies introduisent par exemple le son du souffle des interprètes, et plus d'émotion et de théâtralité dans le répertoire du GNA.

Ses danseurs ont une meilleure formation et sont beaucoup plus homogènes qu'auparavant. Une restructuration de la compagnie a lieu à la fin des années soixante-dix, elle s'avère fort prometteuse même si le CONSEIL DES ARTS cesse soudainement de soutenir la compagnie et que seul le Ministère des Affaires culturelles du Québec lui offre une subvention. Mais malgré cette restructuration, la situation financière de la compagnie demeure très fragile.

En 1980, Martine Époque quitte le groupe et devient professeure à l'Université du Québec à Montréal. Le GNA cesse ses activités en 1982 et sera officiellement dissous en 1987.