Francq, Gustave

Gustave Francq, typographe, imprimeur et dirigeant syndical (Bruxelles, Belgique, mars 1871 -- Montréal, 2 janv. 1952). Considéré comme le père du syndicalisme international au Québec, il immigre dans la ville de Québec en 1886 et y apprend le métier de typographe.

Francq, Gustave

Gustave Francq, typographe, imprimeur et dirigeant syndical (Bruxelles, Belgique, mars 1871 -- Montréal, 2 janv. 1952). Considéré comme le père du syndicalisme international au Québec, il immigre dans la ville de Québec en 1886 et y apprend le métier de typographe. Établi à Montréal en 1900, il devient membre de l'Union typographique Jacques-Cartier, où il assume plusieurs fonctions de direction. Par la suite, il est élu président du Conseil des métiers et du travail de Montréal en 1909, et vice-président du CONGRÈS DES MÉTIERS ER DU TRAVAIL DU CANADA, de 1909 à 1911. Dans le journal Le Monde ouvrier / The Labor World, qu'il fonde en 1916 et qui est encore l'organe officiel de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), il se porte à la défense du syndicalisme international qui subit les attaques du clergé et des syndicats catholiques. Ayant flirté dans sa jeunesse avec les idées socialistes, il se présente comme candidat du Parti ouvrier aux élections provinciales de 1908. Durant la Première Guerre mondiale, il est partisan de la conscription, ce qui lui attire bien des reproches. Par la suite, il se range du coté du PARTI LIBÈRAL, à qui il fait confiance pour adopter des lois favorables aux travailleurs. De 1925 à 1937, il devient président de la Commission du salaire minimum des femmes du Québec et, de 1939 à 1944, vice-président de la Commission du salaire minimum. En 1937-1938, il est un des artisans principaux de la création de la Fédération provinciale du travail du Québec, qui le fait président honoraire à vie pour sa contribution exceptionnelle au développement du syndicalisme international.