Gagnon, Gustave (Adolphe Mathurin)

Gustave (Adolphe Mathurin) Gagnon. Organiste, professeur, compositeur (Rivière-du-Loup-en-haut, auj. Louiseville, près Trois-Rivières, Québec, 6 novembre 1842 - Québec, 19 novembre 1930). D.Mus. h.c. (Laval) 1922.

Gagnon, Gustave (Adolphe Mathurin)

Gustave (Adolphe Mathurin) Gagnon. Organiste, professeur, compositeur (Rivière-du-Loup-en-haut, auj. Louiseville, près Trois-Rivières, Québec, 6 novembre 1842 - Québec, 19 novembre 1930). D.Mus. h.c. (Laval) 1922. C'est avec son beau-frère Paul Letondal qu'il étudia le piano à Montréal (1860-64), succédant ensuite à son frère Ernest aux orgues de l'église Saint-Jean-Baptiste de Québec (1864-76). Il partit pour l'Europe en 1870, travaillant d'abord à Paris avec Alexis Chauvet (orgue), Antoine Marmontel (piano) et Auguste Durand (harmonie), puis à Liège avec Étienne Ledent (piano) et Jean-Théodore Radoux (harmonie). Il séjourna également à Leipzig (étés 1871, 1872) où il étudia avec Robert Papperitz (orgue) et Louis Plaidy (piano), ainsi qu'à Dresde et en Italie. Il rencontra ainsi plusieurs musiciens réputés dont Liszt et Saint-Saëns. De retour à Québec (1872), il devint en 1876 titulaire, jusqu'en 1915, des orgues de la basilique, succédant à nouveau à son frère. Professeur à l'École normale Laval (1877-1917) et au Petit séminaire, il donna aussi des cours privés. Parmi ses élèves se trouvaient son fils Henri, J.-Arthur Bernier, Daniel Dussault, Juliette Rodrigue ainsi que Léo-Pol Morin qui dira de lui : « Ceux qui ont reçu son enseignement et je suis fier d'être de ce nombre, n'ont jamais éprouvé les limites de sa bonté, de son coeur; de son dévouement, de son esprit et de son intelligence » (La Lyre, décembre 1930).

Gustave Gagnon fut aussi l'un des fondateurs de l'Union musicale de Québec (1866) et de l'AMQ (1868), dont il devint plus tard prés. (1878-79, 1881-82, 1883-84, 1885-87, 1893-94, 1895-96, 1897-98, 1899-1900, 1901-02). Il prit part à l'établissement à Québec du Collège de musique Dominion et fut le premier dir. de l'École de musique de l'Université Laval (1922-25), en plus d'y enseigner (1922-30). Il s'adonna à la composition et réalisa une harmonisation pour quatre voix mixtes d'une Messe royale de Henry Du Mont qui fut exécutée en 1880 par un choeur de 600 voix sur les Plaines d'Abraham à l'occasion de la Saint-Jean-Baptiste. Sa Marche pontificale pour piano ou orgue a été orchestrée par Joseph Vézina.

Voir aussi Henri Gagnon, son fils.

COMPOSITIONS (Sélection)

Reflets du passé« valse de salon » : p; Brainard 1869, PMC I.

Marche pontificale : v. 1871; p (org); Lavigne 1871, 1886 (p), Lavigueur & Hutchison v. 1912 (p), PMC IVa (org).

Marche nocturne : p; Lavigne 1873.

Souvenir de Leipzig : 1874?; p.

Gavotte en fa : 1890; p; Lavigne.

Deuxième marche pontificale avec choeurs : Lavigueur & Hutchison 1896.


Lecture supplémentaire

  • 'M. Gustave Gagnon,' La Musique, vol 1, Mar 1919

    LeVasseur, Nazaire. 'Musique et musiciens à Québec,' ibid, vol 3, Aug, Oct 1921

    'M. Gustave Gagnon,' ibid, vol 4, Dec 1922

    Morin, Léo-Pol. 'Hommage à Gustave Gagnon,' La Lyre, 76, Dec 1930