Guy, Guylaine

Guy (née Chailler), Guylaine. Chanteuse, peintre (Montréal, 6 avril 1929). Elle doit ses premières connaissances musicales à sa mère, la chanteuse et comédienne Lise Bonheur (née Léontine Laurendeau), une nièce d'Alexandre Laurendeau, qui dirigeait une école de théâtre et de danse.

Guy, Guylaine

Guy (née Chailler), Guylaine. Chanteuse, peintre (Montréal, 6 avril 1929). Elle doit ses premières connaissances musicales à sa mère, la chanteuse et comédienne Lise Bonheur (née Léontine Laurendeau), une nièce d'Alexandre Laurendeau, qui dirigeait une école de théâtre et de danse. Guylaine fit ses débuts à Montréal au cabaret Au Faisan doré en 1950 et fut élue en 1952 Miss Radio-Télévision au Gala des artistes organisé à Montréal par l'hebdomadaire Radiomonde. À cette époque, elle enregistra quelques 78t. chez RCA Victor et elle doubla sur Broadway la célèbre Lilo dans la comédie musicale Can-Can de Cole Porter. En 1955, Charles Trenet l'emmena à Paris comme sa protégée, écrivant des chansons pour elle et la lançant à l'Olympia à ses côtés. Le 10 décembre, les Français la couronnaient « Espoir de 1956 » au prix Triomphe de l'année. S'installant alors définitivement à Paris, elle grava plusieurs chansons de Trenet chez Pathé-Marconi, se produisit au théâtre Bobino et au cabaret La Villa d'Este (1956) puis fut tête d'affiche (1957).aux côtés des comédiens Roger Pierre et Jean-Marc Thibault à l'Olympia. À la fin des années 1950, elle effectua plusieurs tournées, notamment en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, en Espagne, en Hollande et en Suisse. Au Canada, elle chanta à Montréal lors de l'ouverture de l'hôtel Reine-Élisabeth (1958), fit deux séries d'émissions à la télévision (1961) et joua le rôle titre d' Irma la douce avec le Théâtre du Nouveau-Monde au théâtre Orpheum de Montréal (1963). Peu après, elle abandonna sa carrière de chant pour la peinture (elle étudia avec Jean Picard-Ledoux). Elle effectua néanmoins un retour vers 1970 et participa en 1972 à un spectacle commémorant le 20e anniversaire de la télévision de la SRC à Montréal.

Deux de ses soeurs furent aussi chanteuses. Monique (Marie Hélène) Chailler (Montréal, 28 août 1922) et Colette Bonheur (Montréal, 20 septembre 1927 - Freeport, Bahamas, 15 octobre 1966). Soprano, Chailler fut surtout entendue à la radio de la SRC de 1943 à 1965 (« Concert intime », « Sunday Morning Recital », »Crépuscule », etc.) et aussi après 1963 en récital au Canada et à l'étranger. Plus tard, elle enseigna le chant à Montréal. Bonheur fit ses débuts en 1951 au cabaret Au Faisan doré, se produisit à l'émission « Mes jeunes années » à la télévision de la SRC (1952-54) et fut la vedette de « Porte ouverte » (1954-57). Bonheur, qui s'établit aux Bahamas en 1961, enregistra le micr. Colette Bonheur chante pour vous (Epic LF-2007).