Réserve de parc national et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas

Englobant les denses forêts et les prairies alpines de la partie sud des îles de la Reine-Charlotte, la réserve de parc national et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas (1495 km2), inaugurée en 1996, abrite certaines espèces végétales et animales qui ne se trouvent nulle part ailleurs sur la planète.

Mâts commémoratifs Haida Gwaii
Les ruines de 10 maisons et de 32 mâts et colonnes témoignent de la puissance et du talent artistique d 'une société riche et flamboyante (avec la permission du Royal British Columbia Museum).
Îles de laReine-Charlotte
Gigantesques épinettes de Sitka, la réserve de parc national et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas (Corel Professinal Photos).

Englobant les denses forêts et les prairies alpines de la partie sud des îles de la Reine-Charlotte, la réserve de parc national et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas (1495 km2), inaugurée en 1996, abrite certaines espèces végétales et animales qui ne se trouvent nulle part ailleurs sur la planète. Une entente a été conclue en 1987 entre le gouvernement fédéral et le gouvernement de la Colombie-Britannique afin de créer la réserve de parc national Gwaii Haanas. Cet archipel sauvage est composé de 138 îles et son nom, qui vient du Haida signifie « îles de beauté ».

Histoire naturelle
Accessible uniquement par bateau ou par avion, ce territoire aux multiples habitats abrite plus du quart des oiseaux marins nicheurs de la Colombie-Britannique, soit au-delà de 700 000. On y trouve environ une douzaine d'espèces comprenant des pétrels, des cormorans, des mouettes, des alques et des macareux, ainsi que de fortes concentrations de pygargues à tête blanche et de faucons pèlerins. C'est également l'habitat d'une grande colonie de lions de mer de Steller. Parmi les autres mammifères marins qui fréquentent le littoral, on compte des otaries à fourrure de l'Alaska, des éléphants de mer et 11 espèces de baleines, incluant des espèces migratrices comme la baleine grise, le rorqual à bosse, le rorqual du Nord, le rorqual commun, le petit rorqual et l'orque (ou épaulard).

Les mammifères terrestres comprennent l'ours noir, la loutre de rivière, la martre et une sous-espèce de belette, l'hermine de Haïda (Mustela erminea haidarum). L'arrivée de prédateurs, tels que les ratons laveurs et les rats, menace grandement les colonies d'oiseaux marins.

La végétation variée compte des plantes endémiques des prairies alpines des montagnes accidentées de San Christoval et de gigantesques épinettes de Sitka des forêts humides du littoral.

Histoire humaine
Cette réserve de parc se distingue par l'interaction des environnements terrestres et marins et une abondance de vestiges patrimoniaux haidas. L'héritage haida comprend le village historique de Ninstints (SGang Gwaay Iinagaay) sur l'île Anthony (SGang Gwaay), un site du patrimoine mondial de l'UNESCO, et une centaine de sites archéologiques inventoriés.Les gigantesques mâts et les poteaux-mitans témoignent de l'extraordinaire habileté artistique des Haïdas. Le Programme des gardiens de Haïda Gwaii assure un rôle d'hôte et de vigil au site ainsi qu'à quatre autres sites culturels importants de Gwaii Haanas : Tanu (T'aanuu IInagaay), Skedans (K'uuna IInagaay), baie Windy (Hlk'yah GaawGa), et à l'île Hotspring (Gandll K'in Gwaayaay). L'histoire de Gwaii Haanas est aussi celle d'entreprises minières et de mise en conserve de poisson dont les vestiges retournent lentement à la terre.

Cette région est la Mecque des kayakistes et des plaisanciers qui viennent admirer la luxuriante vie marine et terrestre de cet environnement côtier encore vierge.

Voir aussi Secteur Moresby-Sud.