Harper, J. Russell

J. Russell Harper, historien de l'art (Caledonia, Ont., 13 avril 1914 -- Cornwall, Ont., 17 nov. 1983).
J. Russell Harper, historien de l'art (Caledonia, Ont., 13 avril 1914 -- Cornwall, Ont., 17 nov. 1983).


Harper, J. Russell

J. Russell Harper, historien de l'art (Caledonia, Ont., 13 avril 1914 -- Cornwall, Ont., 17 nov. 1983). Harper fait ses études au Collège des beaux-arts de l'Ontario (1938-1940), sert dans l'Aviation royale du Canada à titre de mécanicien en radiodétection au Canada et en Angleterre (1941-1945), sans jamais cesser de visiter des musées et des galeries d'art, puis obtient un baccalauréat ès arts (1948) et une maîtrise ès arts (1950) en art et en archéologie à l'U. de Toronto. Durant les années 50, il travaille au Musée royal de l'Ontario et au Musée du Nouveau-Brunswick et participe aussi à des travaux archéologiques et à des recherches sur l'histoire sociale de l'Ontario et du Nouveau-Brunswick. En 1959, Harper prépare un rapport sur la possibilité de restaurer la forteresse de Louisbourg pour le ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien (maintenant le MINISTRE DES AFFAIRES AUTOCHTONES ET DU DÉVELOPPEMENT DU NORD CANADIEN). Il est nommé conservateur de la section d'art canadien à la Galerie nationale du Canada (1959-1963), conservateur en chef du Musée McCord de l'U. McGill (1965-1968), professeur d'histoire de l'art à l'U. Concordia (1965-1979) et membre du conseil consultatif pour le Journal of Canadian Art History (1974-1983). Harper reçoit entre autres distinctions un doctorat en littérature de l'U. de Guelph (1972), les titres de Membre de la Société royale du Canada et d'Officier de l'Ordre du Canada (1974), ainsi qu'un doctorat en beaux-arts du Nova Scotia College of Art and Design (1982).

Pionnier de l'histoire de l'art au Canada, il insiste constamment sur l'importance de connaître de façon précise et détaillée les artistes, leurs oeuvres et leur bagage culturel afin de comprendre pleinement les traditions canadiennes. Historical Directory of New Brunswick Newspapers and Periodicals (1961) et Early Painters and Engravers in Canada (1970) sont des ouvrages de référence essentiels. Printing in Canada : A History (1966), dont une édition révisée paraît en 1977, est la première étude détaillée dans ce domaine et le premier livre d'art important entièrement réalisé au Canada. Sa prédilection pour la recherche et sa sensibilité face à l'expression artistique s'allient dans Paul Kane's Frontier (1971), qui analyse la biographie et les écrits de Kane en rapport avec les croquis et les peintures qui documentent ses voyages. Ces qualités font aussi de Krieghoff (1979) un ouvrage incontournable.

À la fin de sa vie, Harper a deux grands centres d'intérêt : la création du premier programme canadien d'études avancées en histoire de l'art, qui l'amène à produire un journal périodique de recherche, et l'étude de l'ART POPULAIRE au Canada, qui donnera lieu, en 1973, à une exposition itinérante déterminante pour la Galerie nationale et à un livre, A People's Art (1973, trad. L'art populaire, 1973).