Paul Hébert

Paul Hébert, O.C., C.Q., comédien, metteur en scène et directeur artistique (né le 28 mai 1924 à Thetford Mines, Québec; décédé le 20 avril 2017 à Québec). Ce géant de la scène théâtrale et des écrans québécois est récipiendaire de plusieurs prix d’interprétations. Premier canadien francophone à avoir été formé au Old Vic Theatre de Londres, il est, dans les années 1970, largement associé au Théâtre du Trident de Québec, à la fois comme co-fondateur, acteur, metteur en scène et directeur artistique. Il s’est aussi retrouvé devant la caméra de plusieurs réalisateurs québécois de renom dont Gilles Carle et Robert Lepage.

Guy L\u2019Ecuyer, Paul H\u00e9bert et Gilles Carle (de gauche \u00e0 droite)
Com\u00e9die fantaisiste portant sur un conducteur de chasse-neige de Montr\u00e9al, La Vie heureuse de L\u00e9opold Z. commence, \u00e0 l\u2019instar de Nobody Waved Good-bye, comme un court documentaire. Gilles Carle tourne le film sur 18 mois, r\u00e9p\u00e9tant soigneusement chaque sc\u00e8ne.

Formation et début de carrière

Après avoir fait son cours classique au Collège de Lévis, c’est sous les conseils de son ami, le comédien Pierre Boucher, que Paul Hébert part étudier à Londres, à l’Old Vic Theatre, en 1949. À son retour, en 1952, il fait ses débuts sur scène avec les Comédiens de Québec, une troupe fondée par Boucher. Commence alors une florissante carrière.

Homme de théâtre complet, il fonde de nombreux théâtres : le Théâtre Anjou à Montréal (1954-56), Le Chantecler avec Albert Millaire à Sainte-Adèle (1956), premier théâtre d’été au Québec, L’Estérel à Sainte-Marguerite (1961), L’Atelier à Montréal (1964), le Théâtre Paul-Hébert à l’île d’Orléans (1982). Il est le premier directeur artistique du Théâtre du Trident à Québec (1970-77), après avoir dirigé le Conservatoire d’art dramatique de Montréal (1969) et celui de Québec (1970).

Rôles marquants au théâtre

En 1959, il est de la première représentation de Bousille et les justes de Gratien Gélinas à la Comédie-canadienne. Il multiplie par la suite les grands rôles, notamment celui de Mikhaïl Aleksandrovitch Rakitine dans Un mois à la campagne d’Ivan Tourgueniev; de Georges dans Qui a peur de Virginia Woolf? d’Edward Albee (La Poudrière, 1966); de Fleurimond dans Casino voleur d’André Ricard (Trident, 1978), qu’il adapte ensuite pour la télévision; de Don Quichotte dans l’adaptation signée par Jean-Pierre Ronfard (Trident, 1984); d’Edgar dans Play Strindberg de Friedrich Dürrenmatt (Théâtre du Nouveau Monde, 1988); et Je ne suis pas Rappaport (La Bordée, 1997, mise en scène de Gill Champagne). Il remporte le Prix du public (prix des abonnés du Théâtre du Trident) dans le cadre des Prix d’excellence des arts et de la culture pour le rôle de Prospéro dans La Tempête de William Shakespeare (1999, Trident, mise en scène de Robert Lepage).

Lepage, Robert
Considéré par de nombreuses personnes comme le plus brillant metteur en scène de théâtre de sa génération, Robert Lepage a aussi dirigé un opéra et réalisé des films (photo de Graham Law).
Mouawad, Wajdi

Il suscite encore les éloges pour son incarnation vibrante du docteur Tcheboutykine dans Les Trois Sœurs d’Anton Tchekhov, mises en scène par Wajdi Mouawad (Trident, 2002, puis Théâtre du Nouveau Monde et Centre National des arts à Ottawa, 2005). Plusieurs de ses mises en scène, telles que Six personnages en quête d’auteur (1957), Charbonneau et le Chef (1971) et La Mort d’un commis-voyageur (1975) ont aussi été primées.

Carrière au cinéma et à la télévision

Au cinéma, il a tenu d’importants rôles : celui de Théophile Lemay dans La vie heureuse de Léopold Z. de Gilles Carle (1965), celui du père dans Les beaux Souvenirs de Francis Mankiewicz (1981), celui d’Alex dans Des amis pour la vie d’Alain Chartrand (1988) et celui du père dans Les Fous de Bassan d’Yves Simoneau (1986). Il assure la narration du film d’animation Le fleuve aux grandes eaux de Frédéric Back (1993) et sous les traits d’un prêtre dans Le Confessionnal de Robert Lepage (1995). Il a été également dans de nombreux téléthéâtres à la télévision de Radio-Canada et on l’a vu dans plusieurs téléromans et séries télévisuelles : Race de monde, Le temps d’une paix, Cormoran, Nos étés, Tout sur moi.

Carle, Gilles
Le metteur en scène, Gilles Carle, 1975 (avec la permission du Toronto International Film Festival Group).
Mankiewicz, Francis
(avec la permission de Téléfilm Canada)
Back, Frédéric
Le metteur en scène, Frédéric Back, 1978 (avec la permission du Toronto International Film Festival Group).

La Fondation du Théâtre du Trident a institué en 1977 le Prix Paul-Hébert, qui souligne chaque année la première performance exceptionnelle d’un comédien ou d’une comédienne de Québec. En 2007, un documentaire intitulé Paul Hébert, le rêveur acharné a été réalisé par Geneviève Albert et en 2012, le Studio-Théâtre Paul Hébert a été inauguré à Thetford Mines, sa ville natale.

Prix et distinctions