Herménégilde Chiasson

Herménégilde Chiasson, O.C., O.N.-B., poète, dramaturge, réalisateur, lieutenant‑gouverneur du Nouveau-Brunswick, est né le 7 avril 1946 à Saint‑Simon, au Nouveau-Brunswick.

Herménégilde Chiasson et son épouse, Marcia Babineau. Image : \u00a9Lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick.
Herménégilde Chiasson, 2010

Herménégilde Chiasson, O.C., O.N.-B., poète, dramaturge, réalisateur, lieutenant‑gouverneur du Nouveau-Brunswick, est né le 7 avril 1946 à Saint‑Simon, au Nouveau-Brunswick. Officier de l’Ordre du Canada (O.C.), lauréat d’un prix littéraire du Gouverneur général et 29e lieutenant‑gouverneur du Nouveau‑Brunswick, Herménégilde Chiasson est considéré comme le père du modernisme en Acadie. Il est l’un des plus fervents défenseurs de la culture et des arts acadiens. Il est aussi connu comme un militant inlassable pour une culture acadienne vivante plutôt que persécutée et exilée.

Formation et début de carrière

D’origine acadienne, Herménégilde Chiasson naît et grandit à Saint‑Simon, au Nouveau-Brunswick. Il obtient un baccalauréat ès arts de l’Université de Moncton en 1967, un baccalauréat en beaux‑arts de l’Université Mount Allison en 1972, une maîtrise en esthétique de l’Université de Paris 1 en 1976, une maîtrise en beaux‑arts à l’université d’État de New York en 1981, puis un doctorat de la Sorbonne à Paris en 1983.

Pendant et après ses études, Herménégilde Chiasson mène activement carrière dans le domaine des arts au Canada. Dès 1974, il est directeur de la Galerie d’art de l’Université de Moncton et, en 1980, président de la Galerie Sans Nom. À partir de ce moment, il fonde et préside plusieurs organisations artistiques, dont les Éditions Perce-Neige en 1984, la coopérative Aberdeen en 1985, l’atelier Imago en 1987 et les Productions du Phare-Est en 1988. En 1994, il occupe le poste de conservateur de l’exposition Marion McCain à la Galerie d’art Beaverbrook et, de 1993 à 1995, il est président de l’Association acadienne des artistes professionnels et professionnel.le.s du Nouveau‑Brunswick. De 1968 à 1985, il travaille aussi pour la Société Radio-Canada de façon intermittente, comme réalisateur, dramaturge, journaliste et recherchiste. Puis, de 1988 à 2003, il enseigne au département des beaux-arts de l’Université de Moncton.

Art visuel

En parallèle aux nombreux mandats qui lui sont confiés au fil de sa carrière, Herménégilde Chiasson s’adonne à sa passion pour l’art, la poésie, le théâtre et le cinéma, et son œuvre est reconnue au Canada comme à l’étranger. Il participe à plus de 100 expositions de peintures et de photographies, dont 18 expositions personnelles telles que La frise des archers (1983) et Mythologies (1996). Il écrit aussi, avec Patrick Condon Laurette, une monographie sur le sculpteur et peintre fondateur du département des beaux-arts et de la galerie d’art à l’Université de Moncton, Claude Roussel, Claude Roussel Sculpteur/Sculptor (1985).

Poésie, cinéma et théâtre

Herménégilde Chiasson est l’auteur de 18 recueils de poésie, y compris ses deux analyses révolutionnaires de l’identité acadienne, Mourir à Scoudouc (1974) et Rapport sur l’état de mes illusions (1976), qui se penchent sur les changements qu’ont apportés les manifestations étudiantes à l’Université de Moncton en 1968 et 1969, et la formation du Parti acadien en 1972. Climat (1996) est traduit vers l’anglais, Climates (1999), et Conversations remporte un prix littéraire du Gouverneur général pour œuvre de poésie en 1999.

Herménégilde Chiasson réalise plus de 15 films, qui abordent principalement l’identité acadienne, dont Robichaud (1989), Marchand de la mer (1991), Les années noires (1994), L’Acadie retrouvée (1995) et Épopée, qui remporte le prix du meilleur documentaire au Festival international du film francophone de Namur.

Herménégilde Chiasson écrit aussi 25 pièces de théâtre, dont certaines sont très populaires, comme L’exil d’Alexa (1993) et Aliénor (1998).

Politique

Le 29 août 2003, Herménégilde Chiasson est nommé le 29e lieutenant‑gouverneur du Nouveau-Brunswick, remplaçant Marilyn Trenholme Counsell. Son mandat prend fin en 2009, et Graydon Nicholas lui succède. Il est président honoraire et mécène de nombreuses organisations caritatives, au Nouveau-Brunswick et ailleurs au Canada, et il est artiste résident à l’Université Mount Allison et à l’Université de Moncton.

Prix et distinctions

Prix France-Acadie (1986 et 1992)

Chevalier de l’Ordre français des Arts et des Lettres (1990)

Membre de l’Ordre des francophones d’Amérique (1993)

Prix littéraire du Gouverneur général en poésie (1999)

Grand Prix de la francophonie canadienne (1999)

Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie (2003)

Diplôme honorifique en littérature de l’Université de Moncton (2009)


Lecture supplémentaire

  • David Lonergan, « L’espace dans la poésie d’Herménégilde Chiasson », Literary Atlas of Atlantic Canada / Atlas littéraire du Canada atlantique (2014).

    David Lonergan, Paroles d’Acadie. Anthologie de la littérature acadienne (1958–2009) (Sudbury : Prise de parole, 2010).