Hiawatha

Hiawatha est une personnalité importante de l’histoire précoloniale des Haudenosaunee (Iroquois) du sud de l’Ontario et du nord de l’État de New York actuels qui aurait vécu dans les années 1400 ou 1450. Il est le plus connu pour avoir uni les Cinq Nations (Sénécas, Cayugas, Onondagas, Oneidas et Mohawks) dans une confédération politique. En 1722, les Tuscarora, une tribu habitant beaucoup plus au sud, se joignent à la Confédération, créant ce que nous appelons aujourd’hui les Six Nations. Il ne faut pas confondre l’histoire de Hiawatha avec le poème populaire de Henry Wadsworth Longfellow, Le Chant de Hiawatha (1885). Bien que le poète fasse référence à Hiawatha, il vise en fait un héros culturel algonquien, Nanabozho. Qu’il s’agisse d’une erreur intentionnelle ou accidentelle, le poème apporte une confusion à l’histoire de Hiawatha.

Rencontre de Hiawatha et Deganawida
Hiawatha et Deganawidah (le Grand Pacificateur)

Contexte historique

Comme c’est le cas de la plupart des prophètes et des figures légendaires de l’histoire, le récit de Hiawatha est en partie parole d’évangile, en partie légende historique et en partie projection dans le passé lointain d’idées et de récits modernes. L’histoire étant racontée par les conteurs à travers plusieurs générations, il n’existe pas deux versions pareilles du récit. Les différences communes des récits de Hiawatha incluent sa nation d’origine (Mohawk ou Onondaga), l’année où il a créé la Confédération, et même s’il était une vraie personne ou une légende.

Toutefois, un aspect conforme à chaque version est que le récit de Hiawatha se déroule dans le contexte précolonial des vengeances dans le sang, ou guerres de deuil. À partir à peu près du XVe siècle jusqu’au début du XVIIe siècle, on fait la guerre aux rivaux en des accès perpétuels de vengeance, chaque groupe cherchant constamment à obtenir la vengeance sur l’autre, dans un cycle en apparence immuable de violence. La tradition de remplacer les guerriers morts au combat par des prisonniers pris lors des batailles est censée aider ceux qui sont en deuil à composer avec la mort de leurs êtres chers. Cependant, cela prolonge le cycle, poussant les nations voisines à attraper à leur tour des prisonniers pour remplacer les membres de leur tribu. La guerre perpétue la famine, car elle épuise les réserves de nourriture des villages, et empêche les chasseurs de pratiquer la chasse et de rapporter la viande nécessaire à la survie pendant les mois d’hiver. Beaucoup meurent pendant ce temps, car les guerriers valorisent l’honneur de la guerre au-delà de toute autre chose. C’est de ce contexte meurtrier et violent que naît le récit de Hiawatha.

LE-SAVIEZ VOUS?
Plusieurs traductions existent du nom « Hiawatha ». Deux des plus courantes sont : « celui qui passe le peigne », en référence à la capacité de Hiawatha de convaincre son rival, Atotarho (ou Athatotarho), de se joindre à la Ligue des Iroquois, et « celui qui a perdu sa tête, mais qui cherche à la trouver », en référence aux mois qu’il passe à errer dans les bois, déprimé et désespéré, après la mort de sa famille.

Récit de Hiawatha

Personnages légendaires

Trois personnages occupent une place importante dans le récit de Hiawatha, chacun représentant un aspect différent de la violence précoloniale qui fait rage parmi les Cinq Nations. D’abord, Hiawatha, un guerrier onondaga qui, ayant perdu non seulement sa femme, mais aussi ses filles, représente la victime inconsolable des vengeances de sang. De nombreuses versions du récit décrivent Hiawatha comme étant profondément déprimé après la mort de sa famille. On dit aussi qu’il erre dans le pays des Haudenosaunee dans un état de deuil perpétuel.

Le deuxième personnage, Atotarho, est un chef de guerre onondaga qui aurait des serpents dans ses cheveux et qui serait maître de la puissante magie noire. Il représente l’agresseur dans les vengeances de sang. La magie d’Atotarho paralyse les conseils des Onondagas, leur privant des rites anciens de conseil et de discussion ouverte. Tous ceux qui veulent se prononcer contre lui n’osent pas le faire, de crainte de représailles fatales.

Enfin, il y a Deganawida, le Grand Pacificateur, qui, en tant qu’étranger qu’on reconnaît traditionnellement comme venant du nord, de la Nation de Wyandot ou du peuple huron, porte un message de paix pour unir les Cinq Nations. Certaines versions du récit incluent aussi Jigonsahseh (Jigonsaseh), ou la Reine pacifique, une femme descendue de la Mère Ciel elle-même. Son encouragement et son approbation du message de paix du Grand Pacificateur symbolisent le rituel d’obtenir le consentement d’un conseil de femmes, ou des mères de clan, avant d’entreprendre d’importantes actions politiques.

Hiawatha et le Grand Pacificateur sont souvent considérés comme les fondateurs de la Ne Gaynesha'gowa / Kaianere’ko:wa («Grande Loi de la Paix»), ou Ligue des Iroquois, telle que représentée par la maison longue. Connus comme le « peuple de la maison longue », les Haudenosaunee considèrent ce symbole comme sacré. La maison longue décrit non seulement le bâtiment dans lequel ils habitent, mais aussi leur mode de vie et la structure de leur politique interne. Les vestiges archéologiques situent la création de la Ligue des Iroquois vers la fin des années 1400.

Cérémonie de condoléances

Pendant le XVe siècle, le Grand Pacificateur, prophète et chef, voyage vers le sud depuis sa patrie pour vivre dans le pays des Mohawks. C’est ici, après l’exile auto-imposé de Hiawatha, à la suite de la mort de sa femme et de ses filles, que ces deux hommes se rencontrent et partagent leur passion de mettre fin à la guerre et à la violence parmi les Haudenosaunee.

Hiawatha, en proie à sa grande dépression, a un esprit assombri. Il ne peut pas bien réfléchir; sa rage a volé sa raison et sa rationalité. La cérémonie de condoléances que le Grand Pacificateur enseigne à Hiawatha est d’abord accomplie en réponse au deuil de celui-ci. L’angoisse a l’habileté de pousser les survivants des vengeances de sang dans le désespoir, les incitant à méprendre la raison et les entraînant dans des excès de rage, ce qui peut être dangereux pour eux, ainsi que pour la communauté au sens large.

Le message du Grand Pacificateur consiste à remplacer les vengeances de sang et les guerres de deuil avec la paix. La cérémonie de condoléances les aidera à y parvenir. Étant à l’abri du deuil, le Grand Pacificateur est sain d’esprit et peut accomplir la cérémonie. Seulement ceux qui ont l’esprit clair peuvent le faire. D’abord, il essuie les yeux de l’endeuillé pleurant, pour que celui-ci puisse voir. Ensuite, il ouvre les oreilles de Hiawatha, pour que celui-ci puisse entendre. Enfin, il dégage la gorge, pour qu’il puisse parler. Après cette cérémonie, la douleur et la tristesse sont vaincues, et laissent l’endeuillé, lui rendant sa raison. Cette cérémonie est la clé de l’unification des Cinq Nations en conflit. En tant qu’étranger, le message du Grand Pacificateur n’est pas influencé par une allégeance à une tribu quelconque. Il parle de la paix en toute sincérité, plutôt que d’être motivé par un intérêt personnel.

Création de la Ligue des Iroquois

Une fois que le Grand Pacificateur lui fait perdre ses mauvaises habitudes, Hiawatha devient le disciple de celui-ci, voyageant dans les pays des Cinq Nations pour prêcher la bonne nouvelle de la cérémonie de condoléances. Pour qu’il n'oublie pas le rituel, il l’immortalise dans des perles faites de coquillages, connues sous le nom « wampum », qu’il porte autour du cou. Selon certaines légendes, il commence avec les Mohawks, la Nation la plus à l’est des Haudenosaunee, et se rend finalement dans l’est, vers les Oneidas. Après la période d’attente traditionnelle d’une année, les deux Nations approuvent le message du Grand Pacificateur.

Hiawatha retourne dans son village des Onondagas et se présente devant le grand chef Atotarho pour lui livrer son message de paix. Tous les guerriers de la région craignent la magie noire d’Atotarho, dont les cheveux seraient emmêlés de serpents. Atotarho a atteint le pouvoir pendant la période des vengeances de sang et des guerres de deuil. En conséquence, il n’approuve pas la paix entre les nations en guerre.

Atotarho recevant deux chefs Mohawks
Hiawatha, le Grand Pacificateur et Atotarho

Sans se laisser décourager, Hiawatha continue auprès des Cayugas et des Sénécas, dont les deux adhèrent à l’évangile du Grand Pacificateur. Lorsque les quatre Nations s’enlignent, ils abordent Atotarho, qui, fou de la rage des vengeances de sang et de son pouvoir, refuse toujours de se joindre à la Confédération. Les membres des quatre Nations discutent avec Hiawatha; ils croient être plus forts que jamais auparavant. Ils demandent pourquoi ils ne peuvent pas simplement faire joindre Atotarho et les Onondagas par la force, l’obligeant, ainsi que sa nation, à accepter la Confédération. Hiawatha croit que cela accablerait la fondation de la Confédération, qui a comme but de remplacer les guerres entre parents par une ère de paix. Il dit : « Il existe une meilleure façon de vaincre Atotarho. »

Les quatre Nations se réunissent autour d’un feu de conseil pour essayer de nouveau de convaincre les Onondagas de se joindre à la Confédération. Hiawatha propose à Atotarho d’accepter le rôle de « premier sachem », ou grand chef, et de faire de sa résidence à Onondaga le lieu de rencontre central du Grand Conseil. Celui-ci est le corps dirigeant traditionnel des chefs des Haudenosaunee. Ce compromis résume l’aspect intégral de paix de cette nouvelle union. Atotarho accepte, et la Ligue des Iroquois est née. Quoique les guerres de deuil et les vengeances de sang avaient altéré l’esprit et le cœur de Hiawatha et d’Atotarho, en tant que victime et agresseur respectivement, le message de paix du Grand Pacificateur, ainsi que sa cérémonie de condoléances, signifiée par les perles wampum, permettent aux deux hommes d’en sortir en tant que frères.

Significance

La force de la Ligue des Iroquois permet aux Haudenosaunee de rester forts et unis au cours du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle et pendant l’ère moderne, avec une influence qui s’étend de la rivière des Outaouais jusqu’à la baie Chesapeake, de la Nouvelle-Angleterre jusqu’en Ontario. Après l’arrivée des Européens en Amérique du Nord, au cours des années 1600, les Haudenosaunee montent les empires anglais, hollandais et français les unes contre les autres pour recevoir ce qu’ils considèrent les meilleurs prix pour leurs biens. Les Cinq Nations et, plus tard, les Six Nations sont les alliées politiques et militaires importantes des Français au cours de la guerre de Sept Ans. Certaines Nations haudenosaunee sont aussi alliées des deux côtés de combattants pendant la Révolution américaine et la guerre de 1812.

En 1988, le Congrès des États-Unis adopte un projet de loi selon lequel la Confédération des 13 colonies originales a été influencée par le système politique élaboré par la Ligue des Iroquois, tout comme bon nombre de principes démocratiques qui sont incorporés dans la Constitution des États-Unis.