Howarth, Thomas

Thomas Howarth, professeur, historien de l'architecture, collectionneur (Angl., 1914 - Toronto, 21 juil. 2000).

Howarth, Thomas

Thomas Howarth, professeur, historien de l'architecture, collectionneur (Angl., 1914 - Toronto, 21 juil. 2000). Howarth est à l'origine d'un renouveau d'intérêt pour le grand architecte écossais Charles Rennie Mackintosh (1868-1928), et ce, grâce à l'écriture d'articles portant sur celui-ci ainsi qu'une monographie exhaustive et à des expositions ayant ses œuvres pour thème. Sa vie durant, il prendra fait et cause pour Mackintosh et, collectionneur à l'instinct sûr, il réunira une vaste collection de ses différents travaux.

Howarth étudie l'ARCHITECTURE à l'Université de Manchester au Royaume-Uni et obtient un doctorat de l'Université de Glasgow en Écosse (Mackintosh constitue le sujet de sa thèse de doctorat). Bien que le chef-d'œuvre de Mackintosh, soit l'école des Beaux-Arts de Glasgow (1896-1909), ait été décrite comme étant « la seule école des Beaux-Arts dans le monde dont l'immeuble est à la hauteur du sujet qu'on y enseigne », les meilleures œuvres de Mackintosh sont achevées avant 1910 et au moment de sa mort en 1928, sa réputation avait sérieusement décliné. Collectionneur-né, Howard commence à accumuler ce qui allait devenir la plus importante collection privée des œuvres de l'architecte. Dans les années 1940, il publie des articles sur Mackintosh; en 1952, il est l'auteur d'une monographie intitulée : Charles Rennie Mackintosh and the Modern Movement, qui sera rééditée en 1977.

En 1958, Howarth émigre au Canada et enseigne à l'école d'architecture de l'UNIVERSITÉ DE TORONTO jusqu'en 1974, année où il prend sa retraite en tant que doyen de la faculté d'architecture. Parallèlement à l'intérêt qu'il portera toute sa vie à Mackintosh, Howarth publie des articles et donne des cours sur le DESIGN D'ENVIRONNEMENT et l'ENSEIGNEMENT DE L'ARCHITECTURE, ainsi que l'architecture de la Renaissance, l'architecture moderne et l'architecture canadienne. Il planifie la conception du campus de l'UNIVERSITÉ LAURENTIENNE et celle du Collège Glendon, en Ontario. Howarth collectionne également les œuvres d'autres architectes et designers modernes, notamment celles de Frank Lloyd Wright et Charles Eames.

En février 1994, faute d'avoir trouvé un acheteur canadien, 144 objets de la collection de Howarth sont vendus aux enchères chez Christie's à Londres, lui rapportant 2 270 000 £. Un secrétaire en faux ébène incrusté de nacre, datant de 1904, est adjugé à 793 500 £, somme qui constitue à l'époque le prix d'adjudication le plus élevé jamais enregistré pour du mobilier du XXe siècle.

Pour rendre hommage à Mackintosh, Howarth fait par la suite de généreux dons philanthropiques à des organismes canadiens et britanniques. En 1998, une dotation de 80 000 £ permet à la Mackintosh Society de Glasgow, en Écosse, de faire l'acquisition de l'une des œuvres de Mackintosh, soit la Queen's Cross Church (1896-1899), où elle établit son bureau principal.

Vers la fin de sa vie, Howarth fait don d'une partie de sa collection et de sommes d'argent à des collections publiques au Canada et en Écosse, notamment au MUSÉE ROYAL DE L'ONTARIO, à l'Université de Glasgow et à la Mackintosh Society. Cet élan de générosité est récompensé par des honneurs, comme le prestigieux Lord Provost Award de la ville de Glasgow, en reconnaissance des études qu'il a menées sur Mackintosh.

Grâce à un don fait à titre posthume, la bourse Howarth-Wright de l'Université de Toronto permet à des étudiants de faire leurs études à Taliesen West, le studio de Frank Lloyd Wright en Arizona.

En 2001, une exposition est organisée à la Hunterian Art Gallery de Glasgow, pour commémorer les dons de Howarth (aquarelles, dessins, art décoratif et matériel d'archives lié à Mackintosh) à l'Université de Glasgow.


Lecture supplémentaire

  • Thomas Howarth, Charles Rennie Mackintosh and the Modern Movement, 1977; Thomas Howarth, "Charles Rennie Mackintosh (1868-1928): Architect and Designer," Royal Institute of British Architects Journal, November 1950, pp. 15-19