Clarke, Hugh (Archibald)

Hugh (Archibald) Clarke. Éducateur, compositeur, organiste, chef d'orchestre (Haut-Canada, auj. Ontario, 15 août 1839 - Philadelphie, 16 décembre 1927). D.Mus. h.c. (Pennsylvanie) 1886.

Clarke, Hugh (Archibald)

Hugh (Archibald) Clarke. Éducateur, compositeur, organiste, chef d'orchestre (Haut-Canada, auj. Ontario, 15 août 1839 - Philadelphie, 16 décembre 1927). D.Mus. h.c. (Pennsylvanie) 1886. Selon diverses sources, il serait né à Toronto, « près de Toronto » ou à Hamilton; le lieu de résidence de ses parents en 1839 demeure inconnu. Son père, James P., fut son principal professeur. Hugh Clarke fut élevé à Toronto et y fit ses débuts comme pianiste en 1854. Accompagné de sa fiancée, la chanteuse Jane Searle, il vint s'établir à Philadelphie (1859) à titre d'organiste et professeur. Ce que son père avait fait pour la vie musicale et l'enseignement au Canada, Hugh Clarke l'accomplit à son tour aux États-Unis. En 1875, il fut nommé prof. de musique à l'Université de Pennsylvanie, l'un des deux premiers postes du genre de ce pays (l'autre ayant été rempli la même année à Harvard par John Knowles Paine). Clarke demeura en Pennsylvanie pendant plus de 50 ans. En 1920, il devenait dir. de la nouvelle School of Fine Arts de cet État. Il fut l'un des premiers spécialistes de théorie musicale en Amérique du Nord. Parmi ses élèves figurent le compositeur William Wallace Gilchrist, le musicologue Otto Albrecht, et sa propre fille Helen Clarke (1860-1926), poétesse, compositrice et dir. du magazine Poet Lore. À l'université, Clarke fonda et dirigea l'Abt Male Chorus. La musique qu'il écrivit pour Les Acharniens d'Aristophane, qui lui mérita son D.Mus. h.c. et dont il publia lui-même la partition vocale en 1886, est considérée comme sa meilleure œuvre. Ses autres compositions importantes incluent la cantate The Music of the Spheres (publiée à compte d'auteur en 1880), l'oratorio Jerusalem (Presser 1890) et la musique de scène pour Iphigénie en Tauride d'Euripide (1903). Possiblement le premier compositeur de sonates né au Canada, il en a écrit deux pour violon et piano (inédites) et trois « faciles » pour piano (Boner 1874).


Lecture supplémentaire

  • Mahoney, John D. 'Dr. Hugh A. Clarke, musician,' General Magazine and Historical Chronicle, vol 48, Apr 1941