Inco Limitée

Inco Limitée est une société minière canadienne et le premier producteur mondial de nickel durant la plus grande partie du XXe siècle.

Métaux
Quelques-uns des métaux extraits pr\u00e8s de Thompson, au Manitoba (avec la permission de la ville de Thompson).

Inco Limitée est une société minière canadienne et le premier producteur mondial de nickel durant la plus grande partie du XXe siècle. En octobre 2006, la société minière brésilienne Vale achète Inco pour 19,4 milliards de dollars. La société est aujourd’hui une filiale à 100 % de Vale et a été rebaptisée Vale Canada Limitée. Elle a son siège social à Toronto et est responsable de la gestion des activités de Vale axées sur l’exploitation minière des métaux communs dans le monde entier.

Historique

Création d’Inco en 1902

Inco est née des mines de nickel de Sudbury, en Ontario. Ce site reste l’un des grands projets miniers de Vale à l’échelle mondiale. Les extraordinaires gisements de métaux communs présents sur ce site – qui résultent de la chute d’une météorite aux temps préhistoriques – sont découverts dans les années 1880 et sont extraits en petites quantités durant les années 1890. La Canadian Copper Company, qui travaille en partenariat avec la raffinerie de cuivre Orford, dans le New Jersey, s’octroie rapidement le monopole de l’exploitation des gisements minéraux de Sudbury. En 1902, avec l’aide financière du banquier américain J.P. Morgan et de Charles Schwab, de la société Carnegie Steel, la Canadian Copper Company et Orford fusionnent pour créer l’International Nickel Company, rebaptisée plus tard Inco.

Première Guerre mondiale : création de la filiale de Toronto

En 1916, alors que le Canada est déjà sérieusement engagé dans la Première Guerre mondiale (les États-Unis ne le sont pas encore), la société est accusée de vendre à l’Allemagne des métaux provenant du Canada. Le gouverneur général réagit en émettant un décret interdisant toute exportation de nickel en dehors de l’Empire britannique. Cette même année, Inco fonde une filiale canadienne basée à Toronto, l’International Nickel Company of Canada. La société ne pouvant plus exporter ses matériaux bruts au New Jersey pour les raffiner, elle ouvre une raffinerie à Port Colborne – une ville située sur les rives du lac Érié, environ 30 km au sud-ouest de Niagara Falls.

Phase d’expansion entre la Deuxième Guerre mondiale et le début du XXIe siècle

La société passe par une phase de restructuration en 1928. La filiale canadienne devient alors société mère à la suite d’un échange d’actions et elle fait l’acquisition de son principal concurrent, une firme britannique en activité dans le bassin de Sudbury connue sous le nom de Mond Nickel Company. Durant toute la Deuxième Guerre mondiale, les activités de la société s’étendent rapidement et elle produit à l’époque des centaines de milliers de tonnes de nickel et de cuivre.

En 1950, Inco contrôle déjà près de 90 % de la production mondiale de nickel en dehors des États communistes. Au cours des décennies qui suivent, la société conserve sa suprématie sur le marché du nickel ainsi qu’une importante part du marché du cuivre, des métaux précieux et du cobalt. Par l’intermédiaire de ses filiales – Inco Alloys International et Inco Engineered Products Limited –, Inco devient également le plus gros producteur mondial d’alliages de nickel corroyés et un des premiers fabricants de composants forgés spécialisés à base d’alliages.

Au Canada, la société étend ses activités minières en ouvrant des mines de nickel à Thompson, au Manitoba, en 1961, et dans la baie Voisey’s, au Labrador, en 2005. À partir des années 1960, la société intensifie agressivement sa présence à l’échelle internationale et lorsqu’elle est acquise par Vale en 2006, Inco gère des exploitations en Indonésie, au Royaume-Uni, en République de Corée, à Taïwan, au Japon et en Nouvelle-Calédonie (une île du Pacifique).

Conflits syndicaux

Les relations entre les syndicats et Inco (puis avec Vale Canada Limitée) sont parfois tendues. Entre 1958 et 2010, neuf débrayages surviennent dans les installations de la société à Sudbury et à Port Colborne. Le plus important de ces mouvements survient entre 1978 et 1979, lorsque les ouvriers affiliés à Métallurgistes unis d’Amérique font grève pendant 261 jours – la plus longue grève de l’histoire du Canada en termes de nombre d’heures de travail perdues (la grève de 2009-2010 durera plus longtemps, mais les effectifs d’Inco étant supérieurs en 1978-1979, la grève à cette époque se traduit par un nombre supérieur d’heures de travail perdues). Cette grève, qui survient après une importante série de licenciements, est un désastre pour les revenus et l’image d’Inco. De plus, le syndicat obtient des concessions importantes aux termes de l’entente finale, en particulier des retraites complètes pour les membres qui ont travaillé au moins trente ans.

La tension monte une nouvelle fois à Sudbury en avril 2009, lorsque la société annonce des licenciements temporaires touchant 4 000 travailleurs. En juillet, le syndicat appelle à une grève qui va durer une année complète, les négociations restant dans l’impasse. Le conflit prend un tour particulièrement amer lorsque Vale embauche des briseurs de grève (des « jaunes ») pour travailler à la place des travailleurs syndiqués.

Problèmes environnementaux

Les impacts environnementaux des activités d’Inco ont toujours dérangé, aussi bien les communautés que les gouvernements. Durant toute la période de l’après-guerre, les installations de la société à Sudbury émettent d’énormes quantités de dioxyde de soufre, un gaz responsable des pluies acides. Après d’âpres négociations avec le ministère de l’Environnement de l’Ontario, Inco accepte, au milieu des années 1980, d’investir près de 500 millions de dollars pour moderniser sa raffinerie et réduire ses émissions. Plusieurs problèmes environnementaux importants subsistent malgré tout, notamment des concentrations locales élevées de plomb, d’arsenic et de nickel (dans l’atmosphère pour ce dernier élément) qui pourraient contribuer aux taux élevés de cancers et de maladies respiratoires dans la région de Sudbury.


Terminologie // Inco Limitée

Monopole

Privilège dont dispose une société qui contrôle l’offre d’un produit ou d’un service, sans affronter la concurrence d’un ou plusieurs tiers.

Filiale

Une société qui appartient à une autre société (la « société mère »).

Société mère

Une société qui contrôle d’autres sociétés (ses filiales).

Action

Un titre de propriété sur une partie du capital d’une société.

Alliage

Un matériau constitué du mélange d’au moins deux métaux, ou d’un métal et d’un non-métal.

Liens externes