Jamie Kennedy

​Henry James (Jamie) Kennedy, CM, chef, restaurateur, porte-parole pour l’aliment de proximité (né en 1960 à Don Mills, ON).

Henry James (Jamie) Kennedy, CM, chef, restaurateur, porte-parole pour l’aliment de proximité (né en 1960 à Don Mills, ON). Le premier « chef vedette » au Canada, Jamie Kennedy popularise manger la cuisine des aliments de proximité, durables et de saison. Il est la porte-parole pour le mouvement des aliments de proximité.

Enfance

Élevé à Don Mills, Ontario, Kennedy a été attiré par la « théâtralité de la nourriture », par le service en restaurant et en regardant des chefs populaire à la télé comme le Galloping Gourmet et Julia Child.

À dix ans, la famille Kennedy déménageait à New Haven, Connecticut, et il commence un club culinaire à son lycée. Kennedy a pris le programme d’apprentissage de trois ans à George Brown College à Toronto en 1977, où il a été formé dans la cuisine au Windsor Arms Hotel. Ensuite, il est allé en Europe en apprendre les traditions culinaires comme cuisinière apprenti en Suisse pour deux ans. Il a apprenti à côté de chef et agriculteur d’origine Allemand, Michael Stadtländer, qui émigrait au Canada en 1980.

Le Retour au Canada

En 1980, Kennedy et Stadtländer ont été tirés vers le Canada quand ils étaient embauchés comme co-chefs à un nouveau restaurant Français à haute gamme, Scaramouche. Rapidement, les deux chefs ont mis Scaramouche sur la carte culinaire mondiale, en révolutionnant l’idée de la cuisine gastronomique canadienne. Avec un sens aigu pour les détails, les deux suivaient une pratique de « nouvelle cuisine » qu’ils ont apprise en Europe : leur approche iconoclaste à la cuisine Française classique, des plats dépouillés revenaient à l’essentiel.

Les chefs ont étés mécontents de la façon de fournier les aliments en Ontario, des agricultures industrielles au lieu des petits agricultures de proximité. Pendant leurs jours de congés, ils ont visité les terres agricoles d’Ontario, souvent en établissant des bonnes relations avec les agriculteurs de petites fermes.

Pratiques Locavore

Cinq ans après, quand Kennedy a quitté Scaramouche pour ouvrir son propre restaurant, Palmerston, il a commencé d’établir des relations avec des petits agriculteurs pour pourvoir fournir des ingrédients biologiques. En 1989, Stadtländer et lui ont lancé Knives and Forks, une alliance de chefs et d’agriculteurs biologique de proximité de promouvoir l’idée d’utiliser les ingrédients biologiques de proximité dans les haute cuisines d’Ontario.

En 1994, Kennedy a été recruté de diriger la salle à manger au Musée Royal de l’Ontario. Reconnu comme Jamie Kennedy at the ROM, l’établissement y compris un restaurant ouvert au public que pour dîner, avec un espace réservé pour les événements privés au soir; il est devenu rapidement le dîner incontestable à Toronto. En recherchant un espace d’évènement supplémentaire, Kennedy a ouvert JK Kitchens (son branche de restauration) à 9 Church Street en 2003, rajoutant un petit bar à vin à-côté. Kennedy a dit plus tard que son intention initiale, de lancer un branche de restauration non-interventionniste afin qu'il pourrait passer plus de temps à développer sa ferme à Prince Edward County, a été déjouée lorsque les petites plats et des vins par le verre sur le menu de JK Wine Bar a recueilli des critiques élogieuses.

Expansion

La nourriture en saison, de proximité biologique du chef a gélifié avec les convives torontoises, ce qui a persuadé Kennedy à étendre ses entreprises de restauration et de restaurant. En 2005, il ouvre Jamie Kennedy Restaurant pour servir des soupers plus élégants (il le ferme en 2007). L'année suivante, il a lancé Jamie Kennedy at the Gardiner, en prenant le restaurant et la restauration en charge dans le musée moderne consacré à la céramique. En 2007, il ouvre Gilead Café + Bistro à embourgeoisé Corktown, pour abriter les opérations de restauration.

L’exploitation de restaurants haut de gamme au milieu de la crise financière mondiale avait avérées difficile. D'autant plus, Kennedy tentait de suivre le rythme effréné de fonctionnement de tous ses restaurants tout en gardant un pied sur sa ferme à Prince Edward County (où le chef a vécu à partir de juillet 2007 à novembre 2008). À cause de son engagement dans le mouvement de la nourriture de proximité, et en partie à cause des prix plus élevés que ceci engage, en 2009 l'entreprise de Kennedy était proche de la faillite.

Contractant

Cette année-là, Kennedy a réduit l’échelle de ses opérations, avec la vente de son Wine Bar et la fermeture de son restaurant au Gardiner Museum (il fournit toujours le café du musée). Gilead Café a connu plusieurs changements depuis son ouverture : aujourd'hui il est un café pour brunch et le dîner et une cuisine pour les opérations JK Catering. En Décembre 2013, Kennedy a relancé son concept de Wine Bar là, (qu'il avait déjà essayé, mais le ferme en 2010). Le nouveau menu est raisonnable et sert la nourriture signature « locavore » de Kennedy - cultivés de proximité, souvent sur sa propre ferme à Price Edward County – qui est mariée avec une carte des vins exclusivement d’Ontario, y compris le vin fait en partenariat avec Rosehall Run Vineyards à Wellington, Ontario.

Kennedy lui-même dirige la cuisine de Gilead, en mettant son rêve de vivre sur sa ferme à Price Edward County en attente, au moins jusqu'à ce qu'il régler ses dettes. Les produits de la ferme du chef, Pleasant Valley, fournies quelques ingrédients utilisés dans ses cuisines; également, la ferme peut être loué comme un lieu d'événement privé.

Activisme

Kennedy a été l'un des premiers chefs au Canada de soutenir activement et de parler de la nécessité de soutenir les pratiques agricoles et de la pêche durable. Le porte-parole des mouvements Slow Food et des produits de proximité de l'Ontario, il contribue à mettre en valeur les deux concepts dans la pensée dominante. Il a donné de son temps et son nom aux organismes, y compris Endangered Fish Alliance, World Wildlife Foundation, Living Oceans Society et Seafood Watch.

Prix

Gold Award, Chef de l'année, l'Institut Hôtellerie Ontario, 2000.

Premier bénéficiaire (aux côtés de Michael Stadtländer) du Prix du Gouverneur général pour les arts de la table, 2010.


Liens externes