Jean Gascon

Jean Gascon, C.C., acteur et metteur en scène de théâtre et d’opéra (né le 21 décembre 1921 à Montréal, Québec; décédé le 20 avril 1988 à Stratford, Ontario). Membre fondateur du Théâtre du Nouveau Monde, il en est le premier directeur. Par sa nature passionnée et son grand charisme, il a beaucoup contribué au rayonnement du théâtre québécois.

Formation et début de carrière

Issu d’une famille de 14 enfants, Jean Gascon fait ses études classiques au Collège Sainte-Marie, à Montréal. C’est là qu’il monte pour la première fois sur les planches avec les Compagnons de Saint-Laurent, une troupe de théâtre amateur que dirige le père Émile Legault, de la Congrégation de Sainte-Croix. En 1942, il joue aux côtés de Jean-Louis Roux dans la pièce L’Échange de Paul Claudel mise en scène par Ludmilla Pitoëff. Gascon et Roux étudient alors en médecine à l’Université de Montréal tout en continuant à jouer avec les Compagnons. En 1946, Ludmilla Pitoëff leur propose à nouveau des rôles dans ses pièces Phèdre et Le pain dur. Les encouragements de Pitoëff, mais surtout la fin de la Deuxième Guerre mondiale, incitent les deux jeunes hommes à se rendre en France afin de suivre des cours professionnels en théâtre.

Grâce à une bourse du gouvernement français, Gascon apprend l’art dramatique aux côtés de Jean-Louis Roux à l’École du Vieux-Colombier, à Paris, sous la direction du professeur Julien Bertheau. Dans le cadre de ce séjour, il part en tournée avec la compagnie de Ludmilla Pitoëff, joue pendant une saison au Centre dramatique de Rennes et se produit avec la compagnie parisienne Grenier-Hussenot.

Création du Théâtre du Nouveau Monde

En 1950, Jean Gascon et Jean-Louis Roux reviennent à Montréal avec l’envie de former une compagnie théâtrale et de créer un lieu rassembleur pour les artistes québécois. C’est ainsi que Gascon et Roux, en compagnie d’autres gens de théâtre comme Éloi de Grandmont, Guy Hoffmann, Georges Groulx et Robert Gadouas, fondent en 1951 le Théâtre du Nouveau Monde (TNM). Ils sont appuyés par André Gascon, frère de Jean et gestionnaire et Mark Drouin, qui devient le premier président du conseil d’administration. Jean Gascon se donne pour mission d’animer la nouvelle institution à titre de directeur artistique, une fonction qu’il occupera jusqu’en 1966. La troupe du TNM se produit d’abord sur la scène du Gesù et celle de l’Orpheum, de même qu’au Théâtre Port-Royal de la Place des Arts (aujourd’hui occupé par le Théâtre Jean-Duceppe). Ce n’est qu’en 1972 que la compagnie, alors dirigée par Jean-Louis Roux, s’implante sur la rue Sainte-Catherine, dans un bâtiment riche en histoire conçu en 1912 par la firme d’architectes Ross & MacFarlane (voir Ross & Macdonald).

Rôles et mises en scène

Le grand classique L’avare de Molière est la première pièce présentée par le TNM le 9 octobre 1951. La mise en scène est orchestrée par Jean Gascon, qui y tient aussi le rôle d’Harpagon. Rapidement, le TNM se démarque et s’impose comme référence en théâtre canadien-français.

L’École du TNM est créée au début de 1952; elle sera remplacée en 1960 par l’École nationale de théâtre du Canada, que dirige Jean Gascon de 1960 à 1963. Jusqu’en 1966, il dirige également la compagnie tout en continuant à jouer des rôles importants dans plusieurs pièces telles Don Juan et Richard II. En parallèle, il se distingue par sa mise en scène des pièces Tartuffe et Venise sauvée ainsi que de L’Opéra de quat’sous et de l’œuvre musicale Klondyke. Sous sa direction, le TNM participe à plusieurs festivals et, en 1958, effectue une tournée en Europe, aux États-Unis et au Canada.

Au cours des années 1950 et 1960, Gascon met aussi en scène plusieurs opéras pour la télévision. C’est ainsi, notamment, que Oedipus Rex, Une mesure de silence, Le Jeu de Daniel, La Vie parisienne et Gianni Schicchi sont présentés sur les ondes de la Société Radio-Canada (SRC) dans le cadre des émissions musicales « L’Heure du concert » et « Concerts pour la jeunesse ».

Ayant joué en 1956 dans la pièce Henry V présentée au Festival de Stratford, en Ontario, il y retourne pour mettre en scène Othello (1959), The Comedy of Errors (1963), The Marriage of Figaro (1964-1965), The Rise and Fall of the City of Mahagonny (1965), Don Giovanni (1966) et Così fan tutte (1967). En 1968, il succède à Michael Langham au poste de directeur artistique du Festival, qu’il occupe jusqu’en 1974. En 1977, il quitte Stratford et devient directeur du théâtre françaisdu Centre national des arts (CNA), à Ottawa, jusqu’en 1983. Par la suite, il met en scène les opéras Le Barbier de Séville (1986) et Tosca (1987) pour l’Opéra de Montréal. De retour à Stratford en 1988 pour y mettre en scène la comédie musicale My Fair Lady, il y meurt subitement d’un arrêt cardiaque, à l’âge de 67 ans.

Prix et distinctions

Jean Gascon a reçu le tout premier prix Victor-Morin de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal en 1962 ainsi que le prix Molson du Conseil des arts du Canada et du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada en 1965. Membre du comité consultatif pour les arts d’interprétation à l’Expo 67, il est nommé officier de l’Ordre du Canada en 1967, puis élevé au rang de compagnon en 1975. En 1985, le gouvernement du Québec lui décerne le prix Denise-Pelletier pour les arts de la scène (voir Prix du Québec). Enfin, en 1989, la Place des Arts de Montréal lui rend hommage en donnant son nom au grand foyer attenant au Théâtre Maisonneuve.

Chaque année, le Prix Gascon-Thomas (en l’honneur de Jean Gascon et de l’acteur britannique Powys Thomas) est décerné par l’École nationale de théâtre du Canada à de jeunes artistes ayant contribué à l’épanouissement du théâtre canadien.


Liens externes