Musique aux Jeux olympiques

Jeux olympiques. Compétitions sportives organisées à l'origine en Grèce pour célébrer l'olympiade (aux quatre ans), et remises à l'honneur à Athènes en 1896. L'organisation des Jeux olympiques modernes relève du Comité international olympique (CIO).

Jeux olympiques

Jeux olympiques. Compétitions sportives organisées à l'origine en Grèce pour célébrer l'olympiade (aux quatre ans), et remises à l'honneur à Athènes en 1896. L'organisation des Jeux olympiques modernes relève du Comité international olympique (CIO). Des Jeux olympiques d'hiver ont eu lieu séparément la même année que les jeux d'été (1924-92). Les Jeux doivent toujours comporter, en marge des événements sportifs, des expositions et des manifestations artistiques; les festivals qui, en date de 1991, ont salué la tenue des Jeux au Canada ont fait honneur à cette tradition.

Jeux olympiques d'été, Montréal, 1976

Les Jeux de la XXIe Olympiade eurent lieu à Montréal du 17 au 31 juillet 1976 et furent l'occasion d'une gigantestque fête culturelle, du mois de juin à la fin de juillet. Au programme, une panoplée de spectacles (souvent gratuits) mettant en vedette des orchestres, des ensembles de chambre, des troupes de danse, de théâtre, d'opéra et de spectacles pour enfants, des groupes de musique populaire, des mimes et des magiciens; des expositions de peinture et autres arts plastique, d'artisanat et de sculpture (notamment par Artisanage, Corridart et Mosaïcart); et deux festivals du film. Pour la première fois, le CIO autorisait pour les Jeux d'été la présentation d'un programme culturel à contenu exclusivement national, donc auquel ne participeraient que des artistes canadiens, majoritairement des Québécois. Avec un budget original de 8 000 000 $, le soutien financier de l'Office des tournées du CAC, des provinces (dont 3 500 000 $ du gouvernement du Québec pour les organismes locaux) et du Comité organisateur des Jeux olympiques (COJO), le festival, placé sous la direction générale d'Yvon DesRochers, fut tout de suite le théâtre de querelles de contrats qui entraînèrent le retrait de beaucoup de participants.

La musique des cérémonies d'ouverture (célébrées en présence de la reine Elizabeth II) et celle des cérémonies de clôture fut composée par Vic Vogel à partir de thèmes d'André Mathieu, et enregistrée sur étiquette Polydor (2424-124). Walter E. Kunstler monta une exposition documentaire graphique et photographique, Music and the Olympic Games, portant sur les oeuvres musicales inspirées au fil des ans par le thème olympique. Cette recherche fut ensuite illustrée par une série de trois concerts de l'Orchestre de chambre McGill où figuraient des oeuvres de Sacchini (une version concert de l'opéra L'Olympiade ou le triomphe de l'amitié), Homer et Fauré (chacun ayant composé un Hymne à Apollon), Vivaldi, Pergolesi et Leo (tous trois ayant composé une Sinfonia olimpiade), des extraits de L'Olympiade de J.C. Bach et d'une oeuvre du même nom de Pergolesi, le finale de la IXe Symphonie de Beethoven avec Clarice Carson, Gabrielle Lavigne, Jon Vickers, Joseph Rouleau, les Disciples de Massenet et le choeur de l'OSM, Royal Tribute de Brott, L'Escaouette de Matton et la Cantate pour une joie de Mercure. La première chanson thème des Jeux, « Bienvenue à Montréal », enregistrée par René Simard (45t. Nobel NL-5713 pour la version française, Nobel NL-5714 pour la version anglaise), fut boycottée et un nouveau concours fut lancé sous la direction de Stéphane Venne. La chanson gagnante, « Je t'aime », de Christian Saint-Roch et Jean Robitaille, fut gravée par Estelle Sainte-Croix (45t. Solo SO-11401).

Les manifestations furent présentées dans plusieurs lieux de spectacle de Montréal, dont la PDA, l'Expo-Théâtre à la Cité du Havre, la Place des Nations (un ancien site de l'Expo 67), le théâtre St-Denis, le théâtre Centaur et le Centre Saidye Bronfman; il y en eut d'autres à Ottawa, Sherbrooke, Kingston et Québec. Y furent applaudis l'OSM, l'Orchestre philharmonique de Hamilton, l'Orchestre symphonique de Québec, l'OMJM, le Quatuor à cordes Orford, le Canadian Brass, l'Opéra du Québec, le Choeur Mendelssohn de Toronto, le Festival du printemps de Guelph (avec une représentation de The Beggar's Opera), les Petits chanteurs du Mont-Royal, la Huggett Family, la SMCQ, Camerata, Bouchard et Morisset, Claude Savard, William Tritt, Marek Jablonski, Sol, Gino Vanelli, les Irish Rovers, les Mimes électriques, Phil Nimmons, Moe Koffman, Maynard Ferguson, Blood, Sweat & Tears, le Quintette Paul Horn avec Sonny Greenwich, et Cogne-fou.

Jeux olympiques d'hiver, Calgary, 1988

Les Jeux de Calgary furent précédés du Festival olympique des arts où, pendant cinq semaines (du 23 janvier au 28 février 1988), se succédèrent une multitude de spectacles et d'expositions. Au programme : orchestres, troupes de danse, chorales, ensembles de chambre, groupes rock, percussionnistes, compagnies de théâtre et d'opéra, comédiens et jongleurs, films, littérature, poésie, photographie, arts visuels, architecture, technologie des arts, culture autochtone, sans compter des manifestations spéciales comme les sculptures de neige. Le comité d'organisation du festival était présidé par Ron Ghitter et dirigé par Michael Tabbitt. Le programme des fêtes mettait à l'honneur les artistes canadiens et locaux mais faisait également place aux artistes étrangers, comme le Quatuor à cordes Juilliard, le ballet Joffrey, La Tragédie de Carmen, production Peter Brooks, les Flying Karamazov Brothers et le choeur de chambre Mikali de Suède. À 10 000 000 $, le budget des fêtes (financé à 70 p. cent par le gouvernement fédéral) était le plus important jamais consenti pour des Jeux olympiques d'hiver. Le festival devait « constituer, pour le monde entier, une vitrine sur le talent canadien égale en splendeur au spectacle des compétitions sportives » (Otto Jelinek, ministre fédéral des Sports, Toronto Star, 28 décembre 1987). Les manifestations, retransmises en majorité à la radio de la SRC et en grand nombre sur les écrans de la télévision mondiale, se déroulèrent à l'Olympic Saddledome, à l'Alberta Jubilee Auditorium, au Calgary Centre for the Performing Arts (EPCOR Centre for the Performing Arts) et à l'ÉBA Banff (CA Banff). Certaines furent présentées en tournée nationale avant ou après les Jeux. La chanson thème officielle, « Come Together in Calgary », enregistrée d'abord en 1981, puis en 1988, fut intégrée à la trame sonore du film Calgary 88 : Soon the Glory Begins. Sur le micr. intitulé Dream on the Horizon : A Tribute to the Olympic Spirit, réalisé par Keith Elshaw (Chartwell WSC-331), on peut entendre Rik Emmet de Triumph, Liona Boyd ainsi qu'Alex Lifeson de Rush.

Au gala d'ouverture tenu au Saddledome le 23 janvier, on put applaudir un grand choeur olympique de 700 voix accompagné par l'Orchestre philharmonique de Calgary placé sous la direction de Mario Bernardi, l'imitateur André-Philippe Gagnon, Anne Murray, Loverboy, le champion de patinage artistique Toller Cranston et le Canadian Brass. Trois oeuvres furent commandées pour cette occasion : Olympic Jazz Suite pour piano et orchestre, composée et exécutée par Oscar Peterson; le thème Winter Games du pianiste David Foster; et Olympic Fanfare, pour cuivres, de Howard Cable. Le dernier mouvement de The Hour Has Come de Srul Irving Glick fut également joué. Le gala fit l'objet d'une émission spéciale de 90 minutes, animée par un personnage créé sur ordinateur, Max Headroom (le comédien Matt Frewer), à la télévision de la SRC. Un deuxième concert de gala, mettant en vedette la chanteuse albertaine k.d. lang, eut lieu le 12 février, avant le début des épreuves sportives. Le programme du festival comportait également un concert choral dirigé par Elmer Iseler, le Requiem de Verdi, une production par le Calgary Opera de Porgy and Bess de Gershwin, la Symphonie no 2« Résurrection » de Mahler, l'Olympic Jazz Band, l'organiste Carlo Curley, Corey et Katia Cerovsek, les chanteurs Hei-Kyung Hong, Ian Tyson, Nancy White, John Allen Cameron et Michel Lemieux, le Calgary Youth Orchestra, l'Orchestre symphonique d'Edmonton, le Manitoba Chamber Orchestra, l'OCNA, le TS, les quatuors à cordes Colorado et Franciscan, le Toronto Children's Chorus et World Drums. L'Esprit Orchestra et la SMCQ donnèrent un concert réunissant des oeuvres commandées à Walter Boudreau, John Burke, Alan Bell, Alex Pauk et John Rea.


Lecture supplémentaire

  • Lanken, Dane. 'Maestro performed Olympian task in assembling Games concert music,' Montreal Gazette, 9 Jul 1976

    Cosgrove, Gillian. 'The Olympic-size problem of keeping body and soul together,' Maclean's, 28 Jun 1976

    McLean, Eric. 'In Greek tradition,' Montreal Star, 10 Jul 1976

    Scheede, Karl H. 'Dr Walter Künstler: Chef-Chirurg mit Liebe zur Musik,' Montreal Courier, 29 Jul 1976

    Stokes, Jane. 'A taste of the arts Olympic style,' Toronto Sunday Sun, 10 Jan 1988

    Godfrey, Stephen. 'Larger, louder, longer,' Toronto Globe and Mail, 23 Jan 1988

    Brooks, Brian. 'Canada's art celebrated,' Calgary Herald, Olympic Festival supplement, 23 Jan 1988

    Muretich, James. 'Opening gala,' Calgary Herald, 24 Jan 1988

    Godfrey, Stephen. 'A show with Olympian appeal,' Toronto Globe and Mail, 25 Jan 1988

    Young, Pamela. 'The artists of winter,' Maclean's, 22 Feb 1988