Candy, John

Bientôt suivent des rôles dans des films majeurs, où un Candy bien en chair joue souvent des rôles de pauvre type sympathique ou de raté au coeur d'or, comme dans Splash (1984, v.f Splash). Il interprète des seconds rôles dans Spaceballs (1987; v.f.

Candy, John
Candy fait ses d\u00e9buts sur sc\u00e8ne et dans des messages publicitaires et des films \u00e0 petit budget tourn\u00e9s \u00e0 Toronto. Il d\u00e9m\u00e9nage ensuite \u00e0 Chicago et se joint \u00e0 la Second City.

Candy, John

John Candy, acteur (Toronto, Ont., 31 oct. 1950 -- Durango, Mexique, 4 mars 1994). Acteur de cinéma talentueux, Candy fait ses débuts sur scène, ainsi que dans des films publicitaires et dans des films canadiens à petit budget, à Toronto. En 1972, il déménage à Chicago où il est membre de la compagnie d'improvisation Second City. Peu après, il revient au Canada pour devenir membre permanent de la compagnie Second City de Toronto. Il est ensuite l'un des personnages principaux de l'émission de télévision SCTV tirée du spectacle de Second City. Il y crée et y incarne régulièrement des personnages comme Johnny LaRue, le docteur Tongue et, avec son partenaire Eugene Levy, l'un des frères Schmenge avec leurs accordéons.

Bientôt suivent des rôles dans des films majeurs, où un Candy bien en chair joue souvent des rôles de pauvre type sympathique ou de raté au coeur d'or, comme dans Splash (1984, v.f Splash). Il interprète des seconds rôles dans Spaceballs (1987; v.f. La Folle histoire de l'espace), Planes, Trains and Automobiles (1987; v.f. Voyage tous risques) et Home Alone (1990; v.f. Maman, j'ai raté l'avion). Sa popularité croissante lui vaut des premiers rôles dans Uncle Buck (1989; v.f. L'Oncle Buck), Only the Lonely (1991; v.f. Ma blonde, ma mère et moi) et Cool Runnings (1993; v.f. Les Apprentis champions). Bien que résidant à Los Angeles, Candy reste profondément attaché au Canada. En 1991, il fait l'acquisition de l'équipe de football des Argonauts de Toronto, avec comme partenaires Wayne Gretzky et Bruce McNall. En 1992, Candy refuse d'animer la soirée de la remise des prix Génie parce que la Société Radio-Canada s'est permis des plaisanteries douteuses sur sa corpulence pour faire la publicité de l'émission. Il meurt d'une crise cardiaque durant le tournage d'un film au Mexique, en 1994.