McLoughlin, John

Le gouverneur George SIMPSON visite en 1824-1825 le district de Columbia, qui lui cause des soucis, et en confie la direction à McLoughlin, qui en sera le surintendant pendant une vingtaine d'années.


McLoughlin, John

 John McLoughlin, traiteur de pelleteries, médecin et marchand (près de Rivière-du-Loup, Qc, 19 oct. 1784 -- Oregon City, Ore., 3 sept. 1857). Il étudie la médecine, mais se joint en 1803 à la COMPAGNIE DU NORD-OUEST (CNO), dont il devient associé en 1814. Très préoccupé par la rivalité qui oppose la CNO et la COMPAGNIE DE LA BAIE D'HUDSON (CBH), il tente de parvenir à une entente. Quand les deux compagnies fusionnent en 1821, à l'instigation d'autres personnes que lui, il devient un élément important de la CBH.

Le gouverneur George SIMPSON visite en 1824-1825 le district de Columbia, qui lui cause des soucis, et en confie la direction à McLoughlin, qui en sera le surintendant pendant une vingtaine d'années. Vers la fin de cette période, McLoughlin et Simpson sont en désaccord sur la manière de repousser les navires marchands américains de la côte et sur la politique à suivre envers les immigrants américains en Oregon.

McLoughlin privilégie la construction d'une ligne de forts le long de la côte, alors que Simpson préconise l'utilisation de navires et veut traiter les immigrants sans ménagements; McLoughlin, homme généreux qui fait face aux problèmes sur place, traite ceux-ci avec bienveillance, comprenant que les Américains s'empareront inévitablement de la région. Les positions des deux hommes deviennent inconciliables après le meurtre du fils de McLoughlin, à Fort Stikine (1842). À la suite d'une longue querelle, McLoughlin prend sa retraite en 1846 et passe le reste de ses jours à Oregon City. Il possède des minoteries et des scieries et exporte du bois d'oeuvre ainsi que d'autres marchandises. On le considère depuis longtemps comme le « père de l'Oregon » .