Johnston, Richard

(Albert) Richard Johnston. Professeur, administrateur, compositeur, éditeur, critique, naturalisé canadien 1957 (Chicago, 7 mai 1917 - Calgary, 16 août 1997). B. Mus. (Northwestern) 1942, M. Mus. (ESM, Rochester) 1945, Ph. D. (ibid.) 1951. Sa première professeure est Ruth Crazier-Curtis.

Johnston, Richard

(Albert) Richard Johnston. Professeur, administrateur, compositeur, éditeur, critique, naturalisé canadien 1957 (Chicago, 7 mai 1917 - Calgary, 16 août 1997). B. Mus. (Northwestern) 1942, M. Mus. (ESM, Rochester) 1945, Ph. D. (ibid.) 1951. Sa première professeure est Ruth Crazier-Curtis. Il étudie à l'Augustana College à Rock Island, Ill. (1934-1935), à l'Université Northwestern (1942), à l'ESM (1944-1947) et avec Nadia Boulanger à Madison, Wisc. (1943, 1944). Avec cette dernière, il crée la Sonate pour deux pianos de Stravinsky (1944). Professeur de matières théoriques à l'Université de Toronto (dont il dirige aussi le chœur pendant un moment) de 1947 à 1968, il enseigne notamment à R. Murray Schafer. Johnson est aussi compositeur, arrangeur, chef d'orchestre et commentateur à la SRC, notamment dans la série « CBC Wednesday Night », pour l'émission Vienna, the Glorious Age (1951), et dans la série radiophonique Folk Music, A Living Canadian Art (1958). Il dirige également le chœur dans la première canadienne de Peter Grimes, de Britten. Avec Edith Fowke, il choisit, arrange et révise les chansons des recueils Folk Songs of Canada (Waterloo 1954), Folk Songs of Quebec (Waterloo 1957), Chansons canadiennes-françaises (Waterloo 1964) et More Folk Songs of Canada (Waterloo 1967). Johnston supervise en outre les enregistrements de Folk Songs of Canada, celui de Joyce Sullivan et Glenn Gardiner (RCI 165) et celui de Charles Jordan et Joyce Sullivan (Waterloo CS-3). Son arrangement de « J'ai cueilli la belle rose » est enregistré par l'Ensemble vocal Katimavik (SNE 502). En 1957, sous les auspices du Musée national d'histoire naturelle (Musée canadien des civilisations) et du Saskatchewan Arts Board, il fait œuvre de pionnier en recueillant les chants folkloriques (plus de 200) et la musique traditionnelle des Métis de la Saskatchewan.

Johnston est membre-fondateur de la SCMF (la Société canadienne pour les traditions musicales) en 1956 et de l'Association canadienne des éducateurs de musique en 1959, et président de l'Ontario Music Educators' Association (1958-1959). Il entreprend des études poussées en éducation musicale lors d'un séjour en Europe de l'Est et, en 1965, il rencontre Zoltan Kodály, en Hongrie, avec qui il travaille. À titre de directeur de l'école d'été du Royal Conservatory of Music of Toronto (voir Conservatoire royal de musique) de 1962 à 1968, Johnston donne son appui aux cours utilisant les méthodes pédagogiques Orff et Kodály et organise les conférences CAPAC-MacMillan. Doyen de la faculté des beaux-arts (1968-1973) et professeur de musique (1973-1982) à l'Université de Calgary, il est aussi membre-fondateur et président (1971-1973) de l'Alberta Music Conference. Il crée les archives des compositeurs à l'Université de Calgary et s'emploie à favoriser leur accroissement constant par la suite. Il est directeur de la série de manuels scolaires Songs for Today (9 vol., Waterloo 1954-1970), de la collection pour piano du Western Board of MusicHorizons (Waterloo 1973), de Folk Songs North America Sings (Caveat 1984) et de la série en trois volumes de la Société Kodály du Canada Kodály and Education (Avondale 1986). L'un des vice-président (1971-1974) du Conseil canadien de la musique, il est aussi membre de son comité des publications en 1977. La même année, il devient le premier président de l'Association des Compositeurs de l'Alberta.

La Symphonie no 1 (1950) de Johnston, œuvre pleine d'exubérance, est interprétée au Canada, aux États-Unis et en Angleterre, tandis que Portraits : Variations for Orchestra est commandée et exécutée (1973) par l'Orchestre philharmonique de Calgary. Au nombre de ses autres commandes figurent celles reçues de One Third Ninth (Trio), de l'Université de la Caroline du Nord à l'intention de l'International Double Reed Society (Sextette), de la SRC à l'intention de Lois Marshall (The Irish Book, peut-être son œuvre la plus connue), d'Alan Reesor (Missa brevis) et de la SRC (Folk Love Canadian Style et Answer Back). Son style se distingue par la présence d'éléments romantiques que viennent tempérer une certaine austérité résultant d'un usage contrôlé des techniques de composition du XXe siècle. Le site du Centre de musique canadienne (2001) cite Johnston quant à son style: « En tant que compositeur, je suis un romantique incorrigible... J'insiste sur le fait que l'idée doit toujours rester maîtresse de la technique. Et, pour moi, la musique non liée à la ligne ou à l'exploration de la ligne est de moindre importance... L'autre élément principal dans ma musique est la forme; et même si des éléments des formes classiques se retrouvent dans presque tout ce que j'écris, je substitue rarement la formule à l'aspect organique. La forme est pour moi une question de croissance contrôlée des idées. »

Johnston est compositeur agréé du Centre de musique canadienne . En 1980, il contribue à l'implantation de sa succursale de Calgary. Le 16 octobre 1987, à l'occasion de son 70e anniversaire de naissance, l'Université de Calgary donne en son honneur un concert mettant au programme uniquement des œuvres de sa composition. En 1985, l'université le nomme professeur émérite. Un concert en l'honneur de son 75e anniversaire a lieu en mai 1992. En février 1997, il devient membre de l'Ordre du Canada. Après sa retraite, il continue à s'impliquer au sein de la SCMF, d'autres comités et du CMC et à composer. Il donne son dernier discours au programme d'été Kodály (1997), à l'Université de Calgary. Nombre de ses papiers, de ses manuscrits et de ses transcriptions sont conservés par l'Université de Calgary dans sa Collection d'archives de musique canadienne Richard-Johnston, qui porte son nom en l'honneur de son rôle dans les développements de cette collection. Des transcriptions et des enregistrements sur le terrain intégraux sont tenus par le Musée canadien des civilisations.

Johnston est marié à Yvonne Guiguet, qui est morte avant lui, en 1988.

COMPOSITIONS (Sélection)

Suite : 1946; bn, p (orch, 1946); Mel SMLP-4032 (Weait).

Symphonie no 1 : 1950; orch; ms.

3 Suites pour piano : 1965 (nos 1 et 2), 1988 (no 3); BMIC 1965 (no 1), Ber 1969 (no 2); (no 1) CCM 1 (Cavalho).

The Irish Book (S. O'Sullivan, A. O'Shaughnessy) : 1971, v élevée, p; Wat 1971.

Portraits : Variations for Orchestra : 1972; orch; ms.

Answer Back (arr de chansons folkloriques) : 1973; bar, sop, p; ms.

Folk Love Canadian Style (arr de chansons folkloriques) : 1973, v moy, p; ms.

Trio : 1978; vn, vc, p; ms.

5 Duo Concerti : 1979-89; vn et p (no 1), bn et p (no 2), fl (picc) et p (no 3), tpt et p (no 4), sax et p (no 5); mss.

Poème : 1981; orch; ms.

Missa brevis : 1984; org; ms.

Sextette : 1988; quin bs, p; ms.

Nombreuses autres œuvres, dont certaines inscrites dans Compositeurs canadiens contemporains.

Écrits

« New records : Hallmark », CMJ, I (print. 1957).

« Opera and the Canadian Indian », Opera In Canada (15 févr. 1962).

« Canadian String Quartet », Music Across Canada (févr. 1963).

« Zoltan Kodály : a true citizen of the world », PfAC, V (print. 1967).

« Music education today in Ontario », Music Education and the Canadians of Tomorrow, rapport du Conseil CM (Montréal 1968).

« Tribute to Sir Ernest MacMillan », CaCM, 7 (aut.-hiv. 1973).

« Towards a definition of folk music in a polyglot society », « Tribute to Helen Creighton », CaCM, 9 (aut.-hiv. 1974).

« CBC broadcast to the Applebaum Committee » et « President's message », Composers West, IV, no 1 (mars 1981).

« The CMC - the first 25 years », Prairie Sounds, III, no 1 (hiv. 1984).

Kodály and education III : Zoltan Kodály in North America, Johnston dir. (Willowdale, Ont., 1986).

« Kodály in Canada - A review », Kodály Society of Canada, XII, no 2-XIII, no 1 (1987).

« In the Beginning », Alla Breve, XIIX, no 1 (oct. 1993).

Bibliographie

« Folk Songs of Canada », CBC Times (30 mai- 5 juin 1954).

« The Spotlight », Recorder, I (mars 1959).

Luella Du WORS, « Richard Johnston : la composition permet de se révéler à soi-même », ScM, 271 (mai-juin 1973).

SDE Canada ltée, « Richard Johnston », dépliant (1979).

« Kodály pioneer receives Order of Canada », Alla Breve, XXI, no 2 (juin 1997).

« And that's how it began... : Richard Johnston », Canadian Folk Music Bulletin, XXXI, nos 3-4 (sept.-déc. 1997).


Lecture supplémentaire

  • 'Folk songs of Canada,' CBC Times, 30 May-5 Jun 1954

    'The spotlight,' Recorder, vol 1, Mar 1959

    Du Wors, Luella. 'Inner self exposed through composing: Richard Johnston,' MSc, 271, May-Jun 1973

    PRO Canada Ltd. 'Richard Johnston,' pamphlet, 1979

    'Kodály pioneer receives Order of Canada,' Alla Breve, vol 21 no 2, June 1997

    'And that's how it began ... : Richard Johnston,' Canadian Folk Music Bulletin, vol 31 no 3/4, Sept-Dec 1997