Jonquière

Colonisation Axe industriel de la région, son histoire est intimement liée à celle des grandes entreprises, particulièrement la Price Company Ltd (maintenant Abitibi-Price Inc.) et Alcan.

Saguenay, rivière (près de Jonquière)
La légendaire rivière Saguenay près de Jonquière, au Québec (photo de J.A. Kraulis).
Pont en aluminium
Le premier pont en aluminium au monde, près de Jonquière (Québec) (photo par J.A. Kraulis).
Jonquière

Jonquière

Jonquière, ville du Qc; pop. 54 842 (recens. 2001), 56 503 (recens. 1996), 57 933 (recens. 1991); superf. 216,04 km2; const. en 1975. Elle est située au confluent de la Rivière Saguenay et de la rivière aux Sables, à 10 km à l'ouest de Chicoutimi et à 221 km au nord de Québec. Métropole régionale du Saguenay - Lac-Saint-Jean, la ville actuelle comprend les municipalités fusionnées de Jonquière, Arvida, Kénogami et la paroisse de Jonquière. Son nom lui vient de J. P. de Tafanel, marquis de La Jonquière, gouverneur de la Nouvelle-France (1749-1752).

Colonisation
Axe industriel de la région, son histoire est intimement liée à celle des grandes entreprises, particulièrement la Price Company Ltd (maintenant Abitibi-Price Inc.) et Alcan. Paroisse agricole fondée en 1847, Jonquière commence à se développer à partir de 1900 lorsqu'un groupe de citoyens construit une usine de pâte sur la rivière aux Sables.

Mise en valeur
William Price achète bientôt cette usine pour la transformer en une usine de papier. En 1911, l'entreprise construit une plus grande usine de papier près de la ville qui prend le nom de Kénogami, tout comme la ville construite pour abriter ses employés. Dès 1912, Jonquière est le plus grand producteur de papier journal au Canada.

En 1925, l'Aluminum Company of America (Alcoa, qui deviendra Alcan) construit l'aluminerie qui donne naissance à Arvida, sur le plateau qui se trouve entre Jonquière et Chicoutimi. Arvida (des initiales d'Arthur Vining Davis, alors président d'Alcoa) constitue un bel exemple d'une ville fermée, légalement constituée. Sa charte de 1926 contient de nombreuses dérogations à la Loi sur les cités et villes du Québec. La compagnie gère tous les aspects de la vie quotidienne, de l'aménagement urbain à l'éducation (conseils scolaires), sans oublier les sports et la santé.

En plus des usines, Alcan construit une centrale hydroélectrique pour son aluminerie sur le Saguenay près de Jonquière, qui est parachevée en 1931. Durant la Deuxième Guerre mondiale, Alcan accroît sa capacité de production à Arvida et construit une deuxième centrale à Shipshaw. À l'époque, le complexe d'Arvida est le centre de production d'aluminium le plus important du monde occidental.

Économie
Essentiellement industrielle, Jonquière se modifie dans les années 60 lorsque les services commencent à se développer. Outre les services commerciaux et professionnels, la ville abrite depuis 1975 les bureaux régionaux de plusieurs ministères provinciaux.

Vie culturelle
Le collège de Jonquière, établi en 1967, fait partie du réseau des CEGEPs et se spécialise dans les communications par médias, la technologie et le français, langue seconde.

Le Centre culturel du Mont-Jacob est le principal établissement culturel. En plus de présenter différentes activités culturelles, il abrite le théâtre d'été et le centre d'exposition national. Une église anglicane (1912) accueille le Musée William-Price. La ville est aussi l'hôte de deux festivals importants, La Semaine Mondiale de la Marionnette et le Carnaval d'hiver.

Jonquière a été victime de la terrible inondation de juillet 1996, mais n'a pas été touchée aussi gravement que d'autres collectivités de la région, comme Chicoutimi, La Baie et Ferland-Boileau.