Keenberg, Ronald

Tout en participant à de nombreux projets intéressants, Keenberg termine une maîtrise en architecture à l'U. du Manitoba en 1989.

IKOY, immeuble de bureaux
Con\u00e7u par l'architecte Ron Keenberg (photo de Gerry Kopelow/avec la permission de The IKOY Partnership, Winnipeg).

Keenberg, Ronald

 Ronald Keenberg, architecte (Winnipeg, Man., 30 déc. 1941). Keenberg obtient un baccalauréat en beaux-arts du Pratt Institute en 1965. Il est le seul parmi les fondateurs du cabinet d'architectes IKOY (1968) à y être demeuré. Outre Keenberg, les partenaires fondateurs d'IKOY sont Roy Izen (qui quitte le cabinet en 1970), Stan Osaka (qui quitte en 1977) et Jim Yamashita, qui y reste jusqu'en 1993.

Tout en participant à de nombreux projets intéressants, Keenberg termine une maîtrise en architecture à l'U. du Manitoba en 1989. Souvent considéré comme un architecte « progressiste », sa démarche, qui consiste à réaliser le but social d'un bâtiment en prenant parti pour une série de systèmes constructifs et environnementaux à l'intérieur d'une structure économique, fait de lui un « conservateur radical ». On retrouve cette approche du design et du bâtiment dans les oeuvres de Mies Van Der Rohe et de Frank Lloyd Wright.

Si les travaux de Keenberg dans les années 70 peuvent être qualifiés de « high tech », un courant alors à la mode, ses bâtiments subséquents suivent le principe selon lequel un excellent bâtiment doit être construit de belle façon, quels que soient les matériaux utilisés. On pourrait avantageusement comparer ses travaux à ceux des architectes Norman Foster, en Angleterre, ou à ceux des Européens Piano et Rogers. Les bâtiments les plus importants conçus par Keenberg après le départ de ses premiers partenaires sont le centre récréatif Harbourview (1982), l'atelier auto/Diesel du Red River Community College (1984), le laboratoire judiciaire de la GRC (1987), l'immeuble Wallace des sciences de la terre de l'U. du Manitoba (1988), tous situés à Winnipeg; le Centre de recherche en informatique William Davis de l'U. de Waterloo (1988); l'installation de maintenance de la Base des Forces canadiennes Shilo, au Manitoba (1996); et les Archives nationales, à Ottawa (1996). Peut-être convient-il de rappeler que sa commande publique la plus importante jusqu'à ce jour provient d'une institution conservatrice de nature, les Archives nationales, un magnifique « contenant » devant abriter à perpétuité les trésors nationaux.


Lecture supplémentaire

  • Architectural Technology (fall 1984); Border Crossings (Winter 1985); F. Wilson, Architecture (1990).