Kerrison, Davenport

(John) Davenport Kerrison. Pianiste, professeur, compositeur, éditeur (Londres, 1841 - Jacksonville?, Fl., après 1927). Il étudia en Angleterre avec John Boardman et Benedict Rolfs et aux États-Unis avec J.N. pattison et Louis Moreau Gottschalk.

Kerrison, Davenport

(John) Davenport Kerrison. Pianiste, professeur, compositeur, éditeur (Londres, 1841 - Jacksonville?, Fl., après 1927). Il étudia en Angleterre avec John Boardman et Benedict Rolfs et aux États-Unis avec J.N. pattison et Louis Moreau Gottschalk. Il s'établit à Toronto vers 1866 et devint organiste à l'église Saint John's. Il forma la Choral Union qui donna un premier concert au Music Hall le 21 janvier 1868. Kerrison dirigea et joua à Toronto jusqu'en 1875 et, en juillet 1872, il fit une tournée dans le sud de l'Ontario aux côtés du violoniste J.W. Baumann. En 1873, il était chef de la Toronto Orchestral Union, qui accompagnait des opéras et opérettes en plus de donner des concerts. Il retourna à New York comme organiste (milieu de 1874?-octobre 1878) à l'église Saint Stephen's et professeur au Grand Cons. of Music. De retour à Toronto en 1878, Kerrison ouvrit une école où il enseigna avec sa femme, occupant quelques pièces de la Grand Opera House. Le nom qu'il donna à l'établissement (Royal Canadian Cons. of Music) fut, semble-t-il, interdit par la suite, à cause de l'usage non autorisé du mot « royal ». Il rebaptisa l'école Toronto College of Music (1879), qu'il ne faut pas confondre toutefois avec le Toronto College of Music fondé en 1888. En octobre 1880, il lança la revue mensuelle Arion, « revue canadienne consacrée à la musique, aux beaux-arts, à la littérature et au théâtre », qui fut publiée jusqu'en octobre 1881. Au concours de composition de l'Ontario Music Teachers' Assn (Canadian Society of Musicians) de 1886, Kerrison fut au nombre des cinq gagnants. En 1887, lui et sa femme enseignèrent dans des studios privés auxquels ils donnèrent le nom de Canadian Cons. of Music. Rien n'indique qu'il habita Toronto après 1888. Il obtint subséquemment un D.Mus. à l'Université de New York. Ses compositions les plus ambitieuses incluent : Canada (ouverture symphonique en quatre mouvements), exécutée pour la première fois à Toronto le 22 juin 1881 sous forme d'un arrangement pour quatre pianos; un Concerto en mi mineur et un Concerto-caprice, tous deux pour piano et orchestre; The Bells, op. 35 (1908), poème symphonique en quatre mouvements; une opérette, The Oreads, présentée à Toronto les 23, 25 et 26 février 1870; deux opéras, The Curfew, chanté à Toronto les 30 et 31 juillet 1879, et The Maid of the Mill; et un grand opéra, The Last of the Aztecs (1914). On lui doit aussi plusieurs pièces pour piano et des chants dont « God Preserve Our Native Land » (1883) et « The Flag that Bears the Maple Leaf » (1889). Parmi ses éditeurs figurent Nordheimer et Suckling à Toronto et W.F. Shaw, Presser et G. Schirmer aux États-Unis.


Lecture supplémentaire

  • Hipsher, Edward Ellsworth. American Opera and its Composers (Philadelphia 1927, 1934)