Kodály

Kodály. La méthode Kodály est le nom associé à un système d'éducation musicale développé en Hongrie sous la tutelle de Zoltán Kodály (1882-1967), compositeur, ethnomusicologue et éducateur hongrois.

Kodály

Kodály. La méthode Kodály est le nom associé à un système d'éducation musicale développé en Hongrie sous la tutelle de Zoltán Kodály (1882-1967), compositeur, ethnomusicologue et éducateur hongrois. D'après les préceptes à la base du système de Kodály : 1) quiconque est capable d'habileté linguistique est capable d'habileté musicale et c'est l'obligation des écoles d'assurer cette habileté; 2) la voix humaine, l'instrument que chacun possède en naissant, est le meilleur instrument pour commencer l'étude de la musique; 3) la musique folklorique d'une langue et d'une culture propres est la meilleure musique pour l'enseignement; 4) seulement la musique d'une qualité indiscutable, qu'elle soit folklorique ou composée, doit être utilisée pour l'enseignement; 5) pour être vraiment efficace, l'éducation musicale doit commencer dès le jeune âge; 6) la musique doit occuper une place au centre du curriculum scolaire, au même titre que les mathématiques ou les arts du langage. Même si au Canada la méthode Kodály a été le plus souvent associée aux jeunes enfants, elle n'est pas un système pour enseigner la musique seulement aux enfants; elle est plutôt une approche globale de la musicalité convenant autant au niveau universitaire qu'au jardin d'enfants.

La méthode Kodály au Canada

En 1964, Richard Johnston, à l'époque directeur de l'école d'été du RCMT, est le premier représentant d'une institution canadienne à se rendre à Budapest pour obtenir des renseignements de première main sur le concept. L'année suivante, Ann Osborn donne un cours pilote pour les professeurs à l'école d'été. En juillet 1965, à l'invitation de Georges Little du ministère de l'Éducation du Québec, la professeure Erzsébet Szönyi, assistante de Kodály en Hongrie, présente une série de cours préparatoires à l'École normale de musique de Montréal. Szönyi revient en 1967 avec un chœur qui se produit à l'Expo 67 et fait une tournée au Québec. Elle enseigne aussi aux JMC (YMC). Grâce à des subventions de l'Institut d'études pédagogiques de l'Ontario, Johnston et Harvey Perrin font connaître leurs observations sur la méthode Kodály à la suite d'un voyage d'études en Hongrie en 1966. En juillet 1966, Kodály lui-même accepte une invitation pour venir à Toronto recevoir un doctorat honorifique de l'Université de Toronto et prononcer la conférence de 1966 dans la série CAPAC-MacMillan, et pour surveiller l'entrée du concept Kodály à l'école d'été du RCMT sous forme de lecture à vue de pièces chorales et de cours d'interprétation rythmique. Ann Osborn, qui donne ces cours, séjourne par la suite trois ans en Hongrie pour approfondir le concept Kodály et ses applications. Johnston introduit aussi les principes de Kodály dans des classes de lecture à vue à la faculté de musique de l'Université de Toronto et au département de musique de l'Université de Calgary. Au cours de la saison 1969-1970, la pianiste et compositrice Mary Syme (London, Ont., v. 1918; A.T.C.M. 1933, L.T.C.M. 1935, B.A., McMaster, 1938), une élève de Hayunga Carman à Toronto, adapte les idées de Kodály pour une série d'émissions éducatives estivales à la SRC, dont l'une remporte un Ohio State Award en 1970. Le RCMT et son école d'été continuent à offrir des cours Kodály avec des invités, notamment les éducateurs hongrois Katalin Forrai (qui se spécialise dans l'enseignement des enfants du préscolaire) et Ilona Bartalus (qui sera plus tard professeur à l'Université de Western Ontario durant plusieurs années et qui enseignait au Victoria Conservatory of Music en 1990).

Centre de formation des professeurs canadiens

Jacquotte Ribière-Raverlat, éducatrice française responsable d'une adaptation autorisée des principes de Kodály, est à la tête d'une initiative expérimentale au Québec en 1968, à l'instigation de sœur Marcelle Corneille du couvent Villa-Maria de Montréal. Il s'agit de cours d'apprentissage pour les enseignants et de supervision d'étudiants enseignants; plus tard, ce cours se transforme en projet pilote au niveau élémentaire à Villa Maria. Le projet débute en 1970 et consiste en une période quotidienne d'instruction musicale selon les principes Kodály mais adaptés au folklore français et québécois. Gabrielle Létourneau continue l'œuvre entreprise par Ribière-Raverlat au Québec. L'oeuvre entreprise se poursuit toujours au Québec par Gabrielle Létourneau. La version canadienne-française de Thomas Legrady du concept Kodály à l'usage des professeurs et de leurs élèves, Lisons la musique, est publiée en quatre volumes (Ottawa 1967, Montréal 1970). En 1973, un spécialiste de Budapest, Miklós Takács, continue l'œuvre de Ribière-Raverlat, ajoutant une dimension chorale intégrée.

La première université au Canada à offrir des programmes d'ensemble pour la formation des maîtres selon les principes et les pratiques de Kodály à la fois aux premier et deuxième cycles est l'Université de Calgary (1979). Ces programmes, sous la direction de Lois Chosky, ont permis d'accorder des diplômes à des centaines d'enseignants. Des programmes d'été de formation des maîtres existent à l'Acadia University, à l'Université Wilfrid Laurier, à l'Université de Western Ontario, à la Brandon University, à l'Université de Victoria et au Kodály Department du Conservatoire de musique de Victoria. Des ateliers ont lieu régulièrement tout au long de l'année dans des centres partout au Canada.

La méthode Kodály dans les écoles

Au Canada, les premières écoles de langue anglaise à mettre en application les idées de Kodály sur une base systématique élargie sont celles de Halifax, N.-É., sous la direction de Kaye Dimock Pottie, et de Nanaimo, C.-B., sous la direction d'Isolbel et d'Alastair Highet. Ces programmes, toujours en place, sont des modèles pour plusieurs autres programmes au Canada. À la fin du vingtième siècle, la méthode Kodály est l'approche systématique la plus largement utilisée au Canada dans l'enseignement de la musique à l'école. Des exemples de programmes peuvent être observés à Halifax, N.-É., dans la province de Terre-Neuve, aux écoles des comtés de Middlesex et de Waterloo en Ontario, dans les écoles catholiques de Calgary ainsi qu'à Langley et Nanaimo, C.-B.

La Société Kodály du Canada

Une association professionnelle bilingue, la Société Kodály du Canada, est fondée en 1973 sous le vocable d'Institut Kodály du Canada, avec Mae Strasser Daly comme directrice exécutive.L'organisation canadienne a été établie avant l'International Kodály Society et l'Organization of American Kodály Educators (1975). L'International Kodály Society change le nom de l'organisation canadienne pour la Société Kodály du Canada en 1986. Depuis, les présidents ont été Gordon Kushner (1973-1979), Kenneth Bray (1979-1981), Pierre Perron (1981-1984) et Lois Choksy (1984-1988), France David (1988-1991), Ki Adams (1991-1995) et Amanda Montgomery (1995-1999). A. Kim Eyre devient président en 1999 et mène la Société Kodály du Canada vers le XXIe siècle. La société a pour but la dissémination de la recherche et l'amélioration de l'enseignement selon les concepts musicaux, éducatifs et culturels associés à Zoltán Kodály. Dans ce but, elle tient des conférences nationales biennales et publie le périodique Alla breve. En 2004, il y a six succursales de la Société Kodály du Canada : celle de la Colombie-Britannique avec 19 membres; l'Alberta Kodály Association fondée en 1983 et comptant 100 membres; celle du Manitoba; la Société Kodály de l'Ontario et du Québec et la Société Kodály de la Nouvelle-Écosse.

Statut international

La Société Kodály du Canada est l'association nationale reconnue affiliée à la Société internationale Kodály dont le siège social est à Budapest. Des symposia internationaux ont eu lieu tous les deux ans à partir de 1973; ils ont eu lieu au Canada en 1977 (à l'Université Acadia) et en 1991 (à l'Université de Calgary).

Bibliographie

Jacquotte RIBIÈRE-RAVERLAT, L'Éducation musicale en Hongrie (Paris 1967).

Rapport de la Commission royale d'enquête sur l'enseignement des arts dans la province de Québec II (Québec 1969).

Lois CHOKSY, The Kodály Method (Englewood Cliffs, N.J. 1974, 1988).

Erzsébet SZÖNYI, Musical Reading and Writing (Londres 1974).

Mae DALY, « Kodály Institute of Canada », Recorder, XVIII (sept. 1975).

Jacquotte RIBIÈRE-RAVERLAT, Un chemin pédagogique en passant par les chansons (Paris 1976).

Erzsébet SZÖNYI, Quelques aspects de la méthode de Zoltán Kodály (Budapest 1976).

Lois CHOKSY, The Kodály Context (Englewood Cliffs, N.J. 1981).

Richard JOHNSTON dir., Kodály in America (Boosey & Hawkes 1991).


Lecture supplémentaire

  • Ribière-Raverlat, Jacquotte. L'Éducation musicale en Hongrie (Paris 1967)

    Rapport de la Commission royale d'enquête sur l'enseignement des arts dans la province de Québec, vol 2 (Quebec City 1969)

    Szönyi, Erzsébet. Musical Reading and Writing (London 1974)

    Daly, Mae. 'Kodály Institute of Canada,' Recorder, vol 18, Sep 1975

    Ribière-Raverlat, Jacquotte. Un Chemin pédagogique en passant par les chansons (Paris 1976)

    Szönyi, Erzsébet. Quelques Aspects de la méthode de Zoltán Kodály (Budapest 1976)

    Choksy, Lois, The Kodály Method (Englewood Cliffs, NJ 1974, 1988)

    -.The Kodály Context (Englewood Cliffs, NJ 1981)

    Johnston, Richard, ed. Kodály in America (Boosey & Hawkes 1991).