La musique à l'Université Carleton

Le Département de musique de Carleton est fondé en 1967 et son premier directeur est John Churchill (Londres, 29 mai 1920 - Sidbury, Angleterre, 1er décembre 1996). En plus d'établir le programme du B. Mus.

\u00c9cole d
L'\u00c9cole d'architecture de l'Université Carleton est l'une des nombreuses et petites conceptions institutionnelles et résidentielles de Carmen et Elin Corneil dans les années 1960 (photo de Helmut Schade; avec la permission de Biblioth\u00e8que et Archives Canada/Dév. Collections spéciales et multimédia).

La musique à l'Université Carleton

 Université Carleton, Ottawa. Université non confessionnelle fondée en 1942 sous le nom de Carleton College (cours du soir). Elle décerne ses premiers diplômes en 1946, en journalisme et en administration publique. Elle devient l'Université Carleton en 1957 et emménage sur le campus de la rivière Rideau en 1959. Tout un éventail de programmes de premier, deuxième et troisième cycles est mis en place par les facultés des arts, des sciences, du génie et des études supérieures. La School of Canadian Studies (qui s'appelle l'Institute of Canadian Studies jusqu'en 1992) permet une approche multidisciplinaire et interdépartementale pour la recherche sur des sujets canadiens, dont la musique.

Enseignement de la musique

Le Département de musique de Carleton est fondé en 1967 et son premier directeur est John Churchill (Londres, 29 mai 1920 - Sidbury, Angleterre, 1er décembre 1996). En plus d'établir le programme du B. Mus., John Churchill, qui cesse d'enseigner en 1981, met la musique canadienne au programme des études supérieures en 1975. Alan Gillmor lui succède en 1976, suivi de David Piper (voir Deirdre Piper) en 1980 et de Bryan Gillingham en 1984. En 1991, le département s'unit à la School for Studies in Art and Culture (SSAC) de l'Université Carleton. John Shepherd en est le premier directeur, de 1991 à 1997. Bryan Gillingham dirige ensuite le Département de musique et agit comme président de 1997 à 2009.

À l'origine, le programme de Carleton porte sur des matières universitaires et sociologiques plutôt que sur l'interprétation. Même si des programmes d'interprétation sont instaurés en 1975, le département conserve une approche pédagogique interdisciplinaire et humaniste. En plus de mettre l'accent sur la musique canadienne - Carleton est la première université canadienne à offrir des cours portant sur les musiques canadienne et autochtone - le département offre une diversité de cours allant de la composition à l'étude de la musique populaire. Les étudiants peuvent également s'inscrire au programme de stages du département, qui offre une formation pratique dans des institutions telles que la Société Radio-Canada, Bibliothèque et Archives Canada et l'Encyclopédie de la musique au Canada.

En 1990-1991, Carleton offre les diplômes suivants : B.A. (majeure en musique, général), B. Mus. (spécialisation en musicologie ou en composition) et M.A. (études canadiennes). En 2011, Carleton offre le B.A., le B. Mus. et la M.A. en musique et culture (depuis 2008). En 1979, l'Université crée un programme menant à un diplôme afin de répondre aux besoins des professeurs privés désirant parfaire leurs compétences, celui-ci est aboli en 1984. De 2000 à 2008, le département offre également un diplôme en conception sonore.

En 1988-1989, le département compte 55 professeurs (6 à temps plein et 49 à temps partiel), 101 étudiants inscrits aux programmes de premier cycle et 872 étudiants inscrits à des cours de musique. En 2008-2009, le Département de musique compte 41 étudiants des premier, deuxième et troisième cycles et emploie 17 professeurs (11 à temps plein et 6 à temps partiel). L'université décerne des LL.D. h.c. à Oscar Peterson (1973), Maureen Forrester (1979), R. Murray Schafer (1980), Barbara Clark (2006) et Buffy Sainte-Marie (2008), ainsi que des diplômes honorifiques à Mario Bernardi (2001) et Marc-André Hamelin (2005).

Willy Amtmann, Michael Bussière, Lisette Canton, Patrick Cardy, James Deaville, William Echard, Robert Fleming, Jennifer Giles, Anna Hoefnagels, Elaine Keillor, Alexis Luko, John Shepherd, Jesse Stewart, Paul Théberge et James Wright sont ou ont été membres du personnel à temps plein du Département de musique de Carleton, tandis que Joan Maxwell et Iain Phillips figurent comme professeurs à temps partiel. En plus des instruments traditionnels et du chant, le département offre des cours de clavecin, de harpe et d'instruments anciens, ainsi que des cours de jazz en piano, guitare et saxophone.

Installations, ressources et groupes d'interprétation

Outre le centre des ressources audiovisuelles, qui compte environ 8000 enregistrements, le Département de musique de l'Université Carleton a accès à un studio de musique informatique et un studio de musique électroacoustique créé en 1971 et équipé à ce moment pour l'enregistrement, le traitement des signaux et la synthèse analogique par voltage d'asservissement. Les installations et l'équipement sont modernisés depuis le milieu des années 1970 jusqu'à 1999 et, en 2000, un nouveau studio informatique est ajouté. De plus, Carleton possède la plus vaste collection d'instruments de musique anciens de tout l'Est ontarien.

En plus de la Carleton University Choir et du National Capital Concert Band, les groupes à se produire en concert représentent une variété de styles, incluant la musique ancienne, le jazz, la musique de chambre et la musique contemporaine, la musique classique indienne et les tambours africains. Le département présente également des séries de concerts hebdomadaires. En 2010, le département met sur pied un camp musical d'été pour la musique jazz, sous audition seulement, de 5 jours. On y offre des cours de maître et d'improvisation. De plus, les adolescents et adultes qui y participent ont la chance de se produire en concert.

Événements, conférences et projets de recherche

En 1979, le Département de musique produit, en collaboration avec TV Ontario, une série de 20 émissions intitulées Music in Western Civilization, dirigée par John Churchill. Bien accueillie lors de sa diffusion (1981-1982), la série met à profit le personnel et les étudiants du département.

En 1987, un accord d'échanges est signé avec l'université berlinoise Humboldt afin de mettre en commun les efforts pour l'étude de la musique populaire. L'échange du personnel, des étudiants et des recherches entre les deux universités se poursuit de 1986 à la fin des années 1980.

Le département est l'hôte de conférences importantes, dont « Popular Music in the University » (1985); le symposium international « I Feel the Air of Another Planet: Schoenberg's Chamber Music, Schoenberg's World » (2007); « Transcendence, Reality, and Universality in the Music of Joseph Haydn » (2009) et la conférence annuelle de la Society for American Music (2010). Le Département de musique de l'Université Carleton maintient des affiliations de recherche avec la Société pour le patrimoine musical canadien, le Centre for First Peoples' Music and Research et le Centre for Indigenous Research, Culture, Language and Education (CIRCLE).

Bibliographie

CHURCHILL, John. « Les Rumeurs à présent réalité à Carleton », The Music Scenes, no 251 (janv.-févr. 1970).

« Early music at Carleton », Continuo (déc. 1979).

KEILLOR, Elaine. « Canadian music at Carleton University », Institute for Canadian Music Newsletter, vol. 1, no 3, sept. 2003.


Lecture supplémentaire

  • Churchill, John. "Rumours now Carleton reality," The Music Scene, 251, Jan-Feb 1970

    "Early music at Carleton," Continuo, Dec 1979

    Keillor, Elaine. "Canadian music at Carleton University," Institute for Canadian Music Newsletter, vol 1, no 3, Sep 2003