Lacs de Dartmouth

Au nombre de 25, les lacs de Dartmouth sont situés dans la ville de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, en face du port d'Halifax.

Au nombre de 25, les lacs de Dartmouth sont situés dans la ville de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, en face du port d'Halifax. Formés par la glaciation du pléistocène il y a environ 15 000 ans, leur superficie varie entre 1 et 140 ha. Bien avant la colonisation d'Halifax par les Britanniques en 1749, le peuple semi-nomade des Mi'kmaq empruntent en canot, et ce, pendant des milliers d'années, les principaux lacs (Banook, Micmac et Charles) pour aller de Chebucto (Halifax) à Cobequid (à l'embouchure de la baie de Fundy). Ces trois lacs font ensuite partie du malheureux canal Shubenacadie, construit de 1826 à 1861, mais abandonné en 1870 à cause de la concurrence ferroviaire. Des portions abîmées du canal et des écluses subsistent toujours. Depuis le début de la colonie, les lacs alimentent les riverains en eau. On y exploite une industrie florissante de coupe de glace jusqu'en 1950, nécessitant l'établissement des nombreuses glacières le long des rives.

Depuis plus d'un siècle, ces lacs constituent une base de loisirs en plein air importante. Déjà, au XIXe siècle, les habitants d'Halifax traversent le port en bateau pour venir pratiquer des sports comme le patinage, le hockey, le curling et la voile sur glace. La Starr Manufacturing Co. de Dartmouth était connue partout dans le monde pour ses patins à lames innovateurs. Au début du XXe siècle, le canotage et l'aviron gagnent la faveur du public et des régates sont organisées par de nouveaux clubs de canotage. Il existe aujourd'hui cinq clubs du genre et plusieurs compétitions régionales, nationales et internationales d'aviron se déroulent sur le lac Banook. La natation, le ski aquatique et le ski de randonnée, la pêche et la voile se répandent également au cours des dernières années.

En dépit de l'expansion considérable de la ville au cours de la deuxième partie du XXe siècle, les lacs Dartmouth sont peu atteints par la pollution et les loisirs n'en sont que rarement entravés. Consciente de leur importance pour les habitants, la ville veille à leur protection. Elle est aidée dans cette tâche par un organisme bénévole spécial, le Dartmouth Lakes Advisory Board.