Le Canada aux Jeux olympiques d'hiver

L’idée de faire figurer les sports d’hiver aux Jeux olympiques remonte à 1900...

L'idée de faire figurer les sports d'hiver aux Jeux olympiques remonte à 1900, date à laquelle les organisateurs envisageaient de présenter le patinage artistique aux Jeux de Paris. Aucune épreuve n'eut lieu cette année-là, mais en 1908, aux Jeux olympiques d'été de Londres, les premières épreuves hors-concours de patinage artistique furent présentées. En 1911, un membre du Comité international olympique (CIO) ne réussit pas à persuader les Suédois de présenter les sports d'hiver aux Jeux de Stockholm. Pour les Suédois, cette proposition menaçait leurs propres Jeux nordiques et ils en rejetèrent l'idée.

Les Jeux nordiques remontaient à 1901 et jusqu'en 1926, eurent lieu à intervalles réguliers. Ces Jeux nordiques n'étaient pratiquement organisés que pour et par les Suédois puisqu'une seule de ces manifestations eut lieu à l'extérieur du territoire suédois, à Oslo. Ce fut en fin de compte l'initiateur des Jeux nordiques lui-même, Gustav Balck, qui fit pression - avec succès - sur le CIO pour qu'il fasse figurer des épreuves de patinage artistique aux Jeux olympiques d'été de Londres en 1908.

 le Granite Club de Toronto
Le 8 février 1924, le Granite Club de Toronto remporta la première médaille d'or officielle en hockey à Chamonix. Les Canadiens affrontaient les Américains en finale et obtinrent la victoire par la marque écrasante de 6 buts à 1. Sur la photo, l'équipe pose en compagnie des joueurs suisses à l'issue de la finale (avec la permission du Musée olympique du CIO).

Des épreuves de patinage artistique et un tournoi de hockey sur glace (les Falcons de Winnipeg remportèrent d'ailleurs la médaille d'or) figurèrent aux Jeux olympiques d'été d'Anvers en 1920, les compétitions eurent cependant lieu dix semaines avant les jeux proprement dits, au Palais de glace d'Anvers.

Jeux olympiques d'hiver de 1924 : Chamonix, France (25 janvier-5 février)

Finalement, en 1921, malgré les objections du fondateur du mouvement olympique moderne, le baron Pierre de Coubertin, qui pensait que les sports d'hiver évoquaient trop les classes privilégiées, le CIO accepta d'organiser une « Semaine internationale des sports d'hiver » qui se déroulerait séparément des autres manifestations, à Chamonix, en France, en 1924. La petite ville disposait déjà d'un tremplin de ski et les organisateurs installèrent une piste de bobsleigh, un stade d'hiver dans la vallée et des pistes de ski. Pour les 258 athlètes provenant des 16 pays participant aux compétitions, se retrouvaient 245 hommes et 13 femmes. Ces Jeux furent un immense succès et furent désignés a posteriori comme les premiers Jeux olympiques d'hiver.

 Le Hockey Club de Winnipeg
Pour la première fois aux Jeux olympiques, l'équipe de hockey du Canada a devant elle un adversaire avec lequel elle doit compter. Elle finira par jouer deux prolongations en finale contre les Américains, le 13 février 1932. Pour mettre un terme à l'impasse, les juges décident de conclure au match nul et attribuent la médaille d'or à l'équipe qui avait remporté la victoire lors du dernier match du tournoi à la ronde, à savoir le Canada (avec la permission de La Presse Canadienne Images).

La première médaille d'or des Jeux olympiques d'hiver fut décernée à Charles Jewtraw de Lake Placid, New York, en patinage de vitesse (500 m). La première épreuve olympique de patinage artistique permit de découvrir le Suédois Ulrich Salchow père du saut qui porte désormais son nom. La patineuse artistique norvégienne, Sonja Henie, fit ses débuts à l'âge de 11 ans. Ballerine accomplie, Sonja Henie inaugura un nouveau style de patinage qui attira l'attention de nombreux juges et spectateurs. L'équipe canadienne de hockey sur glace, composée des joueurs du Granite Club de Toronto, remporta tous les cinq matchs, battant ses adversaires par la marque accumulée de 110 à 3. C'est la finale comptant pour la médaille d'or qui donna du fil à retordre à l'équipe canadienne. Elle affrontait l'équipe américaine et finit par l'emporter, 6 buts à 1.

Classement du Canada : 6e
Or : L'équipe masculine de hockey du Canada (épreuve hors-concours)

Jeux olympiques d'hiver de 1928 : Saint-Moritz, Suisse (11 au 19 février)

Les Jeux olympiques de 1928, présentés à Saint-Moritz en Suisse, furent les premiers à être organisés dans un autre pays que le pays hôte des Jeux d'été (qui avaient lieu cette année-là à Amsterdam). Pour la première - mais non la dernière - fois, la pluie s'abattit sur les Jeux, victimes également d'un temps doux, inhabituel pour la saison. Un tiers des participants à la course de ski de fond de 50 km abandonna la compétition, dépités par une piste qui s'était transformée en bourbier. Ce fut la première fois que fut inaugurée l'épreuve de skeleton, sport qui ressemble fort à la luge, sauf que l'athlète placé sur le ventre sur le traîneau, maintient sa tête en avant. La patineuse artistique norvégienne, Sonia Henie, âgée cette année-là de 15 ans, fut la coqueluche des Jeux et remporta la médaille d'or.

En hockey sur glace, le Canada fut représenté par les Grads de l'Université de Toronto. Cette équipe était à vrai dire impressionnante : elle avait remporté la coupe Allan et son entraîneur au Canada (mais non pour ces Jeux) n'était nul autre que Conn Smythe. Les organisateurs du tournoi essayèrent tant bien que mal de faire en sorte que les Canadiens aient du fil à retordre, mais peine perdue, les Grads battirent à plates coutures les Suédois (11 à 0), les Britanniques (14 à 0) et les Suisses (13 à 0). À la suite du match qui les vit remporter la médaille d'or, les joueurs visitèrent de nombreux pays d'Europe pour donner aux foules un aperçu de leur technique et de leur rapidité.

Classement du Canada : 6e
Or : L'équipe masculine de hockey du Canada

Jeux olympiques d'hiver de 1932 : Lake Placid, New York (4 au 15 février)

Les premiers Jeux olympiques organisés à l'extérieur du continent européen furent inaugurés à Lake Placid par le gouverneur de l'État de New York, Franklin Delano Roosevelt, futur président des États-Unis. Sonja Henie défendit son titre de championne olympique en patinage artistique. Ces Jeux furent l'occasion pour les athlètes canadiens de montrer qu'ils s'étaient beaucoup améliorés puisque pour les 13 épreuves, ils faisaient partie des 6 premiers finalistes. Trois patineurs de vitesse canadiens remportèrent 5 médailles et Montgomery Wilson remporta la médaille de bronze en patinage artistique chez les hommes. Les règlements du patinage de vitesse avaient été refaits pour avantager les patineurs nord-américains et en signe de protestation, le champion finnois Clas Thumberg refusa de se déplacer et de participer aux épreuves. Les Américains avaient certes dépensé des sommes extravagantes pour construire un nouveau stade d'hiver et autres installations, mais ils ne s'étaient pas préoccupés de la piste du ski de fond; les skieurs se perdirent donc dans les bois en raison de l'absence de repères le long de la piste. Pour la première fois dans l'histoire des Jeux olympiques, l'épreuve de course d'attelage de chiens fut présentée hors-concours. Le Canada et les États-Unis faisaient partie des participants en compétition.

Seules quatre équipes étaient en lice en hockey sur glace : le Canada, les États-Unis, la Pologne et l'Allemagne. Le Canada était représenté par le Hockey Club de Winnipeg. L'équipe américaine se révéla être un adversaire de taille, menant en troisième période du match de finale jusqu'à ce que Romeo Rivers marque le but égalisateur, au grand soulagement de « neuf millions de Canadiens » évoqués par le Winnipeg Free Press. À la fin de la deuxième prolongation, les juges interrompirent le match et décernèrent la médaille d'or au Canada puisqu'il avait déjà remporté une victoire à l'arraché sur les Américains lors d'un match précédent.

Classement du Canada : 3e
Or : L'équipe masculine de hockey du Canada
Argent : Alexander Hurd, patinage de vitesse (1500 m)
Bronze : Montgomery Wilson, patinage artistique; Frank Stack, patinage de vitesse (10 000 m); William Logan, patinage de vitesse (1500 et 5000 m) et Alexander Hurd, patinage de vitesse (500 m).

Jeux olympiques d'hiver de 1936 : Garmisch-Partenkirchen, Allemagne (6 au 16 février)

La flamme olympique fut allumée pour la première fois aux Jeux olympiques de 1936 de Garmisch-Partenkirchen, dans les Alpes bavaroises, à proximité de la frontière autrichienne. Le dernier jour des Jeux, 500 000 personnes montèrent à bord d'autobus pour assister aux dernières épreuves. Les épreuves alpines eurent lieu pour la première fois lors de ces Jeux. Malgré de nombreux efforts pour organiser un boycottage des Jeux à l'échelle mondiale pour protester contre le gouvernement nazi, les Jeux eurent lieu. Ces Jeux marquèrent aussi le début de dizaines d'années de désaccords portant sur la démarcation à faire ou à ne pas faire entre athlètes amateurs et professionnels. Les Autrichiens et les Suisses boycottèrent les épreuves alpines parce que leurs meilleurs skieurs (qui étaient moniteurs de ski dans la vie active) furent disqualifiés car ils étaient considérés comme étant des professionnels.

La skieuse canadienne Diana Gordon-Lennox étonna par son courage : elle avait skié avec un bras dans le plâtre et un seul bâton (elle se classa 29e).

Le Canada eut quelques difficultés à former une équipe de hockey puisque la plupart des joueurs des Wolves de Halifax, champions de la coupe Allan étaient passés dans la catégorie des joueurs professionnels. Les organisateurs de l'ACHA décidèrent d'envoyer les vice-champions, les Bear Cats de Port Arthur, mais permirent à deux Canadiens, le gardien de but James Foster et l'avant Alex Archer, de jouer au sein de l'équipe britannique, équipe qui comptait beaucoup de joueurs nés en Grande-Bretagne, mais qui avaient appris à jouer au hockey au Canada. Les Canadiens regretteront cette mansuétude lorsque Foster lapida les Canadiens lors de la première ronde de matchs. Les Bear Cats se virent refuser l'occasion de jouer un match de revanche quand les organisateurs des Jeux modifièrent le format du tournoi, ce qui revint à dire que cette défaite signifia la victoire et la médaille d'or pour la Grande-Bretagne. Hors de lui, un juge canadien, P. J. Mulqueen, déclara que c'était là l'« une des pires manipulations de l'histoire du sport ».

Classement du Canada : 9e
Argent : L'équipe masculine de hockey du Canada

Jeux olympiques d'hiver de 1948 : Saint-Moritz, Suisse (30 janvier au 8 février)

Il fut interdit à l'Allemagne et au Japon de participer aux premiers Jeux organisés après la fin de la Seconde Guerre mondiale, qui eurent lieu une nouvelle fois à Saint-Moritz. Pour le Canada, ces Jeux furent assurément ceux de Barbara Ann Scott, patineuse artistique de 19 ans, qui hérita de la couronne de Sonja Henie et fut sacrée championne olympique. Le 7 février, la plus grosse foule jamais présente depuis la cérémonie d'ouverture des cinquièmes Jeux olympiques d'hiver, déferla sur les gradins et se hissa sur les falaises en terrasse pour voir Barbara Ann Scott ajouter le titre de championne olympique de patinage aux titres qu'elle détenait déjà. Patinant sur une glace rugueuse sur laquelle avaient patiné les joueurs de hockey, Barbara Ann Scott se vit décerner 7 des 9 votes de première place et devint la première Nord-Américaine à remporter la médaille d'or en patinage artistique. Chez les hommes et toujours en patinage artistique, l'Américain Dick Button exécuta le premier double Axel en compétition.

Barbara Ann Scott
Barbara Ann Scott remporta la première médaille d'or pour le Canada en patinage artistique à Saint-Moritz, le 6 février 1948 et devint une héroïne nationale. Une foule de 70 000 Ottaviens (soit plus d'un tiers de la population totale de la capitale nationale) massée sur la Place de la Confédération l'accueillit sous les bravos à son retour au pays (avec la permission du Temple de la renommée des sports du Canada/X981.725.1.3).

Toujours piqué au vif par le conflit qui l'avait opposé à la FIH lors des Jeux de 1936, le Canada mit sur pied une équipe de hockey cent jours seulement avant le début des Jeux. Ce fut finalement l'Aviation royale du Canada qui proposa son équipe. Loin d'être la favorite, l'équipe canadienne l'emporta sur toutes les autres, sauf contre l'équipe tchèque qui maintint un score nul de 0 à 0. Lors du match de finale qui opposa les Canadiens aux Suisses hôtes, même les partisans locaux huèrent l'arbitrage partial. L'état de la glace et l'arbitrage étaient tellement mauvais que le match faillit tourner à la farce. Le Canada réussit toutefois à tirer son épingle du jeu, remporta le match, 3 à 0, et par là même, la médaille d'or.

Classement du Canada : 8e
Or : Barbara Ann Scott, patinage artistique; équipe masculine de hockey sur glace
Bronze : Suzanne Morrow Francis et Wally Distelmeyer, patinage artistique en couple

Jeux olympiques d'hiver de 1952 : Oslo, Norvège (14 au 25 février)

De retour en Norvège, la flamme olympique est allumée à Morgedal, dans la cheminée de la skieuse Sondre Nordheim à qui est attribuée l'invention de la fixation de ski moderne, et est portée par les skieurs jusqu'à Oslo. Le patineur de vitesse norvégien, Hjallis Andersen, est la vedette de ces Jeux avec trois médailles d'or. C'est la première fois que les épreuves de ski de fond sont ouvertes aux femmes.

Au hockey, le Canada est représenté par les Mercurys d'Edmonton, qui avaient remporté les championnats mondiaux en 1950. Les Mercurys remportèrent les trois premiers matchs, totalisant 39 buts contre 4, mais furent mis en difficulté par les Tchèques et les Suédois. Un match nul (3 à 3) contre les États-Unis (qui avaient perdu contre les Suédois) leur permet de remporter la médaille d'or. Ce fut la dernière fois que l'on assista à la domination canadienne en hockey amateur. Il faudra attendre 50 ans pour que le Canada remporte de nouveau l'or olympique en hockey sur glace.

Edmonton Mercurys
Les Mercurys d'Edmonton remportèrent la médaille d'or au hockey aux Jeux olympiques d'hiver d'Oslo, le 24 février 1952. Lors du match de finale, les Canadiens et les Américains étaient à égalité, 3 à 3. Il faudra attendre 2002 pour qu'une équipe canadienne de hockey remporte l'or à nouveau. (avec la permission des Archives de la Ville d'Edmonton/EA-600-22289).

Classement du Canada : 9e
Or : L'équipe masculine de hockey du Canada
Bronze : Gordon Audley, patinage de vitesse (500 m)

Jeux olympiques d'hiver de 1956 : Cortina d'Ampezzo, Italie (26 janvier- 5 février)

Les Jeux olympiques de 1956 à Cortina furent les premiers à être en partie télévisés. Ce furent aussi les premiers Jeux à être considérablement subventionnés, certains commanditaires allant jusqu'à offrir des Fiat officielles. Ils furent par ailleurs marqués par l'entrée fracassante sur la scène olympique de l'équipe de l'Union soviétique. Les Soviétiques arrivèrent confiants puisque leurs patineurs de vitesse remportèrent trois des quatre épreuves et qu'ils remportèrent le plus grand nombre de médailles. Lucile Wheeler remporta la première médaille canadienne en ski, avec une médaille de bronze en ski alpin. Les épreuves sportives eurent lieu malgré l'absence de neige au début des Jeux, d'un orage pendant le déroulement des Jeux, suivi d'une fonte des neiges assez conséquente.

Au hockey, les Dutchmen de Kitchener-Waterloo remportèrent facilement les matchs de la première ronde de matchs, mais durent s'incliner devant les Américains lors des matchs comptant pour les médailles (4 à 1). L'animateur de la SRC, Thom Benson, compara l'ambiance qui régnait après cette défaite à celle qui prévaut lors d'obsèques. Le 5 février, les Canadiens furent battus par les Soviétiques, 2 à 0, et durent se contenter de la médaille de bronze. C'est ainsi que commença la litanie de plaintes portant sur les règlements hypocrites interdisant aux joueurs professionnels de hockey de participer aux Jeux olympiques alors que ces mêmes règlements passaient sous silence le soutien du gouvernement soviétique à ses joueurs.

Classement du Canada : 9e
Argent : Norris Robert Bowden et Frances Dafoe, patinage artistique en couple
Bronze : Équipe masculine de hockey du Canada; Lucile Wheeler, ski alpin

Jeux olympiques d'hiver de 1960 : Squaw Valley, Californie (18 au 28 février)

Squaw Valley en Californie obtient les Jeux de 1960 alors que cette localité n'existait presque pas. La région se lança dans une frénésie de construction au cours des années précédant les Jeux, érigeant hôtels, ponts, construisant le premier village olympique, remonte-pentes, et la première piste de patinage munie d'un système de réfrigération. Les organisateurs refusèrent cependant de construire une piste de bobsleigh, faisant de ces Jeux les premiers à ne pas présenter d'épreuves dans cette discipline. Ce furent par ailleurs les premiers Jeux à utiliser des ordinateurs pour compiler les résultats. Pour la première fois aussi, l'épreuve de biathlon fut présentée ainsi que le patinage de vitesse chez les femmes. L'équipe américaine de hockey surprit tout le monde en battant les Soviétiques et les Canadiens, favoris pour la médaille d'or. L'épreuve sans fautes exécutée par Robert Paul et Barbara Wagner en patinage artistique en couple, valant aux deux athlètes la médaille d'or, fut marquée par la « spirale de la mort », figure grâce à laquelle tous les juges accordèrent au couple la première place.

Anne Heggtveit
La skieuse Anne Heggtveit remporta l'or olympique en slalom à Squaw Valley, le 26 février 1960, devançant sa rivale américaine Betsy Snite par moins de trois secondes. À son retour de Squaw Valley, Anne Heggtveit eut droit elle aussi à un défilé d'accueil à Ottawa (avec la permission du Temple de la renommée des sports du Canada/X981.62.1.25).

Anne Heggtveit arriva longtemps avant ses rivales et devint la première Canadienne à remporter l'or en ski. Au hockey, les Dutchmen de Kitchener-Waterloo étaient de retour et bien qu'ayant battu les Soviétiques, ne réussirent pas à remporter l'or, s'inclinant devant les Américains, 2 à 1.

Classement du Canada : 8e
Or : Robert Paul et Barbara Wagner, patinage artistique en couple; Anne Heggtveit, slalom
Argent : L'équipe masculine de hockey du Canada
Bronze : Donald Jackson, patinage artistique

Jeux olympiques d'hiver de 1964 : Innsbruck, Autriche (29 janvier-9 février)

L'absence de neige menaça gravement les Jeux d'Innsbruck, en Autriche, de 1964. On fit appel à l'armée autrichienne pour découper 20 000 blocs de glace dans une montagne et les déplacer jusqu'aux pistes de bobsleigh et de luge. Près de 40 000 mètres cubes de neige durent être transportés vers le site des épreuves de ski alpin. Les premières épreuves de luge furent obscurcies par la mort d'un athlète britannique lors d'une descente d'entraînement.

La patineuse de vitesse soviétique, Lydia Skoblikova, devint la première athlète à remporter quatre médailles d'or pendant le déroulement d'une Olympiade d'hiver. En patinage artistique, le couple Lyudmila Belousa et Oleg Protopopov remporta le premier de nombreux titres de champions olympiques dans cette discipline, ouvrant la voie à une domination soviétique encore présente aujourd'hui. En bobsleigh, l'équipe canadienne formée de quatre hommes, en compétition pour la première fois, remporta l'or, battant un record dès la première descente.

Au hockey, l'ACHA opta pour une nouvelle approche et forma une équipe de hockey olympique, en choisissant les meilleurs jours universitaires. Lors d'un match de la ronde des médailles, le Canada menait par 1 but à 0 contre les Tchèques lorsque le gardien de but Seth Martin fut blessé. Les Tchèques marquèrent trois buts dans le filet du remplaçant de Martin, perdirent contre les Soviétiques et reléguèrent les Canadiens à la quatrième place.

Classement du Canada : 10e
Or : Doug Anakin, John Emery, Victor Emery et Peter Kirby, bobsleigh quatre hommes
Bronze : Petra Burka, patinage artistique; Guy Revell et Debby Wilkes, patinage artistique en couple

Jeux olympiques d'hiver de 1968 : Grenoble, France (6 au 18 février)

Le président Charles de Gaulle, sans couvre-chef, surplombant la foule, ouvre les dixièmes Jeux olympiques d'hiver par le plus court discours jamais prononcé (« Je déclare l'ouverture des Dixièmes Jeux olympiques d'hiver à Grenoble »). Lors de ces jeux où les épreuves étaient géographiquement éparpillées, seule la compétition de patinage eut lieu à Grenoble, les autres disciplines ayant lieu dans les environs, parfois même jusqu'à 65 km de Grenoble.

Les Jeux virent le couronnement de Jean-Claude Killy qui remporta toutes les épreuves de ski alpin chez les hommes. La victoire souleva des controverses parce que, lors d'une épreuve, le rival de Killy fut disqualifié pour avoir raté une porte après avoir cru voir quelqu'un traverser la piste de slalom. Ce furent les premiers Jeux où les tests de vérification de sexe et de dépistage de drogues furent obligatoires. Personne ne testa positif.

Nancy Greene
Nancy Greene remporta la médaille d'or aux Jeux olympiques de Grenoble, en slalom géant, le 15 février 1968 par la marge confortable de 2 secondes 64. Elle décrocha plus tard une médaille d'argent en slalom (avec la permission de La Presse Canadienne Images).

Pour le Canada, Nancy Greene, se classa en meilleure position que lors des deux Jeux olympiques précédents puisqu'elle remporta l'or en slalom géant et l'argent en slalom. Elle descendit la piste de Chamrousse de 1610 m, composée de 63 portes, en 1 minute 51 secondes et 97 dixièmes et remporta l'or par la marge incroyable de 2 secondes et 64 dixièmes.

L'équipe de hockey amateur du Canada perdit contre les Soviétiques et les Finlandais et dut se contenter du bronze. La disgrâce du Canada en hockey, du moins perçue comme telle, incita le premier ministre Pierre Trudeau à ordonner une étude sur le fossé qui semblait s'ouvrir entre le hockey canadien et le hockey international et cela bien que l'origine de fossé puisse s'expliquer clairement : les meilleurs joueurs de hockey du Canada étaient tous des professionnels, et à ce titre, ils ne pouvaient pas se qualifier pour les Jeux olympiques.

Classement du Canada : 14e
Or : Nancy Greene, slalom géant
Argent : Nancy Greene, slalom
Bronze : L'équipe masculine de hockey du Canada

Jeux olympiques d'hiver de 1972 : Sapporo, Japon (3 au 13 février)

Ce furent les premiers Jeux à se tenir à l'extérieur de l'Europe ou de l'Amérique du Nord. La controverse portant sur le débat entre athlètes professionnels et amateurs fut ranimée avant le début des Jeux lorsque le président du COI, Avery Brundage, interdit à la supervedette de ski autrichienne Karl Schranz de participer aux Jeux pour avoir accepté de l'argent de ses commanditaires. Parallèlement, Avery Brundage refusa d'appliquer les mêmes sanctions aux joueurs de hockey de l'Union soviétique et de la Tchécoslovaquie. Le Canada refusa de prendre part aux épreuves de hockey sur glace, pour protester contre l'hypocrisie des règlements en matière d'admissibilité. L'équipe de saut à skis du Japon remporta la toute première médaille d'or du Japon; Yukio Kasaya devint instantanément héros national. Le Canada ne remporta qu'une seule médaille, celle d'argent décernée à Karen Magnussen en patinage artistique.

Classement du Canada : 17e
Argent : Karen Magnussen, patinage artistique

Jeux olympiques d'hiver de 1976 : Innsbruck, Autriche (4 au15 février)

Les Jeux olympiques d'hiver de 1976 avaient été attribués à Denver au Colorado (pour commémorer le deux-centième anniversaire de l'indépendance américaine), mais les électeurs de Denver décidèrent de voter contre l'utilisation des fonds publics pour couvrir les frais des Jeux, du jamais vu ! Les Jeux eurent donc lieu une nouvelle fois à Innsbruck en Autriche, qui avait conservé la plupart des installations ayant servi aux Jeux de 1964. Les Jeux furent marqués par les vicissitudes climatiques et par une épidémie de grippe chez les athlètes. La Soviétique Galina Kulakova, huit fois médaillée, fut disqualifiée pour avoir utilisé un vaporisateur nasal, elle qui souffrait d'un rhume.

Kathy Kreiner
Le 13 février 1976, lors des Jeux olympiques d'Innsbruck, en Autriche, Kathy Kreiner remporta la médaille d'or en slalom géant. Sa médaille fut la seule médaille d'or remportée par le Canada en 1976. Cette victoire fera d'elle la plus jeune skieuse de tous les temps à remporter l'or (avec la permission du Temple de la renommée des sports du Canada/X981.625.1.16).

La Canadienne Kathy Kreiner, remporta le slalom géant avec quelques centièmes de secondes d'avance seulement devant la favorite, l'Allemande Rosi Mittermaier. L'épreuve de danse en patinage artistique fut présentée pour la première fois lors de ces Jeux. Une fois de plus, le Canada boycotta les épreuves de hockey que remportèrent les Soviétiques, de plus en plus habiles.

Classement du Canada : 11e
Or : Kathy Kreiner, slalom géant
Argent : Catherine Priestner, patinage de vitesse (500 m)
Bronze : Toller Cranston, patinage artistique

Jeux olympiques d'hiver de 1980 : Lake Placid, New York (13 au 24 février)

Du point de vue de leur organisation, les Jeux olympiques de Lake Placid de 1980 furent une catastrophe; de nombreux spectateurs furent bloqués dans un froid polaire parce que les autobus étaient en panne, mais pour les équipes américaines, ce fut la victoire sur toute la ligne. Eric Heiden remporta les cinq épreuves de patinage de vitesse et l'équipe américaine de hockey, classée 7e, connut le miracle de la glace en battant l'équipe soviétique favorite et en gagnant l'or. L'équipe canadienne finit 6e. Le Suédois Ingemar Stenmark, qui avait remporté le plus grand nombre de Coupes du monde dans l'histoire du ski, gagna à la fois le slalom et le slalom géant. Pour le Canada, parmi les faits marquants, il faut noter une médaille de bronze en ski alpin, pour Steve Podborski et une médaille d'argent en patinage de vitesse pour Gaetan Boucher.

Classement du Canada : 13e
Argent : Gaetan Boucher, patinage de vitesse (1000 m)
Bronze : Steve Podborski, ski alpin

Jeux olympiques d'hiver de 1984 : Sarajevo, Yougoslavie (8 au 19 février)

En 1984, les athlètes se donnèrent rendez-vous à Sarajevo, en Yougoslavie, ce fut l'unique fois qu'un pays socialiste accueillit les Jeux. Il est communément admis que le fait saillant de ces jeux fut la danse libre, le Boléro, exécutée par Torvil et Dean, patineurs britanniques à qui 12 juges attribuèrent une note de 10. La Yougoslavie remporta une médaille d'argent grâce au skieur Jure Franco en slalom géant. En 1992, en raison de la guerre civile, toutes les installations du site olympique n'étaient plus que ruines.

Gaetan Boucher
Le 14 février 1984, le patineur de vitesse Gaëtan Boucher remporta la première de deux médailles d'or, aux 1000 m aux Jeux olympiques de Sarajevo, dans l'ancienne Yougoslavie. Il décrocha la deuxième médaille d'or deux jours plus tard, aux 1500 m. Les Jeux olympiques de Sarajevo de 1984 furent l'occasion pour le patineur de revenir à la compétition après s'être cassé la cheville l'année précédente et d'enregistrer une des meilleures performances jamais accomplies par un athlète olympique canadien (avec la permission de La Presse Canadienne Images).

Pour le Canada, Brian Orser remporta la médaille d'argent, la meilleure performance exécutée par un patineur artistique canadien. Gaetan Boucher remporta deux médailles d'or et une médaille de bronze en patinage de vitesse, avec la meilleure performance canadienne dans cette discipline.

Classement du Canada : 9e
Or : Gaetan Boucher, patinage de vitesse (1000 m et 1500 m)
Argent : Brian Orser, patinage artistique
Bronze : Gaetan Boucher, patinage de vitesse (500 m)

Jeux olympiques d'hiver de 1988 : Calgary, Alberta (13 au 28 février)

Les Jeux de Calgary de 1988 furent très populaires auprès des athlètes et des spectateurs quoique les conditions sur certains sites laissaient à désirer. Davantage d'épreuves alpines furent présentées pour la première fois, notamment le super-g et le combiné alpin. Des équipes en combiné nordique et en saut à skis participèrent pour la première fois à des Jeux d'hiver. Le scénario des Jeux olympiques d'été de Montréal se reproduisit à Calgary puisque le Canada, pays hôte, ne réussit pas à décrocher l'or, en dépit du fait que 19 Canadiens et Canadiennes se classèrent parmi les huit premiers finalistes.

La plus grande déception fut assurément celle ressentie en patinage artistique, lorsque Brian Orser dut s'incliner devant l'Américain Brian Boitano et dire adieu à la médaille d'or. « Je n'ai pas remporté de médaille d'or aux Jeux olympiques organisés par le Canada », déclara l'athlète qui pleurait en montant sur le podium. Elizabeth Manley, remporta la médaille d'argent en patinage artistique après une époustouflante performance en style libre comprenant cinq triples sauts; Tracy Wilson et Robert McCall remportèrent le bronze en danse. L'équipe de hockey du Canada, une fois de plus, ne monta pas sur le podium. Lors de la cérémonie de clôture, le président du CIO, Juan Samaranche, déclara que Calgary avait organisé les meilleurs Jeux olympiques de toute l'histoire des Jeux d'hiver.

Classement du Canada : 12e
Argent : Brian Orser, patinage artistique; Elizabeth Manley, patinage artistique
Bronze : Robert McCall et Tracy Wilson, patinage artistique, catégorie danse; Karen Percy, super-g et ski alpin

Jeux olympiques d'hiver de 1992 : Albertville, France (8 au 23 février)

Les Jeux d'Albertville, en France, de 1992 furent suivis deux ans plus tard seulement par les Jeux de Lillehammer en Norvège. Cela s'explique par le fait que l'on voulait que les Jeux d'été et d'hiver ne se déroulent pas la même année. Lors de ces Jeux, le ski acrobatique, le patinage de vitesse sur courte piste et le biathlon chez les femmes firent leur entrée dans les disciplines olympiques. L'équipe de hockey fut de retour sur le podium avec une médaille d'argent. Kerrin Lee-Gartner devint la première Canadienne à remporter la médaille d'or en ski alpin sur la difficile piste de Méribel. L'équipe canadienne remporta aussi des médailles dans des disciplines présentées hors-concours, le curling et le ski acrobatique.

Kerrin Lee-Gartner
Kerrin Lee-Gartner battit la skieuse américaine Hilary Lindh sur un parcours de descente jugé l'un des plus difficiles et des plus dangereux jamais conçus pour des Jeux olympiques et remporta la médaille d'or à Albertville, le 15 février 1992. Surmontant ses blessures pour descendre la course de sa vie, Kerrin Lee-Gartner fut la première athlète olympique canadienne à remporter une médaille d'or en ski alpin (avec la permission de La Presse Canadienne Images).

Classement du Canada : 9e
Or : Angela Cutrone, Sylvie Daigle, Nathalie Lambert et Annie Perreault, patinage de vitesse en relais (hors-concours); Kerrin Lee-Gartner, ski alpin
Argent : L'équipe masculine de hockey du Canada; Frédéric Blackburn, patinage de vitesse sur courte piste (1000 m); Frédéric Blackburn, Laurent Daignault, Michel Daignault, Sylvain Gagnon et Mark Lackie, patinage de vitesse en relais sur courte piste (5000 m)
Bronze : Myriam Bédard, biathlon (15 km); Isabelle Brasseur et Lloyd Eisler, patinage artistique en couple

Jeux olympiques d'hiver de 1994 : Lillehammer, Norvège (12 au 27 février)

L'éclatant succès des Jeux olympiques de Lillehammer ne fut terni que par la frénésie médiatique qui entoura le scandale opposant Tonya Harding à Nancy Kerrigan. Pour la première fois, les anciens états soviétiques, devenus depuis indépendants, comme l'Ukraine, la Russie et la Géorgie, prirent part à ces jeux. Les équipes canadiennes connurent un beau succès puisqu'elles repartirent avec 13 médailles, notamment deux médailles d'or remportées par Myriam Bédard en biathlon. Les performances olympiques d'Elvis Stoiko à Lillehammer furent nettement supérieures à celles de ses rivaux, mais les juges ne s'étaient pas encore fait à son style et il dut se contenter de la médaille d'argent. L'équipe masculine de hockey remporta la dernière médaille du Canada, s'inclinant devant la Suède, lors d'un match de finale très émouvant, conclu sur des tirs de barrage.

 Jean-Luc Brassard
Jean-Luc Brassard remporta la première médaille d'or du Canada en ski acrobatique aux Jeux olympiques de Lillehammer, le 16 février 1994. Portant des pièces de tissu jaune aux genoux pour attirer l'attention sur sa technique remarquable, Jean-Luc Brassard devança son rival russe Sergei Shupletsov par 0,34 point seulement (avec la permission de La Presse Canadienne Images).

Classement du Canada : 6e
Or : Miriam Bédard, biathlon (7,5 et 15 km); Jean-Luc Brassard, bosses
Argent : L'équipe masculine de hockey du Canada; Susan Auch, patinage de vitesse (500 m); Nathalie Lambert, patinage de vitesse sur courte piste (1000 m); Christine Boudrias, Isabelle Charest, Sylvie Daigle et Nathalie Lambert, patinage de vitesse en relais (3000 m); Elvis, patinage artistique; Philippe Laroche, ski acrobatique
Bronze : Isabelle Brasseur et Lloyd Eisler, patinage artistique en couple; Marc Gagnon, patinage de vitesse sur courte piste (1000 m); Edi Podivinsky, ski alpin; Lloyd Langlois, ski acrobatique

Jeux olympiques d'hiver de 1998 : Nagano, Japon (7 au 22 février)

Le mauvais temps sema la zizanie lors des épreuves de ski aux Jeux olympiques de Nagano de 1998. Ces Jeux furent marqués par un double coup de théâtre en hockey puisque d'une part, les joueurs professionnels (à savoir ceux qui faisaient partie de la LNH) furent autorisés à participer aux Jeux et que d'autre part, une équipe féminine de hockey y prit part. Malgré les nouveaux développements longtemps attendus, l'équipe masculine de hockey non seulement ne réussit pas à dominer le tournoi, mais ne monta même pas sur le podium. Ross Rebagliati remporta la première médaille d'or jamais décernée en surf des neiges, mais fut disqualifié pour avoir fumé un joint et testé positif; le comité lui rendra sa médaille quelques jours plus tard. Les bobbeurs Pierre Lueders et Dave MacEachern partagèrent la première médaille d'or jamais décernée à deux équipes, avec l'équipe italienne.

Catriona LeMay Doan
La vedette canadienne de patinage de vitesse, Catriona LeMay Doan, remporta la première de ses deux médailles d'or à Nagano, aux 500 m, le 13 février 1998. Dans une course contre sa concitoyenne et partenaire d'entraînement Susan Auch, Catriona LeMay Doan remporte la victoire avec une avance de 0, 03 seconde. Elle remportera également une médaille de bronze aux 1000 m (avec la permission de La Presse Canadienne Images).

Classement du Canada : 5e
Or : Pierre Lueders et David MacEachern, bobsleigh deux hommes; Janice Betker, Marcia Gudereit, Atina Johnston, Joan Elizabeth McCusker et Sandra Schmirler, curling femmes; Catriona Le May Doan, patinage de vitesse (500 m); Éric Bédard, Derrick Campbell, François Drolet et Marc Gagnon, patinage de vitesse en relais sur courte piste (5000 m); Annie Perreault, patinage de vitesse sur courte piste (500 m); Ross Rebagliati, surf des neiges en slalom géant
Argent : L'équipe masculine de hockey du Canada; Mike Harris, Richard Hart, George Karrys, Collin Mitchell et Paul Savage, curling hommes; Susan Auch, patinage de vitesse (500 m); Jeremy Wotherspoon, patinage de vitesse (500 m); Elvis Stoiko, patinage artistique
Bronze : Catriona LeMay Doan, patinage de vitesse (1000 m); Kevin Crockett, patinage de vitesse (500 m); Éric Bédard, patinage de vitesse (1000 m); Christine Boudrias, Isabelle Charest, Annie Perreault et Tania Vicent, patinage de vitesse sur courte piste en relais (3000 m)

Jeux olympiques d'hiver de 2002 : Salt Lake City (8 au 24 février)

L'attribution des Jeux olympiques à Salt Lake City de 2002 fut ternie par le plus grand scandale de l'histoire des Jeux, puisqu'il devint de notoriété publique que plusieurs membres du CIO avaient vendu leur vote au plus offrant. Pour les athlètes canadiens, les Jeux de Salt Lake furent les meilleurs de l'histoire des Jeux olympiques d'hiver. Le Canada se classa au 4e rang pour le nombre de médailles derrière l'Allemagne, les États-Unis et la Norvège, avec un total de 17 médailles. Les athlètes canadiens remportèrent 6 médailles d'or, 3 d'argent et 8 de bronze. Le couronnement du Canada fut assurément les médailles d'or remportées à la fois par l'équipe féminine de hockey et par l'équipe masculine de hockey.

La victoire de l'équipe masculine ne fut pas acquise aussi facilement que celle de l'équipe féminine; l'équipe menée par le capitaine Mario Lemieux, avait mal commencé le tournoi, perdant devant les Suédois, 5 à 2, et comptabilisant un match nul devant les Tchèques, 3 à 3. Dans un match serré contre les Américains, les Canadiens l'emportèrent pas 5 à 2, empochant ainsi la médaille d'or, 50 ans jour pour jour après la victoire des Mercurys d'Edmonton.

 Jamie Salé et David Pelletier
La performance exécutée par le couple de patineurs artistiques, Jamie Salé et David Pelletier, lui valut de remporter la médaille d'or aux Jeux olympiques de Salt Lake City, le 11 février 2002. À la suite d'un scandale sur l'attribution des notes par les juges, le couple partagea la médaille d'or avec les patineurs russes, Bereznaya et Sikharulidze. Ce fut la première médaille d'or jamais remportée par le Canada dans cette épreuve (avec la permission de La Presse Canadienne Images).

En patinage artistique, Jamie Salé et David Pelletier, partagèrent la médaille d'or avec les patineurs russes Bereznaya et Sikharulidze à la suite d'un scandale sur l'attribution des notes par les juges. De 1964 à Innusbruck à 1998, à Nagano, soit dix Olympiades consécutives, sans interruption aucune, les Russes avaient toujours régné sur le patinage artistique en couple et remporté l'or. Les acrobates Veronica Brenner et Deidra Dionne devinrent les premières Canadiennes à remporter des médailles en ski, style libre, remportant respectivement l'argent et le bronze. Ce furent les patineurs de vitesse canadiens qui contribuèrent le plus au nombre de médailles, remportant huit médailles en tout. Le patineur sur courte piste Marc Gagnon devint l'athlète olympique canadien le plus décoré de tous les Jeux olympiques d'hiver de tous les temps en remportant l'or aux 500 m, l'or en relais avec ses coéquipiers Jonathan Guilmette, François-Louis Tremblay et Mathieu Turcotte et le bronze aux 1500 m. Le nombre de médailles olympiques remportées par Marc Gagnon entre 1994 et 2002 dépasse celui de Gaetan Boucher qui totalisa 4 médailles en tout. La patineuse de vitesse Clara Hughes, fut la première athlète canadienne à remporter une médaille aux Jeux d'été et une médaille aux Jeux d'hiver. En 1996, Clara Hughes avait remporté deux médailles de bronze en cyclisme.

Classement du Canada : 4e
Or : L'équipe masculine de hockey du Canada; l'équipe de hockey féminine du Canada; Marc Gagnon, patinage de vitesse sur courte piste (500 m); Catriona LeMay Doan, patinage de vitesse (500 m); Éric Bédard, Marc Gagnon, Jonathan Guilmette, François-Louis Tremblay et Mathieu Turcotte, patinage de vitesse en relais (5000 m); David Pelletier et Jamie Salé, patinage artistique en couple; Beckie Scott, ski de fond
Argent : Donald Bartlett, Kevin Martin, Carter Rycroft, Kenneth Tralnberg et Donald Walchuk, curling hommes; Jonathan Guilmette, patinage de vitesse sur courte piste (500 m); Veronica Brenner, ski acrobatique
Bronze : Diane Dezura, Kelley Law, Cheryl Noble, Julie Skinner et Georgina Wheatcroft, curling femmes; Marc Gagnon, patinage de vitesse sur courte piste (1500 m); Isabelle Charest, Marie-Eve Drôlet, Amélie Goulet-Nadon, Alanna Kraus et Tania Vicent, patinage de vitesse sur courte piste en relais (3000 m); Mathieu Turcotte, patinage de vitesse sur courte piste (1000 m); Cindy Klassen, patinage de vitesse (3000 m); Clara Hughes, patinage de vitesse (5000 m); Deidra Dionne, ski acrobatique

Jeux olympiques d'hiver de 2006 : Turin, Italie (10 au 26 février)

Le Canada envoya sa plus large délégation d'athlètes (196) et les équipes canadiennes remportèrent le plus grand nombre de médailles (24) à Turin en Italie. Jennifer Heil, ski en style libre, remporta la première médaille du Canada le premier jour des Jeux, en bosses chez les femmes. Huit des médailles furent remportées en patinage de vitesse sur longue piste et Cindy Klassen devint la première Canadienne à remporter cinq médailles au cours de la même Olympiade, qui s'ajoutèrent à celles qu'elle avait remportées en 2002, devenant ainsi l'athlète olympique la plus décorée de tous les temps.

L'équipe féminine de hockey défendit avec succès son titre de championne olympique, titre qu'elle avait remporté en 2002. L'équipe masculine de hockey, la crème des joueurs de la LNH, qui à eux seuls totalisaient plus des 320 buts marqués dans la ligue pour la saison en cours, sembla perdre un peu de sa grâce et fut éliminée aux quarts de finale. L'ancien bobbeur Duff Gibson de Calgary devint le plus vieil athlète olympique (39 ans) à remporter l'or en épreuve individuelle (skeleton).

 Cindy Klassen
La patineuse de vitesse, Cindy Klassen, remporta l'or aux 1500 m, le 22 février 2006. Cette médaille sera suivie de trois autres médailles au cours des Jeux de Turin. Elle deviendra ainsi l'athlète canadienne olympique (d'hiver) la plus médaillée du Canada, battant le record de Marc Gagnon établi en 2002. (avec la permission de La Presse Canadienne Images).

Classement du Canada : 3e
Or : Duff Gibson, skeleton; Mike Adam, Brad Gushue, Russ Howard, Jamie Korab et Mark Nichols, curling hommes; équipe féminine de hockey du Canada; Clara Hughes, patinage de vitesse (5000 m); Cindy Klassen, patinage de vitesse (1500 m); Chandra Crawford, ski de fond, sprint; Jennifer Heil, bosses
Argent : Lascelles Brown et Pierre Lueders, bobsleigh; Jeff Pain, skeleton; Kristina Groves, patinage de vitesse (1500 m); Alanna Kraus, Anouk Leblanc-Boucher, Amanda Overland, Kalyna Roberge et Tania Vicent, patinage de vitesse sur courte piste en relais (3000 m); Arne Dankers, Steven Elm, Dennis Morrison, Jason Parker et Justin Warsylewicz, patinage de vitesse sur courte piste en relais; Kristina Groves, Clara Hughes, Cindy Klassen, Christine Nesbitt, Shannon Rempel, patinage de vitesse sur courte piste en relais; Cindy Klassen, patinage de vitesse (1000 m); Éric Bédard, Jonathan Guilmette, Charles Hamelin, François-Louis Tremblay et Mathieu Turcotte, patinage de vitesse sur courte piste en relais (5000 m); François-Louis Tremblay, patinage de vitesse sur courte piste (500 m); Sara Renner et Beckie Scott, ski de fond en équipe, sprint
Bronze : Mellisa Hollingsworth, skeleton; Glenys Bakker, Sandra Jenkins, Christine Keshen, Shannon Kleibrink et Amy Nixon, curling femmes; Jeffrey Buttle, patinage artistique; Cindy Klassen, patinage de vitesse (3000 et 5000 m); Anouk Leblanc-Boucher, patinage de vitesse sur courte piste (500 m); Dominique Maltais, snowboardcross.

James Marsh


Liens externes