Leonard Cohen

Leonard Cohen, poète, romancier et auteur-compositeur (né le 21 septembre 1934 à Montréal, au Québec; décédé le 7 novembre 2016 à Los Angeles, en Californie). Leonard Cohen était l'un des écrivains canadiens les plus influents et les plus populaires des années 60, et ses chansons ont fait de lui une vedette de réputation internationale.

Leonard Cohen, musician
Cohen était déjà l'un des écrivains canadiens les plus influents et les plus populaires avant que ses chansons ne lui valent une renommée internationale (photo d'Alexander W. Thomas).

Leonard Cohen, poète, romancier et auteur-compositeur (né le 21 septembre 1934 à Montréal, au Québec; décédé le 7 novembre 2016 à Los Angeles, en Californie). Leonard Cohen était l'un des écrivains canadiens les plus influents et les plus populaires des années 60, et ses chansons ont fait de lui une vedette de réputation internationale. Malgré de longs séjours en Grèce et en Californie, Montréal imprègne l'ensemble de l'œuvre de cet artiste issu d'une famille aisée de Westmount également associé à une communauté bouddhiste zen de Los Angeles. Après des études à l'Université McGill et à l'Université Columbia, il se consacre à plein temps à l'écriture et à la scène. Son premier recueil de poésie, Let us Compare Mythologies, paraît en 1956.

Sa première période de création intense dure environ de 1960 à 1965, avec des temps forts marqués par la parution de recueils de poésie, The Spice-Box of Earth (1961) et Flowers for Hitler (1964; trad. Poèmes et chansons, 1976), et des œuvres de fiction, The Favourite Game (1963; trad. The Favourite Game, 1971) et Beautiful Losers (1966; Les perdants magnifiques, 1972). En 1968, son premier 33 tours, The Songs of Leonard Cohen, lance sa carrière musicale. La même année, ses Selected Poems lui valent le Prix du Gouverneur-général la même année, mais il le refuse. Au cours des années 70, son œuvre littéraire est sporadique et hésitante. The Energy of Slaves (1972; trad. L'énergie des esclaves, 1974) réunit des « anti-poèmes » où il rejette sa propre stature d'un poète et la place qu'elle lui confère, tandis que Death of a Lady's Man (1978; trad. Mort d'un séducteur, 1980) comprend à la fois des poèmes originaux et des commentaires, souvent amers et ironiques. Book of Mercy (1984; trad. Le livre de la miséricorde, 1985) réaffirme la richesse de sa langue et ramène dans l'œuvre un ton quasi religieux empreint de vénération et de respect.

Les enregistrements de Leonard Cohen restent d'une grande qualité, surtout Songs of Love and Hate (1971), New Skin for the Old Ceremony (1974), Death of a Lady's Man (sorti en 1977 en collaboration avec le producteur de génie Phil Spector) et Recent Songs (1979). Au milieu des années 80, sa carrière repart de façon spectaculaire avec une série d'albums majeurs : Various Positions (1985), I'm Your Man (1988) et The Future (1992). Il effectue en 1988 et en 1993 de grandes tournées européennes et nord-américaines qui donnent lieu à un nouvel album, Cohen Live: Leonard Cohen in Concert (1994). Suivent plusieurs autres albums live, y compris de concerts plus anciens (Live at the Isle of Wight, 1970, sorti en 2009), ainsi que des enregistrements en studio : Ten New Songs (2001), Dear Heather (2004) et Old Ideas (2012). Parallèlement, certains artistes manifestent un regain d'intérêt pour son œuvre et interprètent ses chansons, notamment Jennifer Warnes, qui reprend Famous Blue Raincoat (1986), tandis que d'autres lui consacrent deux albums hommage : I'm Your Fan (1991) et Tower of Song (1995). Sur son album de 2004 intitulé Hymns of the 49th Parallel, puis à la cérémonie des Juno de 2005 à Winnipeg comme à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de 2010 à Vancouver, k.d. lang interprète de façon aussi puissante qu'éblouissante Halleluja, l'hymne pop de Leonard Cohen.

Un recueil important d'œuvres de Leonard Cohen, Stranger Music: Selected Poems and Songs (trad. Musique d'ailleurs, 1994) paraît en 1993. La même année, l'artiste reçoit le Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène, tandis qu'un premier colloque universitaire lui est entièrement consacré, à Red Deer, en Alberta. En 1994, un recueil d'essais, Take This Waltz : A Celebration of Leonard Cohen, est publié à l'occasion de son 60e anniversaire. L'œuvre de Cohen est abondamment traduite, et il est très populaire en France, en Allemagne, en Scandinavie et aux Pays-Bas. Bien que sa carrière musicale occupe le premier plan, Leonard Cohen a continué d'écrire de la poésie. Book of Longing, paru en 2007, est un recueil de poèmes écrits au cours des cinq années qu'il a passées dans un monastère zen, en Californie du Sud, et lors de séjours à Los Angeles, Montréal et Mumbai.

En plus du Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène (qu'il refuse), Leonard Cohen a été intronisé au Temple Juno de la renommée et fait officier de l'Ordre du Canada en 1991 (élevé au rang de compagnon en 2003). Il est également entré au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens en 2006 et il s'est vu décerner en 2012 le Prix Glenn-Gould pour l'ensemble de sa carrière dans les arts.

Bien que le public voie souvent en Cohen un poète de l'amour romantique, auteur des paroles exquises de The Spice-Box of Earth, sa vision du monde peut aussi être sombre et désespérée. D'ascendance juive, Cohen a toujours été pleinement conscient de l'Holocauste, et les images du génocide nazi, omniprésentes, marquent profondément son œuvre. La poésie, la religion, le sexe, la mort, la beauté et le pouvoir s'entremêlent, servis par une langue sensuelle et par un sens de l'humour noir, délirant et souvent choquant. Cohen célèbre la destruction de soi et le renoncement au pouvoir.

La dureté de cette vision sans concession atteint son paroxysme dans Beautiful Losers, ce roman extraordinaire, à la fois historique, surréaliste, religieux et obscène, comique et mystique. Beautiful Losers reste le plus radical - et le plus beau - roman expérimental publié au Canada. Ses chansons tendent à être plus douces, moins absolues dans leur vision. Même dans les prédictions apocalyptiques d'une chanson comme « The Future », le pessimisme de Cohen est tempéré par le plaisir évident qu'il prend à faire de la musique. Si Beautiful Losers est le chef-d'œuvre de Cohen, la déclaration la plus claire qu'il ait jamais faite pour mieux définir la vision dominante de son œuvre est celle du dernier vers de sa chanson « The Window », dans Recent Songs :

Then lay your rose on the fire

The fire give up to the sun

The sun give over to splendour

In the arms of the High Holy One

For the Holy One dreams of a letter

Dreams of a letter's death

Oh bless the continuous stutter

Of the word being made into flesh

Pose ta rose sur le feu

Abandonne le feu au soleil

Le soleil se donne à la splendeur

Dans les bras très hauts de la Sainte Unité

Car la Sainte Unité rêve d'une lettre

Oh béni soit le bégaiement continu

Du verbe qui s'est fait chair

Seul Leonard Cohen pouvait concevoir un procédé par lequel le Verbe s'est fait chair comme un bégaiement - et lui seul pouvait bénir une telle intuition.

Voir également Leonard Cohen.


Les oeuvres sélectionnées de
Leonard Cohen

Music of
Leonard Cohen