Amateurs Typographes, Les

Vers la fin des années 1830, des membres de l'Union typographique de Québec fondent une compagnie de théâtre qu'ils nomment Les Amateurs Typographes. Sous la direction d'Aimé-Nicolas dit Napoléon Aubin, la troupe poursuit ses activités jusqu'en 1876.

Amateurs Typographes, Les

Vers la fin des années 1830, des membres de l'Union typographique de Québec fondent une compagnie de théâtre qu'ils nomment Les Amateurs Typographes. Sous la direction d'Aimé-Nicolas dit Napoléon Aubin, la troupe poursuit ses activités jusqu'en 1876. Né en Suisse, Aubin passe par les États-Unis avant d'arriver à Québec, en janvier 1835, où il est correspondant pour le journal montréalais La Minerve. Il épouse la fille du notaire Michel-Flavien Sauvageau, en 1841, et se lie d'amitié avec quelques anciens membres de la troupe des JEUNES MESSIEURS CANADIENS.

À titre de journaliste, de typographe et de directeur de théâtre, Aubin épouse les idées républicaines et socialistes et est emprisonné en 1839 pour avoir rédigé et publié un poème dans lequel il soutient les PATRIOTES de 1837. C'est aussi en 1939 qu'il met en scène La Mort de César, de Voltaire, ainsi qu'une pièce de son cru, Le Chant des ouvriers. Cette dernière provoque un tel tonnerre d'applaudissements que la police craint un nouveau soulèvement.

En plus de présenter des oeuvres de dramaturges français, Les Amateurs Typographes interprètent des pièces locales : Le Soldat français (1839) de Leblanc de Marconnay, La Donation (1842) de Pierre Petitclair, À quelque chose malheur est bon (1863) de Jules-Fabien Gingras, et Les Vengeances (1876) de Pamphile Le May.