Les Plouffe

Les Plouffe (1948), roman de Roger Lemelin, dans lequel l'auteur dresse, avec humour, un portrait très juste de la classe ouvrière de la basse-ville de Québec.

\u00ab La famille Plouffe \u00bb
Dans \u00ab La famille Ploufle \u00bb, Lemelin trace avec délicatesse un portrait \u00e0 la fois satyrique et élogieux de la culture populaire locale et fait ressortir le mélange des influences américaine et catholique (avec la permission des Biblioth\u00e8que et Archives Canada).

Les Plouffe (1948), roman de Roger Lemelin, dans lequel l'auteur dresse, avec humour, un portrait très juste de la classe ouvrière de la basse-ville de Québec. La saga de la famille Plouffe couvre la période de la Seconde Guerre mondiale et présente, dans la tradition socio-réaliste, des personnages inoubliables : Ovide, le sensible, qui hésite entre la religion et l'amour; Guillaume, le farceur et, surtout, le héros sportif local; Cécile, la vieille fille aigrie; Théophile, l'inconditionnel « anti-Anglais »; le curé Folbèche, dissident de l'Église et patriote silencieux; et la belle Rita Toulouse. Les imbroglios de l'ambitieux journaliste Denis Boucher, ami d'Ovide et personnage principal du premier roman de Lemelin, sèment le trouble dans une communauté confrontée à la censure, à la conscription et aux syndicats militants catholiques. Peuplé de conducteurs de tramways, de typographes de journaux, de prêtres indiscrets et de voisins curieux, le récit de Lemelin est à la fois une satire et une éloge du mélange des influences américaines et catholiques dans la culture populaire locale. Traduite sous le titre The Plouffe Family (1950), l'histoire est adaptée pour la télévision en anglais et en français et diffusée sur les ondes de Radio-Canada, dans les années 50. Gilles Carle en fait un film en 1981.


En savoir plus // Roger Lemelin