Luke Anguhadluq

Luke Anguhadluq, artiste et membre du peuple utkuhikhalingmiut (né en 1895 près de Chantrey Inlet dans les Territoires du Nord‑Ouest [aujourd’hui le Nunavut]; décédé 8 février 1982 à Baker Lake dans les Territoires du Nord‑Ouest [aujourd’hui le Nunavut]).

Yellow Wolf
Pastel \u00e0 la cire sur papier, par Luke Anguhadluq, Baker Lake (Collection d'\u009cuvres d'art de l'Université \r\n\r\nde Lethbridge).

Luke Anguhadluq, artiste et membre du peuple utkuhikhalingmiut (né en 1895 près de Chantrey Inlet dans les Territoires du Nord‑Ouest [aujourd’hui le Nunavut]; décédé 8 février 1982 à Baker Lake dans les Territoires du Nord‑Ouest [aujourd’hui le Nunavut]). Les œuvres de Luke Anguhadluq ont été systématiquement présentes dans les catalogues imprimés de Baker Lake et il est aujourd’hui considéré comme un artiste canadien de premier plan.

Chasseur et chef

Tout au long de son enfance et au début de sa vie d’adulte, Luke Anguhadluq réside dans la région de la rivière Back dans les Territoires du Nord‑Ouest. Sa famille aurait conclu un accord, alors qu’il était encore jeune garçon, pour qu’il épouse sa cousine Jessie Oonark; toutefois, ce mariage ne se fera jamais. Au cours de sa vie, Luke Anguhadluq se marie trois fois, notamment avec l’artiste Marion Tuu'luq. Il a sept enfants ayant survécu à l’âge adulte, dont deux fils adoptifs. En 1953, chef respecté d’un camp patrilinéaire traditionnel utkuhikhalingmiut où réside sa famille élargie, il s’est bâti une réputation de grand chasseur. À la fin des années 1950, une famine frappe la région de la rivière Back, le forçant à déménager le camp familial à proximité du lac Schultz. Peu de temps après, la famille déménage à nouveau aux alentours du lac Whitehills avant de se fixer définitivement à Baker Lake en 1961. Luke Anguhadluq est connu pour s’être pleinement consacré au maintien d’un style de vie traditionnel sur les terres où il habite avec sa famille, et ce, même après son installation à Baker Lake. Jusqu’en 1967, à l’âge de 72 ans, il continue à vivre dans un igloo durant l’hiver et dans une tente durant l’été.

Artiste

Après avoir déménagé à Baker Lake, Luke Anguhadluq, comme de nombreux autres Utkuhikhalingmiuts, prend l’habitude de passer du temps à la boutique d’artisanat où il s’approprie les matériaux artistiques qui y sont disponibles. Lorsqu’il commence à produire ses propres dessins et sculptures, son talent est rapidement reconnu. Au cours de sa carrière artistique, il crée de nombreux dessins, dont certains sont devenus des gravures et des sculptures. Ses œuvres tendent à restituer les images de sa vie sur les terres traditionnelles; certaines montrent des animaux sans présence humaine, des figures humaines solitaires chassant ou pêchant, ou des scènes de la vie communautaire et de la vie au camp. Il dessine souvent assis par terre, le papier posé entre ses jambes tendues, en tournant le dessin au fur et à mesure qu’il travaille. Il conçoit alors l’image qu’il est en train de produire comme une carte, tournant son regard vers son sujet, les bords du papier constituant une ligne d’horizon continue. Ses œuvres les plus célèbres sont celles qui restituent la danse du tambour.

Avant son décès en 1982, il refuse d’être enterré au cimetière anglican de Baker Lake, demandant plutôt à reposer sur sa colline favorite surplombant le hameau, là où, si souvent, il a scruté l’horizon pour repérer les caribous.