March de Normandie

March « de Normandie ». Une des plus anciennes compositions canadiennes à être encore exécutée assez régulièrement au XXe siècle (voir illustration de Composition pour harmonie).

March de Normandie

March « de Normandie ». Une des plus anciennes compositions canadiennes à être encore exécutée assez régulièrement au XXe siècle (voir illustration de Composition pour harmonie). Elle aurait été écrite, dit-on, pour accueillir à Québec le duc de Kent, père de la reine Victoria et commandant des Royal Fusiliers, pendant le séjour au Canada de ce régiment (août 1791-1801). Comme la pièce qui l'accompagne, un pas redoublé intitulé Royal Fusiliers Arrival at Quebec (1791), elle demeura dans l'ombre durant plus d'un siècle et quart. Après le dévoilement d'une plaque commémorative le 1er juillet 1928 à Québec pour rappeler le service au Canada des Royal Fusiliers, une dame nommée Elmire C. Pourtier présenta les manuscrits des deux oeuvres au régiment en 1929. La musique régimentaire exécuta la March « de Normandie » au cours d'un spectacle historique au Royal Tournament en 1930. Depuis lors, la marche est devenue le pas de parade du régiment (The British Grenadiers constituant le pas redoublé). Étant donné que la marche n'avait que 20 mesures sans compter les reprises, Tulip, le chef de musique, y ajouta une section médiane ou trio.

Dans Canadian Mosaic de J.M. Gibbon (Toronto 1938), et subséquemment dans le Catalogue of Canadian Composers, l'oeuvre est attribuée à F. Glackemeyer. Néanmoins, une enquête au musée régimentaire des Royal Fusiliers révéla qu'après leur acquisition, les deux manuscrits avaient été encadrés et qu'au bas de chacun d'eux était imprimé, présumément à la suggestion de Mme Pourtier : « composée par Charles Voyer de Poligny d'Argenson, notaire de Québec qui y mourut en 1820 ». Aucun des manuscrits ne porte le nom d'un compositeur, mais les deux semblent de la même main. Une mention sur la March « de Normandie » précise : « copiée par Jouve, chef de musique du duc de Kent ». Les deux marches sont notées dans des arrangements pour piano et sur le manuscrit de la March « de Normandie » figure aussi le début d'un Stabat mater pour choeur.

Les deux pièces ont été enregistrées par la musique centrale des Forces armées canadiennes (disque no 2, « The British », London SW-99559) et la March « de Normandie » par l'Ensemble Nouvelle-France (RCI 500).