Mark Messier

Mark Douglas Messier, alias « Moose », joueur de hockey (né le 18 janvier 1961 à Edmonton, en Alberta). Attaquant talentueux, ayant joué dans la Ligue nationale de hockey (LNH) pendant 25 saisons, Mark Messier se situe tout près de plusieurs records de saison régulière : il est troisième en points (1 887), huitième en buts (694), troisième en mentions d’aide (1 193) et deuxième en nombre de matchs joués (1 756). Reconnu pour son leadership, il a été capitaine des Oilers d’Edmonton, des Rangers de New York et des Canucks de Vancouver. Il a aussi remporté le trophée Hart en tant que joueur le plus utile aux Oilers en 1990 et aux Rangers en 1992. Mark Messier a remporté six coupes Stanley et a reçu le trophée Conn Smythe (en tant que joueur le plus utile durant les séries éliminatoires) en 1984 ; il est deuxième de tous les temps en buts (109), mentions d’aide (186) et points (295) durant les séries éliminatoires.

Mark Messier

Enfance et début de carrière au hockey

Mark Messier est le troisième des quatre enfants de Douglas et Mary-Jean Messier (née Dea). Douglas est un joueur de hockey professionnel qui joue au Canada, aux États-Unis et outremer. Son fils aîné, Paul, est né en 1958 à Nottingham, en Angleterre, tandis que Douglas joue pour les Panthers de Nottingham de la Ligue nationale britannique. La famille revient au Canada, et de 1960 à 1969 Douglas joue principalement dans la Ligue de hockey de l’Ouest pour les Totems de Seattle, les Flyers d’Edmonton et les Buckaroos de Portland.

Mark naît le 18 janvier 1961 à Edmonton, en Alberta (huit jours plus tôt que son futur camarade d’équipe des Oilers, Wayne Gretzky, qui naît à Brantford, en Ontario). Après que sa famille déménage à Portland, en Oregon, Mark commence à jouer au hockey au sein de l’Association de hockey amateur de Portland. Son père Douglas joue pour les Buckaroos et dirige à Portland des écoles de hockey que son fils fréquente. Comme son père et son grand frère Paul, Mark aime jouer au hockey et passe beaucoup de temps sur la glace, à jouer au hockey de rue ou à lancer une balle contre un mur. Quand la famille retourne à Edmonton, Mark, à sept ans, pratique avec l’équipe novice de son frère Paul, âgé de dix ans, et il est un des meilleurs joueurs sur la glace.

En 1976, à l’âge de 15 ans, Mark commence à jouer pour les Mets de Spruce Grove, de la Ligue de hockey junior de l’Alberta (AJHL) ; la saison suivante (1977-1978), il joue avec les Saints de St. Albert. Pendant ces deux saisons à l’AJHL, il enregistre un total de 140 points en 111 matchs. Il commence à être reconnu pour sa présence physique, cumulant 194 minutes de pénalité en 54 matchs, alors qu’il joue pour les Saints. Mark démontre rapidement ses capacités de leadership sur la glace et hors glace, s’adressant aux joueurs dans les vestiaires, avant que son père, entraîneur de l’équipe, livre son discours d’avant match.

Après son passage dans les Saints, Mark joint les Winter Hawks de Portland pour les séries éliminatoires de la Ligue de hockey de l’Ouest, ce qui lui interdit désormais de jouer au hockey au niveau post-secondaire. Son père lui a recommandé de ne pas jouer dans le système de hockey junior canadien précisément pour cette raison. L’éducation est importante aux yeux de Douglas, qui a joué au hockey à l’Université du Dakota du Nord en 1958-1959, a fréquenté l’Université de l’Alberta et a obtenu sa maîtrise en éducation de l’Université de Portland, alors qu’il jouait avec les Buckaroos. Son fils Paul joue au hockey à l’Université de Denver et, plus tard, joue neuf matchs dans la LNH avec les Rockies du Colorado. Mark, cependant, est déterminé à jouer au hockey junior A, même si cela doit se faire au dépens d’une place à l’université. La saison suivante (1978-1979), il devient professionnel, à 17 ans, et joue pour les Racers d’Indianapolis et les Stingers de Cincinnati de l’Association mondiale de hockey.

Mark Messier et les Oilers d’Edmonton

En 1979, Mark Messier est recruté par l’équipe de sa ville natale, les Oilers d’Edmonton. Il joue dur et il compte plus souvent avec ses poings qu’avec son bâton, mais il s’impose comme leader charismatique des jeunes talents des Oilers.

Mark Messier devient rapidement premier attaquant et, en 1981-1982, il compte 50 buts pour les offensives puissantes et rapides des Oilers, souvent assisté par son célèbre compagnon de première ligne, Glenn Anderson. Quand Mark se déplace au centre, durant la saison 1983-1984, il donne aux Oilers, avec Wayne Gretzky, la meilleure combinaison gauche-droite à cette position dans la Ligue. Les Oilers remportent leur première coupe Stanley en 1984 et Mark Messier, le leader physique et émotionnel reconnu de l’équipe, qui a prouvé sa valeur, reçoit le trophée Conn Smythe en tant que joueur le plus utile en série éliminatoire. Trois autres coupes s’ensuivent au cours des quatre années suivantes, jusqu’à ce que Wayne Gretzky soit échangé par les Kings de Los Angeles.

Mark Messier devient le capitaine des Oilers en 1988. Après avoir perdu devant les Kings durant les semi finales de la division Smythe en 1988-1989, les Oilers rebondissent et remportent la coupe Stanley en 1989-1990, leur cinquième en sept ans. Durant la saison régulière, Mark Messier enregistre un sommet de carrière avec 84 mentions d’aide et 129 points, et durant les séries éliminatoires, il est premier en points avec Craig Simpson, les deux étant nez à nez avec 31 points. Il remporte aussi le trophée Hart en tant que joueur le plus utile de la LNH et le prix Lester B. Pearson (aujourd’hui prix Ted Lindsay) pour le joueur le plus utile, selon le vote de l’Association des joueurs de la Ligue nationale de hockey.

Mark Messier et les Rangers de New York

Un différend contractuel conduit à l’échange de Mark Messier avec les Rangers de New York après la saison 1990-1991. Les Rangers veulent désespérément Mark pour ses talents de leader, sur la glace et dans les vestiaires, et le nomment capitaine pour son deuxième match avec l’équipe, leur match d’ouverture à domicile. Sa présence physique encourage ses collègues à améliorer leur jeu et les Rangers deviennent immédiatement des prétendants à la coupe Stanley. L’équipe termine la saison régulière en première place mais elle est défaite dans les finales de la division Patrick par les Penguins de Pittsburgh, éventuels champions de la coupe Stanley. Le jeu de Mark Messier lui mérite un autre trophée Hart la même année, en 1992. Il devient ainsi le deuxième joueur dans l’histoire de la LNH à remporter ce trophée avec deux équipes différentes (Wayne Gretzky a accompli le même exploit trois saisons auparavant avec les Kings). Mark Messier devient aussi le premier joueur de l’histoire de la LNH à gagner le trophée Lester B. Pearson (aujourd’hui trophée Ted Lindsay) avec deux équipes différentes.

Après une saison 1992-1993 décevante, où les Rangers échappent les séries éliminatoires, l’équipe termine première au classement général en 1993-1994. Mark Messier joue pendant la plus grande partie de la saison avec une blessure au poignet mais cela ne l’empêche pas de connaître une autre série éliminatoire remarquable, comptant un tour du chapeau contre les Devils du New Jersey pour remporter un sixième match crucial dans les finales du championnat de l’Est. Il compte ensuite le but gagnant de la coupe dans le septième match d’une finale captivante contre les Canucks de Vancouver. Les Rangers n’avaient pas obtenu de coupe Stanley depuis 54 ans, mais cette période est terminée. Mark Messier devient le premier joueur à obtenir deux coupes Stanley à titre de capitaine de deux franchises distinctes.

Mark Messier et les Canucks de Vancouver

Durant l’été 1997, Mark Messier quitte New York et signe en tant qu’agent libre avec les Canucks de Vancouver, et quand la nouvelle saison commence, il reprend son rôle de capitaine d’équipe. Incapable de retrouver son ancien taux de plus d’un point par match, Mark Messier prend, en tant que capitaine, la plus grande partie du blâme pour les difficultés de l’équipe. Entre 1996 et 2000, les Canucks échouent à participer aux séries éliminatoires, tandis que leur public décline.

Retour aux Rangers et retraite

Les Canucks de Vancouver rachètent le contrat de Mark Messier en 2000 et il retourne aux Rangers de New York, où il demeure pendant quatre autres années, reprenant son rôle de capitaine d’équipe et continuant à jouer un nombre important de minutes par match, alors qu’il est encore blessé. La saison 2003-2004 sera sa dernière. Il prend sa retraite en 2005, après le lockout de la LNH qui a fait annuler la saison 2004-2005. Il a 43 ans quand il joue son dernier match de saison régulière, perdu 3 à 4 pour les Sabres de Buffalo, le 31 mars 2004. Mark Messier a joué le deuxième plus grand nombre de matchs de saison régulière dans la LNH (1 756), seulement 11 de moins que Gordie Howe, et le plus grand nombre de matches de saison régulière et de séries éliminatoires (1 992).

Mark Messier avec Équipe Canada

Mark Messier est membre à part entière de trois équipes qui ont remporté la Coupe Canada (1984, 1987 et 1991) et de l’équipe qui a remporté la médaille d’argent de la Coupe mondiale (qui a remplacé la Coupe Canada) en 1996. Il a aussi aidé Équipe Canada à remporter une médaille d’argent au championnat mondial de la Fédération internationale de hockey sur glace de 1989.

Prix et distinctions

En 1992, une aréna de St. Albert, en Alberta, reçoit le nom de Mark Messier. Le 13 novembre 2006, la LNH crée le trophée Mark Messier, qui est offert chaque année au joueur « qui a donné le meilleur exemple de leadership à son équipe, sur glace et hors glace, pendant la saison régulière. » Parmi les récipiendaires, on retrouve Jarome Iginla, Sidney Crosby, Shane Doan et Jonathan Toews. La même année, le chandail de Mark Messier, le numéro 11, est retiré par les Rangers de New York.

Le 27 février 2007, l’aréna Mark Messier est réinauguré (dans le cadre d’un réaménagement), le jour même où le chandail de Mark Messier est retiré par les Oilers. Le jour précédent, une partie du chemin qui relie Edmonton à St. Albert est renommé Mark Messier Trail. Mark est introduit dans le Temple de la renommée du hockey la même année, et dans le Panthéon des sports canadiens en 2009. Il reçoit l’Ordre du Hockey au Canada de Hockey Canada en 2013.

Carrière après la retraite

Mark Messier demeure près de sa famille et du monde du hockey. Il est propriétaire de Runaway Hill Inn, sur l’île Harbour, aux Bahamas, qui est administré à tour de rôle par sa sœur Jen et son frère Paul. Il fait également des commerciaux pour Cold-fX et Lay’s Potato Chips.

De 2009 à 2013, Mark Messier est adjoint spécial du président et directeur général des Rangers de New York, Glen Sather. Puis, en 2014, il travaille pour les Oilers d’Edmonton en tant que conseiller spécial. Pendant la saison 2014-2015 de la LNH, il est l’ambassadeur de hockey de la LNH pour Rogers GameCentre LIVE et, à l’occasion, analyste pour la couverture de la LNH par Sportsnet. Sur la scène internationale, Mark dirige l’équipe canadienne vers une médaille d’argent à la coupe Spengler 2010 à Davos, en Suisse, et il est directeur général du Canada au championnat du monde de hockey sur glace de 2010 en Allemagne (le Canada a perdu en quart de finale).

Activités caritatives

Mark Messier s’engage dans des activités caritatives au Canada et aux États-Unis. Il contribue à récolter plus d’un million de dollars pour le centre médical de l’Université Hackensack au New Jersey, et il court le marathon de la ville de New York en 2011 afin d’amasser des fonds pour le Tomorrows children Fund et le New York Police & Fire Widows’ & Children’s Benefit Fund. Mark Messier anime également des campagnes de financement caritatives, incluant The Legends Experience du Kinsmen Club d’Edmonton. De plus, avec sa sœur Mary-Kay, vice-présidente marketing chez Bauer Hockey, il participe à Première Présence, un programme de hockey de six semaines qui fournit à des enfants canadiens de l’équipement et un encadrement à coût raisonnable.