Simmons, Mary

Mary Simmons. Soprano (Philadelphie, 29 juillet 1928). Elle étudia le violon à Philadelphie avec Louis Angeloty pendant dix ans et le chant à New York avec Therese Schnabel. Elle reçut la bourse Marian Anderson en 1945 et 1946.

Simmons, Mary

Mary Simmons. Soprano (Philadelphie, 29 juillet 1928). Elle étudia le violon à Philadelphie avec Louis Angeloty pendant dix ans et le chant à New York avec Therese Schnabel. Elle reçut la bourse Marian Anderson en 1945 et 1946. Elle chanta pour la première fois au Canada en 1946 avec le TSO, et revint en 1947 à titre d'invitée du Toronto Jewish Folk Choir et du TSO sous la direction d'Emil Gartner. Suivirent des récitals à la SRC et à son service international. En 1953, elle chanta le rôle titre dans la diffusion de Turandot par la CBC Opera Company. En 1954, elle fit ses débuts au concert à New York et ses débuts à la scène (Magda dans Le Consul) à Cleveland. En 1955, elle revint à nouveau au Canada comme soliste au TSO. Elle rencontra alors l'homme d'affaires Jack Bernstein, qu'elle allait épouser, se fixant à Toronto après son mariage. Considérée comme une remarquable interprète du lied, en particulier de l'intégrale du Voyage d'hiver de Schubert (1968, 1977), elle s'est surtout produite en récital, comme soliste avec orchestre et à la radio de la SRC (« Artistes de renom », etc.). En 1956, elle chanta au concert final de sir Ernest MacMillan avec le TSO, une interprétation de la IXe Symphonie de Beethoven. Parmi ses quelques rôles d'opéra au Canada figurentle rôle titre de Turandot (1953), Cressida dans Troilus and Cressida de Walton (1957) avec le CBC Opera, Santuzza dans Cavalleria rusticana (1961) et Sieglinde dans Die Walküre (1962) avec la COC, et Donna Elvira dans Don Giovanni (1964) avec l'Opera Guild de Montréal. Elle chanta avec le TSO lors de la première canadienne d'extraits de Wozzeck de Berg (1957), avec l'Orchestre symphonique de la SRC pour la création de Wine of Peace de Weinzweig (24 mars 1958), avec le TSO et le Choeur Mendelssohn de Toronto dirigés par Heinz Unger dans la première à Toronto de la Symphonie no 3 de Mahler (York Concert Society, 1964) et avec le TSO dans la première canadienne d'un mouvement de la Jeremiah Symphony de Bernstein (1966). On peut l'entendre dans les enregistrements de Pulcinella de Stravinsky avec l'Orchestre de Cleveland sous la direction du compositeur (1953, Col. ML-4830), de Wine of Peace (RCI 182 et 5-ACM 1), et de Mavra et Le Faune et la bergère de Stravinsky avec l'OS SRC (Col. MS-6991 et 22-Sony SX22K-46290-CD). À la suite de son interprétation en 1977 du Voyage d'hiver, John Kraglund écrivit que plusieurs aspects retenaient l'attention, notamment « une exécution intensément émouvante de Der Linderbaum, chanté avec une simplicité folklorique et sans aucune sentimentalité », ajoutant que « Irrlicht, avec son mouvement modéré et le dessin soigné des phrases, était un autre exemple, non seulement de l'art de Mlle Simmons, mais de l'art de chanter le lied » (Globe and Mail, Toronto, 4 août 1977).