McPhee, Colin

Colin McPhee, compositeur, ethnomusicologue, pianiste et professeur (Montréal, 15 mars 1900 - Los Angeles, 7 janvier 1964). Il fait ses premières études en musique au Hambourg Conservatory, à Toronto. Il étudie ensuite au Peabody Conservatory et avec Arthur Friedheim.

McPhee, Colin

Colin McPhee, compositeur, ethnomusicologue, pianiste et professeur (Montréal, 15 mars 1900 - Los Angeles, 7 janvier 1964). Il fait ses premières études en musique au Hambourg Conservatory, à Toronto. Il étudie ensuite au Peabody Conservatory et avec Arthur Friedheim. En 1924, il joue avec l'ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE TORONTO son Concerto no 2 pour piano qui, malgré l'absence des carillons éoliens chinois exigés par la partition, provoque une vive réaction parmi l'auditoire. Ultérieurement cette même année, Colin McPhee étudie à Paris où il travaille avec Varèse, à partir de 1926, et à New York comme assistant à la production de concerts présentant les oeuvres de nouveaux compositeurs tels que Aaron Copeland et Henry Cowell. Il travaille aussi comme compositeur-interprète. Dès l'âge de 12 ans, C. McPhee recherche certains effets sonores riches et profonds. Lorsqu'il entend le premier enregistrement commercial de musique balinaise, il est déterminé à connaître cette culture. De 1931 à 1939, il vit principalement en Indonésie où il se fait connaître comme le sauveur de la littérature de gamelan balinais. Il apprend la musique des maîtres encore présents à Java et à Bali et s'en imprègne. Il découvre les fondements de cette musique : des idées mélodiques centrales auxquelles sont superposées des variations rythmiques et mélodiques répétées. Pendant ses explorations ethnomusicologiques de cette musique, McPhee élabore, au milieu des années 1930, une structure de composition où l'ensemble comporte autant de parties que chacune de ces parties de sous-parties, de sorte que la même proportion existe entre les parties et les sous-parties. Ainsi, si la phrase musicale compte 10 mesures, le morceau entier compte 10 fois 10 mesures, soit 100 mesures.

Sa composition la plus estimée, Tabuh-Tabuhan (1936), commandée et jouée pour la première fois par l'Orchestre symphonique de Mexico, ne retient l'attention qu'après son interprétation à New York, le 16 octobre 1953, à un concert d'oeuvres canadiennes dirigé par Leopold Stokowski. Virgil Thomson en fait l'éloge : il est ravi par ses sons clairs, ses rythmes entraînants et ses agréables mélodies. En 1954, cette oeuvre remporte un prix de l'American Academy of Arts and Letters. Tabuh-Tabuhan est de nos jours fréquemment interprétée en Europe et en Amérique du Nord et elle a été chorégraphiée dans le ballet Gong, présenté pour la première fois le 1er mai 2001, à New York. En raison de ses transcriptions de certains éléments de la technique du gamelan pour un orchestre occidental, McPhee est considéré comme l'auteur de la première fusion réussie de musique orientale et occidentale. Les quelques compositions auxquelles il n'a pas renoncé ou qu'il n'a pas détruites comportent toutes des éléments gamelans, mais sont clairement intégrées à la musique de sa propre culture. Ses livres, A House in Bali (1946) et Music in Bali (1966), sont des références parmi les livres sur la culture balinaise. Au cours des six dernières années de sa vie, McPhee enseigne à l'Université de la Californie, à Los Angeles, et devient l'un des fondateurs des études ethnomusicologiques. Un de ses élèves de l'époque, La Monte Young, se fait ultérieurement connaître par sa technique de composition minimaliste. Cette approche est une application des éléments essentiels de la technique du gamelan utilisée par McPhee dans ses compositions après 1930. Certaines oeuvres de McPhee ont été rééditées dans les volumes 6 et 16 du Patrimoine musical canadien (voir SOCIÉTÉ POUR LE PATRIMOINE MUSICAL CANADIEN).


Lecture supplémentaire

  • Carol Oja, Colin McPhee: Composer in Two Worlds (2004).