Médicaments vétérinaires, industrie des

L'industrie des médicaments vétérinaires (voir MÉDECINE VÉTÉRINAIRE) est le secteur du domaine vétérinaire qui s'intéresse à la recherche, à la mise au point, à la fabrication et à la commercialisation de médicaments à usage vétérinaire.

Médicaments vétérinaires, industrie des

L'industrie des médicaments vétérinaires (voir MÉDECINE VÉTÉRINAIRE) est le secteur du domaine vétérinaire qui s'intéresse à la recherche, à la mise au point, à la fabrication et à la commercialisation de médicaments à usage vétérinaire. Elle se compose de deux branches : les produits biologiques, c'est-à-dire les médicaments dérivés d'organismes vivants, dont les vaccins et les sérums; et les produits pharmaceutiques (voir INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE), c'est-à-dire les autres médicaments, comme les antibiotiques, les stéroïdes, les anthelminthiques (composés vermifuges) et les anesthésiques. La recherche, la mise au point et l'utilisation des produits pharmaceutiques diffèrent de celles des médicaments biologiques. Sauf quelques exceptions, les médicaments pharmaceutiques sont d'abord mis au point pour traiter des maladies humaines et leur application en médecine vétérinaire ne fait que découler de cet usage. Par contre, les médicaments biologiques sont des médicaments spécifiques à chaque espèce et à chaque maladie, et cette spécificité est à l'origine de l'essor d'une industrie de médicaments biologiques à usage vétérinaire distincts de leurs équivalents pour les humains.

Le Canada a fait plusieurs contributions importantes à l'industrie des produits biologiques à usage vétérinaire. Par exemple, le vaccin de souche ERA contre la rage, utilisé dans le monde entier, a été mis au point par CONNAUGHT LABORATORIES Ltd., de Toronto. C'est un vaccin vivant, atténué (c'est-à-dire affaibli) qui contient une souche atténuée du VIRUS de la rage et qui permet d'immuniser des animaux pendant une période allant jusqu'à cinq ans après une seule inoculation. Ce vaccin s'est révélé efficace pour une grande diversité d'espèces animales. En 1979, la Veterinary Infectious Disease Organization (VIDO), située à Saskatoon, met au point un vaccin qui protège les veaux contre la diarrhée causée par la bactérie Escherichia coli (colibacille). Ce vaccin est unique par le fait qu'il offre une protection contre les souches d'E. coli responsables de la maladie en favorisant le développement d'excroissances en forme de poil (pilli) sur la surface de la cellule qui agissent comme agent immunisant. Les anticorps produits par la mère pour combattre ces pilli, qui sont transmis au veau durant les cinq premiers jours de vie par le colostrum (précurseur du lait), empêchent la bactérie E. coli de se fixer à la paroi interne de l'intestin, l'empêchant ainsi de déclencher la maladie. Une autre contribution canadienne est le premier vaccin d'Amérique du Nord sous licence fédérale contre la maladie de Marek, un cancer affectant les jeunes poulets. Parmi les autres innovations, on retrouve un vaccin oral pour protéger les porcs contre l'érysipèle (le rouget) et une technique commerciale pour immuniser les jeunes poulets.

En 1986, le marché mondial des médicaments vétérinaires s'élève à 9,2 milliards de dollars, dont la part canadienne est de 1,9 p. 100. Les États-Unis, le Japon et le Royaume-Uni sont les chefs de file dans ce domaine. Les médicaments employés comme suppléments alimentaires constituent plus de 75 p. 100 du marché canadien, les produits biologiques formant le reste. Au Canada, ce secteur est principalement desservi par un petit groupe de fabricants (Maple Leaf Foods Inc., Dispar Veterinary Products Ltd., Langford Inc., Sanofi Animal House et Vetrepharm Inc.).


Liens externes