Michel Pagliaro

Michel Pagliaro. Auteur-compositeur-interprète, guitariste, réalisateur de disques (Montréal, 9 novembre 1948).

Michel Pagliaro

Michel Pagliaro. Auteur-compositeur-interprète, guitariste, réalisateur de disques (Montréal, 9 novembre 1948). Il chante et joue de la guitare avec une série de groupes « yé-yé »de Montréal avant de se faire connaître avec les Chanceliers, dont l'enregistrement de « Le P'tit Poppy » est très populaire en 1966. Il entreprend une carrière en solo l'année suivante, empruntant son style, alors unique parmi les chanteurs pop du Québec, au rock and roll américain. Il n'enregistre qu'en français jusqu'en 1970. Parmi ses succès de cette période, nommons les 45t. « Fou de toi », « J'entends frapper », « Comme d'habitude » et « Dans la peau ». Parmi ses disques en anglais les plus populaires, citons les 45t. « Give Us One More Chance », « Rainshowers » et « Lovin' You Ain't Easy » et ses disques d'après 1975, « What the Hell I Got » et « Dock of the Bay ». Il grave aussi plusieurs micr. sous étiquettes Spectrum (1970), Much (1971), RCA (1972-1974) et CBS (1975-1976). Un micr. de ses grands succès paraît chez Multi-Pop en 1975 (MP-1).

Pagliaro (ou, plus simplement, « Pag ») se produit dans la plupart des hauts lieux du rock du Québec, un peu partout au Canada en 1977 et en Europe en 1976, 1977 et 1979. Il crée son propre studio d'enregistrement où il réalise des disques de Walter Rossi et d'autres. Il y enregistre Bamboo en 1981 (Trans-Canada TMC-1005), dont certaines chansons sont reprises en 1990 dans des réclames télévisées. Il part ensuite en France où il travaille notamment avec le chanteur Jacques Higelin. Après cinq ans d'exil, il revient au Québec où il sort plusieurs succès, dont « Les Bombes » et « Dangereux ». En 1987, il fait la première partie du spectacle de David Bowie au Stade olympique de Montréal. Il enregistre les albums Avant (1987, Aquarius AQR-547) et Sous peine d'amour (1988, Alert 281009-1 et Audiogram AD-10038), dont la chanson « L'Espion » atteint les premières places des palmarès. À l'automne 1988, il retrouve Higelin sur la scène du Spectrum de Montréal dans le cadre des Francofolies. Ensuite, Pagliaro enregistre plusieurs autres albums, dont la compilation Hit Parade (1995, Audiogram ADCD10087), Goodbye Rain (1997, @ Records CD-9600), Pag (2000, Mediarock MED21172) et le DVD Live à Québec (2005).

Un de ses spectacles à Toronto inspire cette remarque à Jymn Parrett : « Même sans les lunettes fumées qui sont une véritable marque de commerce, Michel Pagliaro demeure inaccessible. Les lanières de cuir noir cloutées rivalisent avec un ricanement dédaigneux. Rampant, tapant du pied, sans presque jamais sourire, Pagliaro, le roi-lézard du monde sur la scène nous livre du vrai rock' n' roll sans chercher à paraître gentil. » Pour sa part, Hélène de Billy écrit du « nouveau Pag » : « À une époque, on a cru que Michel Pagliaro serait une vedette internationale du rock. Puis il a disparu, le temps de devenir un véritable artiste ».

Pagliaro reçoit de nombreux prix pour sa contribution à la musique canadienne, entre autres le RPM Gold Leaf Award en 1972, un prix pour ses réalisations à l'échelle nationale de la SOCAN en 2002 et le prix du gouverneur général pour les arts de la scène pour l'ensemble de son oeuvre en 2008.

Bibliographie

Pierre VINCENT, « Michel Pagliaro », ScM, 253 (mai-juin 1970).

Jymn PARRETT, « Pagliaro », Cheap Thrills (mars 1977).

Hélène de BILLY, « Le Retour de Pag », L'Actualité (juin 1989).


Lecture supplémentaire

  • Vincent, Pierre. "Michel Pagliaro," The Music Scene, 253, May-Jun 1970

    Parrett, Jymn. "Pagliaro," Cheap Thrills, Mar 1977

    Billy, Hélène de. "Le retour de Pag," L'Actualité, Jun 1989