Centre municipal de Mississauga



Centre municipal de Mississauga

Le Centre municipal de Mississauga a été conçu par Edward Jones et Michael Kirkland (qui avaient fondé pour l'occasion la société Jones & Kirkland), il a été inauguré en 1987 et sert de centre municipal à la nouvelle Ville de Mississauga, Ontario, résultat de la fusion de Mississauga, Port Credit et Sreetsville. Immédiatement acclamé comme l'une des réussites du mouvement postmoderne en architecture, l'édifice de 37 280 mètres carrés a reçu de nombreux prix tant au Canada qu'à l'étranger, notamment la Médaille du Gouverneur général en architecture en 1990.

Les architectes postmodernes appliquent des techniques de construction modernes, mais dépendent des formes et de la décoration architecturales traditionnelles. Avec le Centre municipal de Mississauga, Kirkland et Jones ont savamment marié la conception des édifices municipaux en milieu urbain d'Europe et celle des bâtiments de l'Ontario rural, mêlant ainsi les traditions locales et les grands symboles de l'histoire de l'architecture occidentale. Ils ont conçu un édifice étroit, d'une largeur de 10 mètres, pour encadrer une place municipale où se trouvent des jardins, des amphithéâtres et des fontaines. À l'intérieur, le Great Hall (Grand foyer) est relié d'un côté au Grand Stair (Grand escalier) qui conduit les citoyens aux bureaux de la ville et de l'autre, à la salle du conseil, cylindrique et lambrissée. Les plans du projet avaient prévu un « édifice pour deux saisons » : le Great Hall devant servir aux réunions publiques tenues en hiver, la place devant servir l'été. La finition de l'intérieur de l'édifice est en marbre et granit et l'extérieur est recouvert de béton préfabriqué (moins cher que la pierre). La conception de l'édifice reconnaissait aussi les habitudes banlieusardes des habitants de la nouvelle ville : le complexe repose sur un soubassement situé à 1,5 mètre au-dessus du niveau de la rue, au-dessus d'un terrain de stationnement d'une capacité de 1000 voitures.

Jones & Kirkland avaient remporté le concours d'architecture national lancé en 1982. Ce concours auquel 246 concurrents avaient participé a été l'un des événements les plus importants dans l'histoire de l'architecture du Canada depuis le concours international de 1958 que Viljo Revell avait remporté pour le CENTRE MUNICIPAL DE TORONTO. Le concours en 1982 avait fait beaucoup parler de lui parmi les architectes du monde entier, en raison notamment de la présence dans le jury de l'architecte britannique très novateur James Stirling. Parallèlement, l'importance accordée à ce concours permit de rehausser le prestige des membres canadiens du jury, notamment George BAIRD, architecte et professeur à l'Université de Toronto, et Phyllis LAMBERT, fondatrice du CENTRE CANADIEN D'ARCHITECTURE.

Le centre municipal de Mississauga peut par ailleurs être appréhendé comme une composition de formes géométriques disposées sous forme de modèles destinés à une étude de dessin : le cylindre (salle du conseil), le prisme rectangulaire (l'édifice à bureaux), l'obélisque (la tour de l'horloge) et la pyramide (le toit en verre du Great Hall). En fait, les plans que Jones & Kirkland avaient tracés pour le concours ont été publiés puisqu'ils ont grandement contribué à la redynamisation internationale de l'art du dessin architectural. Cette tendance, remise à l'ordre du jour par les architectes postmodernes comme Michael Graves et Aldo Rossi, cible la transmission d'idées architecturales par le dessin plutôt que par la construction.