Allan Monk

Allan James Monk, O.C., (né à Mission, à Vancouver, le 19 août 1942) est un baryton acclamé pour sa voix polyvalente et claire, sa caractérisation et son ingéniosité en tant qu’acteur d’opéra.

Allan James Monk, O.C., (né à Mission, à Vancouver, le 19 août 1942) est un baryton acclamé pour sa voix polyvalente et claire, sa caractérisation et son ingéniosité en tant qu’acteur d’opéra. Pendant plusieurs années, il se produit avec le Metropolitan Opera et interprète des rôles tant principaux que secondaires au Canada, aux États-Unis et en Europe au cours d’une carrière, maintes fois acclamée, qui durera une cinquante d’années. Allan Monk est un officier de l’Ordre du Canada et le récipiendaire de la Médaille du jubilé de la reine.

Début de carrière

Allan Monk grandit à Burnaby, en Colombie-Britannique, avec ses parents, qui sont membres d’un groupe musical, The Clef Society. Jeune, il gagne 50 $ lors d’un concours de talent pour l’interprétation d’une aria de Verdi, La traviata. En 1957, Allan Monk s’établit avec ses parents à Calgary et y entreprend des études de chant avec Elgar Higgin. Il passe des étés à étudier la musique et le théâtre à la Banff School of Fine Arts (maintenant The Banff Centre). Il est également membre du Calgary Theatre Singers, dans lequel il chante des rôles principaux dans des productions de Carousel, Oklahoma!, Annie Get Your Gun et Guys and Dolls. Aux États-Unis, sa voix attire l’attention lors des ateliers d’été de Boris Goldovsky (1963, 1964, 1966).

Premiers rôles aux États-Unis

En 1967, Allan Monk est engagé pour ses premiers rôles importants, dont celui de Figaro dans Le Barbier de Séville du Western Opera Theatre, de San Francisco. De 1969 à 1974, il évolue au sein du San Francisco Opera et interprète des rôles principaux pour la troupe itinérante et de petits rôles pour la compagnie principale de théâtre. En 1971, Musical America, un journal de musique classique et d’arts d’interprétation, le nomme jeune artiste remarquable de l’année. Cependant, ce n’est qu’en 1973 qu’il connaît en quelque sorte une percée lorsqu’il chante Enrico dans Lucia di Lammermoor, Donner dans Das Rheingold, le grand prêtre dans L’Africaine et le professeur dans La Visite de la vieille dame,de von Einem.

Années 1970

Au cours des années 1970, Allan Monk se produit fréquemment au Canada. À Festival Canada (maintenant Festival Ottawa), il chante Figaro dans Les Noces de Figaro (1971), Guglielmo dans Così fan tutte (1972, 1973, 1979), le rôle titre dans Don Giovanni (1973, 1974), Tomsky dans La Dame de Pique (1976, 1979) et le docteur Malatesta dans Don Pasquale (1977).

Au Festival du printemps de Guelph, il interprète Noye dans Noye’s Fludde (1972), John Sorel dans The Consul (1973) et Tarquinius dans Le Viol de Lucrène (1974). En 1973, Allan Monk crée le rôle d’Abelard pour la Compagnie nationale d’opéra du Canada (COC) dans Héloïse et Abélard, de Charles Wilson. Il continue à se produire régulièrement pour la COC et chante les rôles-titres dans Wozzeck, Macbeth et Rigoletto, et bien d’autres rôles principaux pour baryton. En 1974, il chante Escamillo dans Carmen avec la COC, le Southern Alberta Opera Association et l’Edmonton Opera.

Allan Monk fait ses débuts comme artiste de concert dans Cantiones mysticae no. 3, de Godfrey Ridout, en 1972. En 1973, il effectue une tournée en Europe comme soliste avec l’orchestre du Centre national des arts, interprète la Symphonie no 9, de Beethoven, avec l’Orchestre symphonique de Vancouver et se fait entendre dans A Sea Symphony, de Vaughan Williams, avec l’Orchestre philharmonique de Calgary. En 1978, il chante les Chants du voyageur, de Gustav Mahler, avec l’Orchestre symphonique de Québec.

Metropolitan Opera

En mars 1976, Allan Monk s’installe à Teaneck, au New Jersey, et commence à se produire avec le Metropolitan Opera, à New York. Il fait ses débuts en mars de cette même année en interprétant Schaunard dans La Bohème. L’année suivante, il chante Kothner dans Les Maîtres chanteurs de Nuremberg, Roucher dans Andrea Chénier, le héraut dans Lohengrin et Angelotti dans Tosca. Il se présente comme un chanteur polyvalent et un acteur plein de ressources dans plusieurs rôles de soutien.

En 1978, il joue le rôle du père dans Hansel et Gretel, de l’orateur dans La Flûte enchantée, de Sharpless dans Madame Butterfly et de Wolfram dans Tannhäuser. Il tient d’autres rôles pour le Metropolitan Opera, comme Rodrigo dans Don Carlos, Ford dans Falstaff et Schaunard dans la production de La Bohème, par Franco Zeffirelli, en 1981.

Prestations de 1980 à 2000

Allan Monk fait ses débuts en Europe en 1980 avec l’interprétation du rôle-titre dans Wozzeck (Lisbonne, Portugal). En 1983, il incarne le baron Douphol dans la version filmée de La traviata, de Franco Zeffirelli, et est nommé artiste de l’année par le Conseil canadien de la musique.

Il joue le rôle de Scarpia dans des productions de Tosca du Calgary Opera (1998) et de l’Opera Ontario (1998), celui de Bartolo dans Le Barbier de Séville avec Opera Lyra Ottawa (1998) et d’Amonasro dans la production du Calgary Opera d’Aïda en 2000. Allan Monk se produit également avec des compagnies d’opéra à Pittsburgh, au Colorado, à Philadelphie et à Portland.

Enseignement et retour à Calgary

En 1997, Allan Monk est professeur invité à l’Eastman School of Music, de Rochester, à New York. De retour à Calgary, il ouvre un studio de chant privé et continue d’offrir, à l’occasion, des cours de maîtres. Il donne des conférences sur l’opéra dans des clubs de musique, est membre du conseil d’administration du Calgary Opera et chante lors d’événements locaux, notamment avec l’Orchestre philharmonique de Calgary.


Music of
Allan Monk

Liens externes