Musique à l'Université Simon Fraser

Université Simon Fraser/Simon Fraser University. Université non confessionnelle fondée à Burnaby (Colombie-Britannique), en 1963. Elle offre toute l'année, sur trois sessions, des programmes de premier, deuxième et troisième cycles.

Musique à l'Université Simon Fraser

Université Simon Fraser/Simon Fraser University. Université non confessionnelle fondée à Burnaby (Colombie-Britannique), en 1963. Elle offre toute l'année, sur trois sessions, des programmes de premier, deuxième et troisième cycles. Elle porte le nom de Simon Fraser, explorateur et pelletier (1776-1862) qui a aussi donné son nom au fleuve Fraser.

Administration et corps professoral

Lors de sa création en 1965, le centre des communications et des arts (dépendant de la Faculté d'éducation) offre des ateliers libres de danse, de cinéma, de musique, de théâtre et d'arts visuels, dirigés par des artistes résidents et invités. Leur objectif est de sensibiliser les étudiants aux arts plutôt que de produire des artistes professionnels.

Le Centre des communications et des arts est dirigé successivement par Bruce Attridge (1965-1966), Tom Mallinson (1966-1968), Patrick Lyndon (1968-1970) et Nini Baird (1970-1972). En 1972, le centre est scindé en deux : le Département des études sur les communications (qui devient le Département des communications en 1977 puis l'École des communications en 1994) et le Centre des communications et des arts sous la responsabilité de Nini Baird jusqu'en 1976. Cette même année, une autre réorganisation transforme le Centre des communications et des arts en un centre pour les arts à l'intérieur de la Faculté d'études interdisciplinaires. Evan W. Alderson est nommé directeur du centre réorganisé. Il est suivi de Grant Strate en 1980, à qui succède Rudolf Komorous en 1989.

En 1990, le centre est renommé École des arts contemporains pour refléter l'importance accrue des programmes interdisciplinaires et le souci philosophique commun à toutes les disciplines touchant la théorie et la pratique des arts contemporains. À la tête de cette école se succèdent Rudolph Komorous (1990-1994), Owen Underhill (1994-1997, 1998-2001, 2005-2006), Patricia Gruben (1997-1998) et Martin Gotfrit (2001).

Parmi les professeurs, nommons Ingrid Buch et le compositeur David McIntyre. Le corps professoral enseignant la composition est enrichi par l'ajout du compositeur et chef d'orchestre Owen Underhill en 1981, de Martin Bartlett en 1982 (Croydon, Angl., 1939 - Half Moon Bay, C.-B., 22 août 1993, spécialiste de la musique électroacoustique en direct), de Komorous en 1989 et d'Arne Eigenfeldt en 1994. Barry Truax est engagé conjointement par le centre et le Département des communications en 1975.

Cours et diplômes

Le centre institue des crédits pour la danse, le cinéma, la musique, le théâtre et les arts visuels. On offre des cours en histoire et rudiments de la musique. En 1981, on crée un programme avec mineure en musique contemporaine. À partir de 1981, le centre commence à mettre l'accent sur la composition, la musique électroacoustique et la musique électronique, les musiques du monde et la collaboration interdisciplinaire.

Parmi les diplômes offerts par l'École des arts contemporains, notons le baccalauréat en beaux-arts (film, danse, musique, théâtre et arts visuels) et le baccalauréat ès arts (art et études culturelles). En 1990, l'école met au point un programme menant à la maîtrise en beaux-arts (études interdisciplinaires). L'école offre des cours de musique axés sur la composition et la théorie, la musique contemporaine, la musique électroacoustique, les musiques du monde, la direction d'orchestre et la composition de musique pour le cinéma. En 1990, elle compte 7 professeurs à temps plein et 80 étudiants. En 2009, elle compte 28 enseignants à temps plein et 370 étudiants.

Réalisations

De célèbres musiciens sont musiciens résidents, comme les compositeurs Jack Behrens, Bruce Davis, Peter Huse, R. Murray Schafer et Phillip Werren ainsi que la mezzo-soprano Phyllis Mailing. Parmi les résidents à court terme, nommons Cornelius Cardew, Udo Kasemets, Olivier Messian et Christian Wolff. Au début des années 1970, l'accent, mis jusque-là sur les musiciens individuels et les compositeurs, se porte sur les ensembles résidents et les interprètes, dont Mailing (1965-1967; 1970-1975), le Lyric Arts Trio (1971-1972), le Quatuor à cordes Purcell (1972-1982), le spécialiste de musique ancienne David Skulski (1973-1976) et Jon Washburn, chef de chœur (1974).

Mailing dirige le chœur de l'Université Simon Fraser de 32 chanteurs (1966-1968) et son petit ensemble, les Simon Fraser University Chamber Singers. David Keane succède à Mailing et est directeur de maîtrise de 1968 à 1970. Mailing reprend la direction des chœurs de 1970 à 1974 et leur donne le nom de Madrigal Singers (Burnaby, C. -B.). Jon Washburn prend la relève brièvement en 1974 et est suivi de Leonard Lythgoe (1974-1975) et de Scott Andrews (1975). Dorren Oke en est la directrice de 1980 à 1983 (hors de l'université), puis le groupe cesse d'exister.

Parmi les autres ensembles de l'Université, HouseBand interprète les compositions des étudiants et The Professional Ensemble rassemble des musiciens qui font partie de l'Orchestre symphonique de Vancouver, du Vancouver Opera Orchestra, du Vancouver Opera Chorus et l'ensemble vocal musica intima. En plus d'attirer dans ses murs de remarquables praticiens de la musique, l'université accueille plusieurs centaines d'ensembles et de solistes dont les programmes mettent souvent la musique canadienne contemporaine à l'honneur.

Installations, recherches et ressources

L'École des communications abrite le Sonic Research Studio, conçu au départ par Schafer après 1965, et le World Soundscape Project, inauguré par Schafer en 1971 puis pris en charge par Barry Truax et Hildegard Westerkamp. En 1990, les départements de génie informatique, des communications et le Centre pour les arts forment ensemble le Centre for Image/Sound Research (CISR). Parmi les projets du CISR, mentionnons Compose, un système de chorégraphie informatisée conçu par le corps enseignant du Département de génie informatique, et la mise au point par Truax d'une carte à circuits évoluée pour musique informatisée. Le Centre for Images/Sound Research ferme ses portes en 1995.

En 2010, l'École des arts contemporains déménage et s'installe au Goldcorp Centre for the Arts, un complexe dernier cri au campus de l'Université de Vancouver, qui comprend le Fei et Milton Wong Experimental Theatre, le World Art Performance Studio, un cinéma, une salle de conférence de 350 sièges et deux studios de danse et de théâtre de 125 sièges chacun.

À partir de 1986, des programmes d'été réguliers sont offerts en interprétation de gamelan et en musique électroacoustique interactive. Après l'Expo 86, le gouvernement indonésien fait don d'un gamelan javanais complet à l'université. K.R.T. Wasitodipuro (aussi connu sous le nom de Pak Cokro), expert en gamelan, y enseigne à plusieurs reprises durant les programmes d'été. Une école expérimentale ouvre en 2002 au Ghana, avec à sa tête Albert St. Albert Smith, et une autre ouvre en Inde en 2009, sous la direction de Patricia Gruben.

Voir aussi l'Université Simon Fraser dans L'Encyclopédie canadienne.

Bibliographie

BAIRD, Nini. « Centre for communications and the arts », Communications 70 (avril 1970).

-, « À Simon Fraser, la musique demeure une expérience sans structure », Scène musicale, no 267 (sept.-oct. 1972).

« Komorous appointed director of Simon Fraser University's Centre for the Arts », Compositeur canadien, no 243 (sept. 1989).


Lecture supplémentaire

  • Baird, Nini. "Centre for Communications and the Arts," Communications 70, Apr 1970

    "Music an unstructured experience at Simon Fraser," The Music Scene, no. 267, Sep-Oct 1972

    "Komorous appointed director of Simon Fraser University's Centre for the Arts," Canadian Composer, no. 243, Sep 1989

Liens externes