Musique israélienne au Canada

Israël. État du Proche-Orient constitué en 1948. Sa population se compose de Juifs orientaux et d'Arabes, mais aussi de Juifs originaires de divers continents et pays.

En 1990, le Canada comptait un petit nombre d'immigrants d'origine israélienne. La plupart s'étaient établis à Montréal et à Toronto, mais on comptait des petits groupes à Hamilton, Ottawa et Vancouver. Des associations telles que le YMHA et le YWHA, la Fondation culturelle Canada-Israël (1963) et diverses organisations locales ont travaillé à conserver et à diffuser la culture israélienne au moyen de cours, démonstrations, concerts et causeries. En juin 1978, à l'occasion du 30e anniversaire d'Israël, l'Ontario Place de Toronto présenta la première manifestation de ce qui allait devenir la célébration annuelle de la fête d'Israël. Des ensembles israéliens se produisirent pour marquer cet événement en 1978 : l'Orchestre philharmonique d'Israël (qui était déjà venu au Canada en 1951, 1967 et 1976) et des interprètes de folklore tel le Trio Yitzhak Argaman. L'Orchestre philharmonique d'Israël revint au Canada en 1985 pour jouer à la PDA sous la direction de Zubin Mehta et, en 1989, pour donner un concert conjointement avec le TSO, dans le cadre d'une cueillette de fonds pour les deux formations. Parmi les autres artistes israéliens qui ont été au programme au Canada figurent le compositeur Tzvi Avni, le pianiste et chef d'orchestre Daniel Barenboim, les chefs d'orchestre Gary Bertini, Eliahu Inbal et Uri Segal, les pianistes David Bar-Illan, Yefim Bronfman, Varda Nishri et Menahem Pressler, les violonistes Miriam Fried, Shlomo Mintz, Itzhak Perlman et Pinchas Zukerman, la clarinettiste Yona Etlinger, les pianistes-duettistes Bracha Eden et Alexander Tamir, l'Orchestre de chambre de Ramat-Gan, le Quatuor de Tel-Aviv, le Trio d'Israël, le Trio Yuval et la chanteuse pop Shoshana Damari. Gadna, l'orchestre national des jeunes d'Israël, se fit entendre à la PDA à la fin des années 1960.

Des Israéliens se sont établis ou ont vécu au Canada : Daniel Domb (violoncelle solo du TSO), le chef d'orchestre Uri Mayer, l'altiste Rivka Golani, les violonistes Moshe Hammer et Joseph Peleg (nés tous deux en Europe mais élevés et formés en Israël), la violoniste Yaëla Hertz et son frère, le violoncelliste Talmon Hertz, la violoncelliste Ofra Harnoy, Malka Cohen du duo de folkloristes Malka and Joso, le pianiste Elyakim Taussig, et le chef d'orchestre Eli Rubinstein. Moshe Murvitz, violon solo adj. de l'Orchestre philharmonique d'Israël, fut violon solo du TS en 1979-80. Les chansons et danses folkloriques d'Israël, de même que sa musique populaire font partie de la vie de la communauté juive du Canada, grâce à des spectacles, des classes et ateliers, des camps d'été, des enregistrements et des événements comme la journée annuelle de Jérusalem, le festival des chansons hassidiques et le Pavillon Jérusalem du festival Caravan de Toronto. Des organismes locaux et des particuliers font des efforts pour faire connaître la culture israélienne. Parmi les spécialistes canadiens de la musique traditionnelle et populaire israélienne, on retrouve Jo Amar, Shlomo Bar et son ensemble innovateur Habrera Hativit, Oded Ben Hor, l'ethnomusicologue Dina Berdugo Sabbah, David Broza, Shlomo Carlebach, Shoshana Damari, Yehoram Gaon, Tsipora Sibahi Greenfield, Ofra Haza, Haïm Louk, Haïm Moshe, Doron Ophir, Yakov Sassi, Ahuva Senemsky, Naomi Shemer et Yaffa Yarkoni.

De nombreux musiciens canadiens se sont rendus en Israël, notamment les chanteurs Victor Braun, Allan Fine, Maureen Forrester, George London et Joseph Rouleau, les chefs d'orchestre Alexander Brott, Fernand Graton et Ethel Stark, le pianiste Glenn Gould et le chanteur country Tommy Common. Le pianiste-chef d'orchestre Aaron Charloff, élevé à Winnipeg, s'établit en Israël. Le clarinettiste Avrahm Galper fut formé en Palestine. Carol Patterson, bassoniste né à Toronto, fait partie de l'Orchestre de chambre d'Israël depuis 1981. Lorand Fenyves, Thomas Monohan, Norman Sherman et George Zukerman furent tous membres de l'Orchestre philharmonique d'Israël, Fenyves à titre de violon solo. Elie Spivak fut en 1950 le premier Canadien invité à jouer en Israël. Sous la direction d'Ethel Stark en 1952 et de Fernand Graton en 1964, les Chanteurs du Québec prirent part au festival choral de Zimria; ils exécutèrent entre autres « Am Yisrael Chai! » de John Weinzweig, qui avait dédié sa Sonate « Israël » pour violoncelle (1949) au nouvel État. Les compositions de Ben Steinberg ont été publiées et jouées en Israël et, à l'occasion, certaines d'entre elles ont fait l'objet de commandes (« Prayer for Jerusalem », par exemple). Des musiciens et conférenciers canadiens se spécialisant en musique traditionnelle et populaire ont visité Israël, entre autres, le chanteur, compositeur et producteur Batsheva qui a travaillé avec l'Israel Broadcast Authority, Bluma Schonnbrun, la Chorale Kinor (choeur séfarade de Montréal choisi en 1981 pour aller au Festival Zimria), l'Ensemble « Gerineldo », ainsi que Caroline et David Parry. Judith R. Cohen a été invitée à enseigner les musiques traditionnelles du Canada pendant un semestre à l'Université hébraïque de Jérusalem, dans le cadre de son programme d'études canadiennes. En 1961, Hugh Le Caine conçut l'équipement du studio électronique de l'Université hébraïque. Au cours de l'été 1973, l'OMJM se réunit en Israël sous la direction de Zubin Mehta, avec Walter Joachim comme instructeur des cordes graves et Louis Charbonneau comme instructeur de percussion. Parmi plusieurs jeunes Canadiens membres de l'orchestre figuraient le clarinettiste James Campbell et le violoncelliste Guy Fouquet. En 1974, Janina Fialkowska remporta le troisième prix ex aequo au premier Concours international Arthur-Rubinstein, à Jérusalem. En 1980, Oralléluiants de Gilles Tremblay fut exécuté aux Journées mondiales de la musique de la SIMC à Tel-Aviv.

Voir aussi Juifs et musique juive.