Musique mexicaine au Canada

Mexique. En 1987, le nombre de personnes d'origine mexicaine vivant au Canada s'élevait à 821 habitants permanents, mexicains de naissance, et 4413 habitants temporaires, incluant les étudiants. En 1991, on avait peu étudié la musique de leur pays.
Mexique. En 1987, le nombre de personnes d'origine mexicaine vivant au Canada s'élevait à 821 habitants permanents, mexicains de naissance, et 4413 habitants temporaires, incluant les étudiants. En 1991, on avait peu étudié la musique de leur pays.


En 1987, le nombre de personnes d'origine mexicaine vivant au Canada s'élevait à 821 habitants permanents, mexicains de naissance, et 4413 habitants temporaires, incluant les étudiants. En 1991, on avait peu étudié la musique de leur pays. Des sources révèlent qu'ils s'agissait principalement de musiciens individuels bénéficiant de bourses d'études du gouvernement canadien ou du gouvernement mexicain.

Le violoniste Frantz Jehin-Prume vécut à Mexico au milieu des années 1860 avant de s'établir à Montréal, et le vibraphoniste Jimmy Namaro, né au Mexique, vint au Canada encore enfant. Mais la plupart des musiciens mexicains qui se sont produits au Canada venaient en tournée ou pour des engagements temporaires à long terme. Généralement parlant, ces visites sont un phénomène récent. En 1958, l'Orquesta Sinfónica Nacional de México presenta un programme d'oeuvres de José Pablo Moncayo, Silvestre Revueltas et Carlos Chávez à Montréal. Manuel Suarez, violoniste et chef d'orchestre mexicain, dirigea l'Orchestre symphonique de Thunder Bay (1972-74). Le chef d'orchestre Eduardo Mata est venu au Canada à plusieurs reprises; il a dirigé l'OCNA avec lequel il a enregistré des disques. Le Cuarteto Latinoamericano, fondé en 1981, a joué des oeuvres de compositeurs mexicains, dont Manuel Enriquez, Mario Lavista, Silvestre Revueltas et Aurelio Tello, en 1989 au Harbourfront de Toronto, et fut invité au programme radiophonique « Gilmour's Albums » à la SRC en 1990. Lors de la visite du Cuarteto Latinoamericano, Enriquez, qui est aussi dir. mus. de l'Instituto Nacional de Bellas Artes de Mexico, présenta une causerie au RCMT. En 1990, le violoncelliste mexicain Carlos Prieto joua en première canadienne des oeuvres de ses compatriotes Manuel Ponce (Trois Préludes) et Bernal Jimenez (Trois Danses tarascanes). Des oeuvres de Ponce furent aussi jouées lors des débuts du Trio Mexico (Manuel Suarez, violon, Ignacio Mariscal, violoncelle, et Jorge Suarez, piano).à la Galerie nationale d'Ottawa.

Depuis longtemps, les interprètes canadiens se sont arrêtés au Mexique. Emma Albani y chanta Desdemona dans Otello de Verdi à Mexico en 1890. Les sopranos Anna Chornodolska et Louise Lebrun y ont également chanté, de même que la basse Jan Rubes. Alexander Brott gagna le premier prix au Concours panaméricain de direction d'orchestre en 1957 à Mexico; son fils Boris remporta le même prix l'année suivante alors que le deuxième prix était attribué à Otto-Werner Mueller. Gregory Millar fut dir. de l'Opéra national de Mexico (1973-75). Peter McCoppin dirigea au Mexique en 1990. L'ensemble Stringband donna des concerts au Mexique en 1977, et le goupe de musique ancienne Anonymus y fut à l'affiche en 1989.

Plusieurs compositeurs canadiens ont été inspirés par le Mexique lors de voyages dans ce pays ou de commandes, notamment Colin McPhee qui composa Tabuh-Tabuhan (1936) à la demande de Carlos Chávez et de l'Orchestre national du Mexique. John Weinzweig composa Dummiyah à Mexico durant une année sabatique (1968). Paul Bley a composé trois pièces inspirées par le Mexique : Sideways in Mexico, Mazatlan et Pablo.

Le festival canadien des mariachis, sous la direction de Jorge Lopez, a présenté des concerts de musique et de folklore du Mexique, dont une exécution au festival WOMAD de Toronto en 1991.