O'Hara, Geoffrey

Geoffrey O'Hara. Compositeur, chanteur, conférencier (Chatham, Ont., 2 février 1882 - Saint Petersburg, Fl., 31 janvier 1967). D.Mus. h.c. (Huron, Dak.-S.) 1947. Enfant, il jouait du piano et à 12 ans, il chantait et touchait l'orgue à une église anglicane de Chatham.

O'Hara, Geoffrey

Geoffrey O'Hara. Compositeur, chanteur, conférencier (Chatham, Ont., 2 février 1882 - Saint Petersburg, Fl., 31 janvier 1967). D.Mus. h.c. (Huron, Dak.-S.) 1947. Enfant, il jouait du piano et à 12 ans, il chantait et touchait l'orgue à une église anglicane de Chatham. Il se joignit aux Lew Dockstader's Minstrels en 1904 puis, comme baryton, chanta l'opérette au Daly's Theatre à New York. Plus tard, il fit la tournée des circuits de vaudeville de Lyceum et de Chautauqua comme chanteur, conférencier et animateur de chant communautaire. Nommé en 1913 instructeur de musique autochtone par le secr. de l'Intérieur des É.-U., il recueillit et enregistra des chants navajos et d'autres tribus. Il enseigna au Teachers' College de l'Université Columbia (1936-37) et donna des cours sur la composition de chansons au Huron College. Durant la Deuxième Guerre mondiale, O'Hara visita les camps militaires comme prof. de chant et fut chargé de veiller au moral des soldats. Il fut prés. de l'International Lyceum and Chautauqua Assn (1925), membre du bureau de l'ASCAP (1941) et prés. de la Composers-Authors Guild (1945).

Sa première oeuvre fut un ragtime, Coloured Fireworks (Canadian American 1904), écrit sous le pseudonyme de Geoffrey de Vere. Sa première chanson à succès, « Your Eyes Have Told Me » (Ricordi 1913), fut enregistrée par Caruso. Il est surtout connu pour les chansons « Give a Man a Horse He Can Ride » (1917) et « K-K-K-Katy » (1918), écrites alors qu'il était de passage à Kingston, Ont.; « There Is No Death » (Chappell 1919) et « The Living God » (Huntzinger 1930), ces deux dernières sur des paroles de Gordon Johnstone; « The Wreck of the Julie Plante » (Ditson 1921) et « Leetle Bateese » (ibid. 1921), toutes deux sur des textes du poète canadien W.H. Drummond; et l'une des favorites du répertoire « barbershop quartet », « The Old Songs » (Boston 1927). Il composa de plus 12 opérettes (1927-48) dont la liste paraît dans Catalogue of Canadian Composers, et quelque 500 hymnes, chants patriotiques et airs populaires. Avec J.M. Gibbon et O. O'Brien, il travailla à la préparation du recueil de chansons Canadian Folk Songs, Old and New (Londres 1927, 1949). Une liste des enregistrements de ses chansons (1913-27) et de ses propres interprétations (chez Victor et HMV, 1914-18) se retrouve dans En remontant les années.